Publicité

Le quotidien "sidérant" de La Voix du Nord à Hénin-Beaumont face au Front national

Par
Steeve Briois, le maire Front national d'Hénin-Beaumont, en octobre 2014. Il vient d'être nommé provisoirement par Marine Le Pen à la tête du FN
Steeve Briois, le maire Front national d'Hénin-Beaumont, en octobre 2014. Il vient d'être nommé provisoirement par Marine Le Pen à la tête du FN
© Maxppp - Max Rosereau

Entretien. Depuis l'arrivée de l'élu Front national Steeve Briois à la mairie d'Hénin-Beaumont, "La Voix du Nord" a vu son travail singulièrement se compliquer. Son directeur de la publication a interpellé sur Twitter ceux qui hésitent à voter au second tour de la présidentielle. Il s'explique.

Fin novembre 2015, La Voix du Nord avait ouvertement pris position contre le parti de Marine Le Pen aux élections régionales, avec une "Une" titrée : "Pourquoi une victoire du FN nous inquiète". Cette fois, le quotidien s'est exprimé par un tweet de son directeur général délégué et directeur de la publication au sujet du travail dans la commune de Steeve Briois, député européen et depuis quelques jours président par intérim du Front national.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ce message ponctue une campagne présidentielle marquée par des relations très tendues entre la presse et les candidats. Notamment avec François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, et surtout avec Marine Le Pen. Au point que jeudi dernier, les sociétés de journalistes de 36 médias ainsi que les élus du SNJ-CGT et de la CFDT du conseil de rédaction de La Voix du Nord ont protesté contre la décision du FN de "choisir les médias autorisés à suivre Marine Le Pen", dénonçant "une entrave à la liberté" d'informer. Précisions d'Eric Chaverou :

Publicité

Les difficultés de la presse avec les candidats pendant cette campagne présidentielle, en particulier avec Marine Le Pen

1 min

Au nom du deuxième quotidien régional français, qui réunit plus d'un million de lecteurs (papier) chaque jour, Gabriel d'Harcourt a répondu vendredi dernier à nos questions.

Pourquoi ce tweet ?

J'ai considéré qu'à ce moment de la vie du pays nous avions un témoignage à apporter sur la façon dont s'exerce l'activité de journaliste dans la commune d'Hénin-Beaumont, tenue par le Front national depuis les dernières municipales. Ce n'est pas un parti pris politique ou une position politique, c'est le témoignage d'un professionnel de la presse sur ce qu'il se passe en matière de journalisme et d'activité de la presse régionale à cet endroit.

Et donc "sidérant au quotidien", cela veut dire quoi ?

Sidérant au quotidien, cela veut dire que l'on y voit ce que moi je n'avais jamais vu, après avoir travaillé pendant plus de 20 ans dans plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale, et avoir rencontré beaucoup de représentants politiques, d'élus, de responsables d'association. On est là dans un fonctionnement unique. C'est-à-dire qu'il ne s'agit pas, comme on le vit ailleurs au quotidien, d'avoir des hauts et des bas dans la relation avec les élus. Là, on est dans une opposition permanente, dans un harcèlement de la part des élus de la municipalité. Harcèlement qui fait qu'au quotidien on ne peut plus exercer notre métier de journaliste. C'est cela qui est sidérant par rapport à la liberté de la presse, élément fondamental de notre démocratie. Nous pouvons en témoigner : dans la commune d'Hénin-Beaumont, cette liberté de la presse est entravée.

Ce "harcèlement" se traduit comment ?

De plusieurs façons. D'une part, au quotidien, pour nos journalistes qui sont sur place, dans une petite commune de province : ils se retrouvent soumis à des pressions des élus, par sms, par mails, par oral, lors de réunions publiques, de conseils municipaux. Donc, ils se retrouvent invectivés, critiqués. C'est une forme de pression quotidienne par rapport à ce qu'ils peuvent écrire dans le journal. Cela se traduit aussi par des rubriques régulières dans le bulletin municipal d'Hénin-Beaumont, où nous avons quasiment notre rubrique : une pleine page voire deux pages à chaque parution pour dire que nous sommes un torchon aux mains du Parti socialiste, de la gauche, etc., faisant de nous forcément un opposant politique au Front national. Pourquoi ? Tout simplement parce que nous faisons notre métier et que de temps en temps, il doit pouvoir arriver que l'on dise des choses qui ne leur plaisent pas. Mais cela, c'est le lot quotidien d'un journal régional dans sa relation avec les élus et les représentants des collectivités locales.

Avec aussi moult droits de réponse ?

