La vraie histoire du yoga

Publicité

Le yoga n’est pas la tradition millénaire à laquelle vous pensez

Par

Seules ses origines spirituelles seraient ancestrales, mais la pratique physique et aujourd’hui mondialisée n’a en fait qu’une centaine d’années.

C’est un malentendu historique qui, aujourd’hui, profite au soft power indien : le parti nationaliste au pouvoir le promeut justement comme un art millénaire et purement indien. Le yoga se serait pourtant développé en Californie dans les années 1920.

C’est la colonisation britannique qui va précipiter l’apparition du yoga moderne. À l’époque, il existe, mais plutôt sous une forme de chemin philosophique que d’exercice physique. “Les Indiens vont voir dans le yoga un moyen de dire aux Anglais : 'On a une philosophie, une spiritualité, qui est bien antérieure à votre venue'", explique Marie Kock, journaliste et autrice de Yoga : une histoire-monde (Ed. La Découverte, 2019). Et donc un moyen d’affirmer son émancipation du colonisateur.

Publicité

Yogananda, le pionnier

Swami Vivekananda, un maître spirituel, se rend à l’exposition universelle de Chicago, en 1893. Il y donne un discours acclamé, qui fait connaître l’hindouisme au monde occidental et ouvre la voie. Tirumalai Krishnamacharya fonde une école en 1924 en Inde, à Mysore, où il codifie la pratique moderne. C’est celle-ci que plusieurs gourous indiens vont faire connaître aux États-Unis à partir des années 1920, voire s’y installer et créer des studios de yoga. Le pionnier, Paramahansa Yogananda, publiera son Autobiographie d’un yogi, un succès mondial. Et déjà, ces gourous commencent à hybrider la pratique pour qu’elle corresponde mieux aux habitudes occidentales.

La Californie devient l’Eldorado des gourous : le climat ne leur est pas dépaysant, l’État est plus tolérant que le reste du pays et déjà doté d’une culture du corps. “Et puis surtout, il y a Hollywood, ajoute Marie Kock. Les acteurs sont susceptibles d’essayer le yoga un peu comme une lubie de star. Les studios deviennent un lieu où il faut être vu”. Bikram Choudhury, qui fut à la tête d’un empire commercial, initia à ses débuts l’actrice Shirley MacLaine, qui lui souffla l’idée de faire payer ses cours.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En parallèle, des Américains voyagent en Inde et écrivent des best-sellers sur leur expérience à leur retour. Et en 1968, les Beatles rendent célèbre la ville de Rishikesh, en Inde, considérée comme la capitale du yoga.

Évidemment, il existe des sources spirituelles plus ancestrales. Elles remontent à plusieurs textes fondateurs de l'hindouisme : les Vedas, qui datent d’il y a au moins 3 000 ans, et la Bhagavad-Gita, un autre texte écrit entre le Ve et le IIe siècle avant notre ère.

Les sutras de Patanjali

Mais le yoga classique prend corps il y a 2 200 ans, dans les yoga sutras de Patanjali, un érudit dont l’existence est entourée de légendes. Rédigés en sanskrit, ces aphorismes doivent être interprétés par un gourou et constituent un manuel moral. On y trouve des préceptes de vie, comme : ne pas mentir, ne pas voler, étudier les écrits, méditer en répétant le son “om”… Les sutras n’indiquent encore aucune posture corporelle, car celles-ci apparaîtront à partir du XIIe siècle. De même, la notion de chakras, les 7 centres d’énergie du corps humain, apparaît entre le VIIIe et le Xe siècle.

Les chakras, qu’on imagine comme quelque chose de purement yogique, viennent en fait du tantra, du bouddhisme, précise Marie Kock. Il y a énormément d’emprunts qui vont faire que le yoga va s’hybrider tout au long de son parcours”, en faisant un objet évolutif, un médium. Et si, finalement, le yoga était à la spiritualité indienne ce que la pizza est à la gastronomie italienne ?