Publicité

Le vote anticipé au cœur des discussions sur les réseaux sociaux

Par
Bureau de vote anticipé à New-York, aux États-Unis.
Bureau de vote anticipé à New-York, aux États-Unis.
© Getty - Spencer Platt

#USA2020. Le vote par anticipation est très sollicité par les Américains pour élire le nouveau président des États-Unis. Le vote par correspondance lui reste très critiqué par les républicains, notamment sur les réseaux sociaux : ils y voient un moyen de fraude pour ce scrutin.

Le scrutin de l'élection présidentielle aux États-Unis a lieu dans une semaine, le 3 novembre, mais déjà des photos de file d'attente d'électeurs devant les bureaux de vote se multiplient. Le vote par anticipation a été très plébiscité cette année par rapport à 2016. D'après une étude publiée par l'agence américaine Associated Press, le nombre de votes anticipés explosent dans certains États : près de 59 millions d'Américains ont même déjà voté. Neuf jours avant "the Election Day", le nombre d'électeurs ayant voté par anticipation en Pennsylvanie est par exemple supérieur de 506% aux votes anticipés enregistrés en 2016.

Le vote par correspondance est également plébiscité par les électeurs mais il reste très critiqué par les républicains qui, à l'image du président sortant Donald Trump, y voient une menace de fraude massive. Ces accusations du camp républicain n'ont pas été prouvées jusqu'à présent. Le président américain a lui-même voté de manière anticipée ce samedi 24 octobre, dans un bureau de vote de West Palm Beach, en Floride. "C'était un vote très sûr, bien plus sûr que quand vous envoyez votre bulletin par courrier", a ajouté Donald Trump.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Chaque semaine, nous donnons la parole à un expert pour décrypter cette campagne américaine hors norme sur les réseaux sociaux : John Villasenor, directeur de l' Institut de Technologie, Loi et Politique à UCLA (Université de Californie à Los Angeles), professeur et expert à la Brookings Institution.

John Villasenor, directeur de l'Institut de Technologie, Loi et Politique à UCLA et expert à la Brookings Institution.
John Villasenor, directeur de l'Institut de Technologie, Loi et Politique à UCLA et expert à la Brookings Institution.
- John Villasenor

Comment expliquer cette défiance de Donald Trump et du camp républicain vis-à-vis du vote par correspondance ? 

Le président Trump a souvent considéré que les élections étaient injustes avec lui. Par exemple, en 2016, il a affirmé sans avoir de preuves fondées, qu'un nombre important de personnes n'ayant pas la nationalité américaine avaient voté. Il affirme à nouveau, toujours sans preuve fondée qu'il y a un nombre important de fraudes liées au vote par correspondance. S'il perd les élections, je pense qu'on peut s'attendre à ce qu'il mette en avant que c'est à cause d'autres raisons qu'il considère injustes

À quelques jours du scrutin, les critiques vis-à-vis du vote par correspondance semblent s'intensifier sur les réseaux sociaux ?

Je ne pense pas que c'est en train de s'accélérer dans le sens où le vote par correspondance est au cœur des débats depuis déjà plusieurs semaines. Mais il est certain que c'est une discussion qui persiste. S'il y a un conflit après l'élection, le vote par correspondance sera sans aucun doute un des problèmes qui sera contesté. Le vote par correspondance a toujours été important, mais il l'est d'autant plus pour cette élection à cause de l'épidémie : les électeurs préfèrent voter par courrier qu'en personne. C'est un vote qui peut potentiellement faire basculer l'élection dans un sens ou dans un autre.  

Le Tour du monde des idées
5 min

Certains sondages, relayés sur les réseaux sociaux, affirment que les républicains seront plus nombreux à voter le Jour J alors que les démocrates sont plus favorables au vote par correspondance. Qu'en pensez-vous ?

Il y a quelques sondages qui mettent en avant le fait que les démocrates ont plus tendance à voter par courrier que les républicains. Cela a été repris par certaines personnes. Je ne pense pas que cela soit si simple de dire que les démocrates votent en ce moment et que les républicains voteront en personne. Dans beaucoup de juridictions, le pourcentage de votants est le même et dans certaines, il y a même plus de républicains que de démocrates qui votent. Quel que soit le parti, les gens votent par correspondance parce qu'ils ne sont pas chez eux (le jour de l'élection), parce qu'ils ne veulent pas avoir d'autres personnes autour, et cela n'a rien à voir avec leur affiliation politique. Je ne pense pas que cela soit juste de dire que seuls les démocrates votent par correspondance. En plus, il faut rajouter que cela prend du temps de compter les votes par correspondance. Certains États ne peuvent pas commencer à compter ces votes avant l'élection en elle-même, ce qui explique que parfois on ne connaisse le résultats de certains swing states que plusieurs jours après l'élection.

Certains internautes se plaignent sur Twitter des retards pour recevoir leur bulletin pour aller voter par anticipation, notamment dans l'Ohio. Ce sont des problèmes récurrents ?

Il y a des retards dans l'envoi des bulletins par mail, ou des personnes qui reçoivent des mauvais bulletins, avec le mauvais nom ou la mauvaise adresse. Malheureusement, c'est un système complexe. Nous avons plusieurs États qui ont des règles différentes concernant le vote par correspondance. Mais c'est important de souligner que ces erreurs sont différentes de la fraude. C'est différent d'une personne qui essaie intentionnellement de manipuler le déroulé d'une élection, comme cela est formulé dans les allégations des républicains. Ce sont deux problèmes différents, mais il n'y a pas de preuve significative selon laquelle le vote par correspondance est concerné par la fraude. En tout cas, ce qu'il faut reconnaître, c'est qu'il y a plus de chance qu'un vote ne soit pas pris en compte si on vote par correspondance que si on se déplace pour voter. Si les services postaux sont trop lents ou s'il y a un problème avec la signature : c'est en ce sens qu'il y a plus de risques de voter par correspondance. 

Les photos de files d'électeurs devant les bureaux de vote se multiplient sur les réseaux sociaux. Comment expliquer cet engouement pour le vote par anticipation cette année ?

C'est une campagne dont le niveau de polarisation est très élevé. Une des raisons qui expliquent la victoire de Trump en 2016, c'est que le taux de participation, parmi les jeunes démocrates d'une vingtaine d'années, n'était pas très bon. Et je pense que cette fois des électeurs de cette tranche d'âge vont beaucoup plus aller voter. Trump dispose également d'une base importante de soutiens et ils veulent vraiment qu'il gagne à nouveau. Enfin, l'épidémie peut pousser plus de personnes à voter par correspondance.