Oui. C'est un autre élément de cette forme de harcèlement. Moi, en tant que directeur de la publication, j'en reçois extrêmement régulièrement de la part de Steeve Briois, le maire, ou de ses collaborateurs. Dès que l'on parle de la mairie, y compris lorsque c'est dans des termes neutres. Nous, nous ne sommes pas là pour critiquer la mairie, ce n'est pas notre job. On est là pour raconter la vie, pour développer la région, pour aider ses habitants. C'est cela que nous faisons au quotidien depuis 70 ans dans toutes les communes de la région. Et là, pour la première fois, nous nous rendons compte que ce n'est pas possible. Parce que les questions que nous posons aux élus n'ont jamais de réponse, que systématiquement nous avons porte close à la mairie, et dès que nous parlons d'eux nous avons un droit de réponse en bonne et due forme.

Je reçois parfois deux demandes de droit de réponse par jour !

A quel rythme donc ?

J'ai reçu 34 ou 35 droits de réponse en à peine plus d'un an. Je pense que c'est un record de France absolu ! Je peux vous dire, j'en ai encore reçu un aujourd'hui. Signé de Steeve Briois. Il y a des jours où j'en reçois deux ! Et tout cela nous mène à des situations absurdes où nous faisons un article sur tel ou tel sujet. On cite la mairie. C'est factuel. Cela peut être tout à fait anodin. Nous avons un droit de réponse de la mairie qui vient contester ce fait. Mais nous, nous ne pouvons pas laisser passer : on sait, on a la preuve, on a recoupé les infos, on sait que ce que l'on disait était vrai. Alors, nous sommes obligés de réagir au droit de réponse qui est passé dans nos colonnes. Ce qui appelle un autre droit de réponse par la suite ! Vous imaginez la situation... Vous imaginez comment être journaliste dans une petite ville province dans ces conditions. C'est cela qui est sidérant.

Mais est-ce vraiment représentatif ?

Est-ce qu'il faut extrapoler ? Moi, je n'en sais rien. C'est juste pour témoigner. Encore une fois, ce n'est pas une prise de position politique : nous ne sommes pas un journal anti-FN. En revanche, on peut témoigner et dire : ce que je vois là, je ne l'ai jamais vu nulle part !

Mais pourquoi mettre en avant cet exemple là s'il est unique ? On ne peut pas y voir un fonctionnement typique du Front national ?

Chacun en tire les conclusions qu'il veut. Nous, on a un seul exemple et il se trouve que cela se passe comme ça. Voilà, c'est tout. Le témoignage à la limite s'arrête là. Chacun l'interprète comme il le veut. Mais je pense que c'est un témoignage, dans le contexte actuel, la période actuelle, qui a son importance. On parle de la liberté de la presse. Nous, on a un exemple dans la région à Hénin-Beaumont. Vous comprenez ? Et Steeve Briois provisoirement à la tête du Front national, cela justifie peut-être davantage encore mon tweet, a posteriori. Oui. Steeve Briois est l'homme qui m'écrit le plus dans l'année. Et pourtant, il y a beaucoup de gens qui m'écrivent. Et ici, en interne, c'est une vraie organisation la gestion des demandes de droit de réponse du Front national. Parce que nous sommes soumis aux contraintes de la loi et les formes sont parfaitement respectées de leur part. Donc, on se doit de les publier.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Et pourquoi ne pas être aller au-delà de votre tweet ? Avec une Une comme en 2015 par exemple ? Vous ne l'envisagez pas ? D'une Une à un tweet, la portée est singulièrement distincte.

Je ne dirai pas les choses comme cela. D'une part, il reste quelques jours avant le second tour et ceux qui nous lisent régulièrement savent qu'il y a des éditoriaux dans le journal qui ont une certaine portée. Ils ont déjà abordé le sujet en des termes tout aussi clairs que la fois dernière. La fois dernière, cela avait fait beaucoup de bruit parce que nous étions dans un contexte très particulier : toute la France regardait les Hauts-de-France. Toute la France nous regardait parce que Marine Le Pen, personnage politique national, était elle-même candidate ici. Parce que dans tous les sondages elle était donnée gagnante et que nous sommes le journal de cette région là. A ce moment-là, nous avions considéré par une approche factuelle, étayée et journalistique, qu'il était de notre devoir d'apporter des éléments aux électeurs. Nous estimions notamment que d'après nos éléments les solutions tentantes proposées par le Front national n’étaient pas bonnes pour la région. Or, nous sommes aux côtés de la région et de ses habitants. C'est fondamentalement notre mission, notre vocation. Aujourd'hui, c'est différent. Ce sont des élections nationales. Mais cela ne nous empêche d'exprimer des opinions via des éditoriaux.

Comment le Front national et ses électeurs ont-ils réagi à votre tweet ?

J'ai eu énormément de réactions diverses et variées, et de retweets. Favorables ou hostiles, ce qui est normal sur ce type d'avis, de témoignage. Mais je n'ai pas eu de retour de la part de la municipalité d'Hénin-Beaumont. Pour une fois (rires), là, je n'en ai pas eu.