Publicité

Le téléchargement de l'esprit : plus qu'une expérience de pensée ?

Par
Le téléchargement de l'esprit
Le téléchargement de l'esprit
© Getty - Landscapes, Seascapes, Jewellery & Action Photographer

Le téléchargement de l’esprit ou émulation du cerveau, est une technique hypothétique qui pourrait permettre à un individu de se survivre par transfert de sa vie mentale, d’un support vers un autre. Son esprit serait transférer du cerveau à un ordinateur. Mythe ou réalité ?

Allons-nous continuer à rester humain malgré le "mind up loading" ?

Alors chacun pensera à la science-fiction, mais pour un philosophe l’idée du téléchargement de l’esprit fait penser immanquablement à des expériences de pensée par lesquelles la philosophie interroge nos intuitions relatives à ce qui fait l’identité d’une personne. On se demande en particulier en philosophie, à quelles changements radicaux la personne peut survivre pour identifier ce qu’il y a en elle, une sorte de noyau, ce qu’il y a de plus important, de plus essentiel…

Publicité

Le philosophe Derek Parfit, spécialiste de philosophie morale, et en particulier des questions touchant à l'identité personnelle et à la rationalité, a imaginé dans son livre "Des Raisons et des Personnes" paru en 1984, un scénario qui fait immanquablement penser au téléchargement de l’esprit.

C’est le scénario de la téléportation. Tandis que sur Terre, le scanner détruit mon cerveau et mon corps, il enregistre l’état exact de toutes mes cellules. L’information voyage ensuite par radio et une seconde machine située sur Mars, le "réplicateur reconstruit là-bas un cerveau et un corps exactement comme les miens. L’individu apparu sur Mars n’est pas numériquement identique à l’individu détruit sur la Terre, mais c’est bien selon Parfit la même personne, avec la même mémoire autobiographique, les mêmes désirs qui se survivent dans un autre corps.

En fait, l’idée du téléchargement de l’esprit, est plus proche encore de scénarios proposés par le père de cette tradition des expériences de pensée, bien avant nos technologies numériques, John Locke au XVIIe siècle.

Locke réfléchit à l’identité d’une personne à travers le temps. Il soutenait qu’une personne en un moment ultérieur T2 est la même qu’en un moment intérieur T1, uniquement si elle se souvient des pensées et actions passées à T1 comme des siennes. Elle s’approprie son passé. C’est ce qu’on appelle en philosophe, la continuité psychologique en matière d’identité personnelle.

Un entretien enregistré en mars 2017, dans le dans le cadre du colloque "Vers de nouvelles humanités ? L'humanisme face aux nouvelles technologies".

Denis Forest, professeur de philosophie à l'Université Paris X- Nanterre.