Les idées claires : les aides sociales coûtent-elles "un pognon de dingue" ?
Les idées claires : les aides sociales coûtent-elles "un pognon de dingue" ?

Les aides sociales coûtent-elles un "pognon de dingue" ?

Publicité

Les aides sociales coûtent-elles un "pognon de dingue" ?

Par

Les Idées Claires | L'État met-il trop d'argent dans des prestations sociales inefficaces ? C'est la question au cœur des Idées claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et franceinfo et destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Depuis sa déclaration sur les aides sociales qui coûtent "un pognon de dingue" en juin dernier, Emmanuel Macron a relancé le débat autour des prestations sociales en France. Le président de la République laisse entendre que les aides actuelles ne suffisent pas à endiguer la pauvreté, et qu'il s'agit donc d'une dépense inefficace de l'État.

Cette saillie d'Emmanuel Macron a fait réagir à gauche et à droite dans un contexte de baisse des APL, d'augmentation d'impôt sur les retraites ou de révision de l'assurance chômage.

Publicité

Pourtant, le nombre de pauvres en France augmente. Depuis 2005, un million de personnes supplémentaires vivent sous le seuil de pauvreté en France. Soit 8,8 millions de pauvres selon le dernier rapport de l'INSEE. D'après l'économiste Antoine Bozio ( lauréat du prix du meilleur jeune économiste de France en 2017),  grâce à ces prestations sociales, le taux de pauvreté est contenu à 14 %. Il serait de 22 % si ces aides n'étaient pas versées.

Mais de quoi parle-t-on exactement lorsque l’on invoque les aides sociales ? Combien coûtent-elles à l'État ? Sont-elles vraiment efficaces ? Autant de questions que nous avons posées à Antoine Bozio, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et directeur de l’Institut des politiques publiques (IPP).

Les aides sociales coûtent-elles un pognon de dingue ?

"Non, mais il est vrai que l’effort consacré par la nation à ces aides sociales est très important, plus important que la moyenne européenne, et en même temps le taux de pauvreté en France est plus faible que dans la moyenne des pays européens."

Combien la France dépense en aides sociales ?

"En termes de dépenses en pourcentage du revenu national, près d’un tiers, 32% exactement, est consacré à la protection sociale. Mais au sein de cet immense montant, les retraites représentent la moitié des dépenses et les dépenses de maladies près de 8 % du produit intérieur brut. Les dépenses sociales vraiment fléchées pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion ne représentent que 2% du produit intérieur brut. On a le RSA, les allocations pour les adultes handicapés et aussi les aides au logement qui contribuent à réduire l’intensité de cette pauvreté."

Cet argent aide-t-il vraiment les pauvres à sortir de la pauvreté ?

"L’effet des prestations sociales en termes de réduction de l’intensité de la pauvreté est très notable. Sans les prestations sociales, on aurait un taux de pauvreté dans la population de l’ordre de 22 % alors qu’il est réduit à 14 % par l’action des prestations sociales. Pour autant, selon les différentes prestations sociales, on peut avoir des constats plus ou moins critiques sur leur fonctionnement et leur efficacité. Par exemple, on a pu observer le fait que les allocations logement conduisent à des hausses de loyer pour les allocataires bénéficiaires, donc ça veut dire qu’une partie des allocations est mangée par des hausses de loyer, ça ce n’est pas très efficace parce que ça ne réduit pas autant l’intensité de la pauvreté de ces ménages."

Pus de 1,8 million de foyers bénéficient du RSA, c'est plus qu'avant ?  

"Sur le RSA il y a deux raisons à l’augmentation du nombre d’allocataires. La première raison, c’est le fait que le montant du RSA a été augmenté et donc il y a plus de ménages qui deviennent éligibles au montant du RSA. La deuxième raison, c’est qu’on garde un taux de chômage très élevé de longue durée, où des personnes qui sont restées hors du marché de l’emploi pendant relativement longtemps deviennent allocataires du RSA et constituent finalement le socle dur de la pauvreté qui reste encore à réduire en France."

Parmi les plus pauvres, certains n’ont pas recours au RSA, donc ça ne marche pas ?

"On arrive à quelque chose comme 40% de ménages qui devraient être éligibles au RSA et qui ne demandent pas cette prestation. Pourquoi ? Parce que le parcours administratif, pratiquement un parcours du combattant, pour demander et obtenir l’ensemble de ces conditions, décourage de nombreux ménages y compris parmi les plus pauvres. On constate par exemple que près d’un tiers des sans domicile fixe ne sollicitent pas ces minima sociaux alors que c’est pourtant en direction d’eux qu’on a mis en place ces mesures de solidarité. C’est absolument une preuve d’inefficacité au sens où on devrait avoir un dispositif qui soit plus efficace, plus transparent, plus automatique pour viser à mieux réduire la pauvreté et son intensité."  

Les aides sociales ne favorisent pas le retour à l’emploi ?

"On constate que oui, l’écart entre le montant de revenu d’activité net d'impôt - le revenu disponible - et le montant que vous avez en inactivité joue sur le taux de retour à l’emploi. Pour autant, il a bien été mis en place en France des dispositifs qui visent justement à faire en sorte, avec la prime d’activité par exemple, que lorsque vous retournez à l’emploi vous avez des gains nets significatifs. Ce qu’on constate aujourd’hui c’est qu’il y a toujours un gain vraiment net au retour à l’emploi. La question fondamentale en France c’est de savoir si ces gains nets sont suffisants, lisibles et transparents pour les bénéficiaires et ça c’est je crois l’enjeu majeur des réformes futures de la protection sociale et de ces aides sociales."

"Les Idées claires", un programme hebdomadaire vidéo et audio

Parce que la vérité est plus lente que le mensonge, parce que la désinformation est plus séduisante que les faits vérifiés, Les Idées Claires démêle le vrai du faux. Chaque semaine, dans une vidéo et en podcast, un.e expert.e et Nicolas Martin (producteur de La Méthode scientifique sur France Culture) remettent de l’ordre autour d’une idée reçue. Retrouvez l'intégralité des épisodes dans le dossier "Les Idées Claires"

Écoutez et abonnez-vous au podcast

Les Idées Claires, c'est aussi une version à écouter d'une dizaine de minutes. À découvrir ici-même ou en vous abonnant pour ne pas rater un épisode.

Les aides sociales coûtent-elles un "pognon de dingue" ?

9 min

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS

Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous ici