Publicité

Le scandale du Mediator en 20 dates clés

Par
En 2011, des piles de dossiers concernant le Mediator mis en avant par Georges-Alexandre Imbert, président de l'Association d'aide aux victimes des accidents de médicaments (Aaavam)
En 2011, des piles de dossiers concernant le Mediator mis en avant par Georges-Alexandre Imbert, président de l'Association d'aide aux victimes des accidents de médicaments (Aaavam)
© Maxppp - Delphine Goldsztejn

Chronologie. 4 500 parties civiles et 7 mois d'audience annoncés. Le procès hors-normes du scandale du Mediator s'ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. Le médicament est tenu pour responsable de centaines de morts et de graves pathologies. Retour sur les grands tournants de cette affaire.

Le Mediator, un nom qui marque le pire scandale de santé publique en France depuis l'affaire du sang contaminé. Avant son retrait du marché en 2009, cet adjuvant au régime alimentaire chez le diabétique en surpoids, largement vendu comme coupe-faim, aura été prescrit pendant 33 ans à cinq millions de personnes en France.

Commercialisé par les laboratoires Servier, il est tenu pour responsable de plusieurs centaines de morts, de graves pathologies, hypertension pulmonaire artérielle et valvulopathies cardiaques notamment. 

Publicité

Retour sur les dates marquantes d'une affaire remontant aux années 70.

- 1973 : demande d'AMM, autorisation de mise sur le marché pour le Mediator, nom commercial du benfluorex, une substance chimique proche de l'amphétamine.   

- 1974  : octroi de l'AMM  pour trois indications : troubles métaboliques glucido-lipidiques athérogènes, trouble du métabolisme des lipides, trouble du métabolisme des glucides.  

- 1976 : rejet de la demande d'AMM aux Pays-Bas.  

- 1978 : rejet de la demande d'AMM en Belgique.  

- 1979/ 1992/ 1997 : renouvellement d'autorisation de mise sur le marché en France.  

- Février 1999 : premier signalement d'un  cas de "valvulopathie", dysfonctionnement des valves cardiaques.  

- Juin 1999 : premier signalement d'un cas d'HTAP, hypertension artérielle pulmonaire.   

- 2003 : retrait du médicament en Espagne et en Italie.   

- Novembre 2009 : retrait du médicament à la suite de l’alerte lancée par le docteur Irène Frachon aux autorités sanitaires.  

- Juin 2010 : suspension de l'AMM du Mediator par la Commission européenne.  

- 15 janvier 2011 : rapport de l'IGAS, l'Inspection générale des affaires sociales.   

- Février 2011 : ouverture de deux informations judiciaires au pôle de santé de Paris : l’une pour tromperie, escroquerie et trafic d’influence, l’autre pour homicides et blessures involontaires. 

- Avril 2011 : création du fonds d’indemnisation spécifique pour les victimes du Mediator sous l’égide de l’ONIAM, l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux. Un collège d’experts examine les dossiers et transfère les demandes d’indemnisation aux laboratoires Servier.

- 21 sept 2011 : mise en examen de Jacques Servier, le fondateur des laboratoires du même nom, pour "tromperie et escroquerie" puis "homicides et blessures involontaires" en décembre 2012.   

Jacques Servier, le 21 mai 2013, dans la salle d'audience du palais de justice de Nanterre.
Jacques Servier, le 21 mai 2013, dans la salle d'audience du palais de justice de Nanterre.
© AFP - Lionel Bonaventure

- 22 mai 2012 : le premier procès pénal de Jacques Servier et de son laboratoire, à Nanterre, est reporté pour une question de procédure.   

- 19 mars 2013 : l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) est mise en examen pour "homicides et blessures involontaires", soupçonnée d'avoir négligé les alertes sur la dangerosité du médicament.

- 16 avril 2014 : décès à 92 ans de Jacques Servier. Extinction de l'action publique le concernant.   

- 22 oct 2015 : le tribunal de grande instance de Nanterre reconnaît, pour la première fois, la responsabilité civile des laboratoires Servier.   

- 22 sept 2017 : la Cour de cassation juge les laboratoires Servier responsables civilement pour avoir maintenu la commercialisation du médicament qui "présentait un défaut" d'information sur ses risques.   

- 23 sept 2019 : ouverture du procès pénal au tribunal correctionnel de Paris

Frise chronologique sur les différents développements de l'affaire du Mediator
Frise chronologique sur les différents développements de l'affaire du Mediator
© AFP - Laurence Saubadu, Riwan Marhic