Khalil Gibran, auteur de "Le Prophète", 1923
Khalil Gibran, auteur de "Le Prophète", 1923

"Le Prophète " de Khalil Gibran, succès d'un guide spirituel

Publicité

"Le Prophète" de Khalil Gibran, succès d'un guide spirituel

Par

Écrit il y a près d'un siècle, ce petit livre aux messages spirituels est toujours un ouvrage de référence pour un grand nombre de personnes, qu'elles soient athées ou croyantes. Comment expliquer le succès international de l'œuvre de Khalil Gibran, 80 ans après sa mort ?

C’est un livre d’apprentissage, de sagesse à la croisée de l’islam et de la chrétienté qui a valu à Khalil Gibran d’être qualifié de fou mystique. Depuis un siècle, cette œuvre se vend par millions d’exemplaires. Pour Jean-Pierre Dahdah, spécialiste de l'œuvre de Gibran, ce petit livre est un "abécédaire d’amour et une invitation à l’élévation et à l'épanouissement de soi. C’est un dictionnaire d’initiation à la culture de la paix." 

Mon oeuvre à moi
4 min

Des talents de peinture et d'écriture

En 1895, à 12 ans, Khalil Gibran quitte son Liban natal pour fuir la faillite de son père. Sa famille émigre aux États-Unis, où elle est décimée quelques années plus tard par la tuberculose.  

Publicité

Adolescent, ses talents d’écriture et de dessin sont repérés par un professeur qui le met en contact avec un photographe dandy, Fred Holland Day, qui devient son mécène, lui fait découvrir William Blake et lui ouvre les portes du monde de l’art.

Grâce à lui, le jeune Gibran se consacre à la peinture et à l’écriture. Ses textes, critiques de la société libanaise et de la condition des femmes, lui valent d’être excommunié et font de lui un écrivain scandaleux.

"Autoportrait avec muse", 1911
"Autoportrait avec muse", 1911
- Khalil Gibran

Son ambition : la paix universelle

Enfant de l’exil, toute sa vie Khalil Gibran fera de son art un lien entre Orient et Occident. Cette dualité se retrouve dans le processus même d’écriture du Prophète. D’abord écrit en arabe alors qu’il est encore adolescent, Khalil Gibran remanie son texte des années plus tard en anglais.

Jean-Pierre Dahdah : "Gibran a porté ce livre pendant plus de vingt ans. Il l’avouera plus tard : 'Ce petit livre m’a occupé toute ma vie, je voulais être absolument sûr que chaque mot soit vraiment le meilleur que j’aie à offrir'."  

Son ambition : délivrer un message de paix universelle. Il se définit comme "un Chrétien qui a logé Mahomet dans une moitié de son cœur", et quand il commence l’écriture du Prophète, c’est l’union des religions qui l’inspire.

Jean-Pierre Dahdah : "C’est un petit livre mais qui contient un grand texte spirituel dans lequel se condense une quintessence de la Bible, des Évangiles, du Coran, de l’héritage grec et de la sagesse extrême-orientale."

Un guide spirituel limpide et poétique

Après vingt années de travail le résultat est là : 26 leçons de vie énoncées par un sage, à la manière de Zarathoustra, le bien et le mal, la mort, la joie et la tristesse, la liberté, le travail... et bien sûr l’amour.

Quand l’amour vous fait signe suivez-le. Bien que ses voies soient dures et escarpées. Et lorsque ses ailes vous enveloppent, cédez-lui. Bien que l’épée cachée dans son pelage puisse vous blesser.Khalil Gibran, Le Prophète, 1923  

Les principes énoncés par la voix du vieux sage Al-Mustapha poussent à l’accomplissement de soi : aller au-delà de sa simple existence, rêver pour construire son avenir, être relié à l'univers et avoir confiance en soi, une vertue indispensable pour Gibran qui écrit : "Celui qui ne trouve pas de confident en lui-même mourra de désespoir”

Khalil  Gibran, photographié par Fred Holland Day, un de ses mécènes
Khalil Gibran, photographié par Fred Holland Day, un de ses mécènes
© AFP

Gibran a réussi son pari. Dès sa sortie en 1923, Le Prophète est un immense succès, dont les principes intemporels, l’optimisme et l’espoir conquièrent des millions de lecteurs à travers le monde, au fil des traductions.   

Mais le succès de son guide spirituel ne l’apaise pas pour autant. Tourmenté, malade, il souffre de nombreuses années avant de succomber d’une cirrhose à 48 ans.

Vous n’êtes pas enfermés dans vos corps,   
ni emprisonnées dans des maisons ou des champs,   
ce qui est vous habite plus haut que la montagne et erre avec le vent…   
C’est une chose libre, un esprit qui enveloppe la terre et se meut dans l’éther. Khalil Gibran, Le Prophète, 1923.