Les artistes russes du monde de l'animation se mobilise contre la guerre, capture d'écran de leur chaîne YouTube
Les artistes russes du monde de l'animation se mobilise contre la guerre, capture d'écran de leur chaîne YouTube

Les artistes russes contre la guerre en Ukraine

Publicité

Les artistes russes s'engagent contre la guerre malgré la répression

Par

En Russie, près de 200 artistes liés au monde de l'animation ont lancé une campagne de courts-métrages contre la guerre. Chacun avec son univers a créé un clip animé en quelques jours. Ces vidéos ont ensuite été diffusées sur les réseaux sociaux encore accessibles aux Russes.

Malgré la répression du régime de Poutine, des centaines de dessinateurs russes utilisent leurs talents dans une campagne de courts-métrages contre la guerre. Dariya est une jeune dessinatrice et réalisatrice qui habite à Moscou, elle fait partie du groupe de dessinateurs à l'initiative du mouvement #animatorsagainstwar. Elle a déjà été arrêtée une journée mais refuse de se taire.

De l'amitié entre artistes russes et ukrainiens

Horrifiés par la guerre déclarée par Vladimir Poutine en Ukraine le 24 février, des artistes tentent de mobiliser leurs compatriotes contre la guerre.

Publicité

En quelques jours, près de 200 artistes liés au monde de l’animation cinéastes, dessinateurs, musiciens, réalisateurs, ont produit des dizaines de courts-métrages dénonçant la guerre en Ukraine, avec pour mot d’ordre "HET BOЙHE" = Non à la guerre. 

Capture d'écran de la chaine YouTube #animatorsagainstwar
Capture d'écran de la chaine YouTube #animatorsagainstwar

Dariya : "Il y a des gens de différentes nations qui nous ont rejoints. Nous sommes ensemble car nous sommes tous contre la guerre."  

Dans une lettre ouverte, les cinéastes du mouvement #animatorsagainstwar soulignent l’amitié des artistes russes et ukrainiens :  

Les communautés de l’animation ukrainienne et russe sont unies et inséparables, nous travaillons ensemble, regardons nos films respectifs depuis des années. L’art de l’animation est aussi un art qui aide les gens à se sentir humains. Pas pour tuer, pas pour détruire. Pour unir.  

En quelques jours, des dizaines de vidéos ont été créées par des artistes russes
En quelques jours, des dizaines de vidéos ont été créées par des artistes russes
- Capture d'écran

"Guerre", mot prohibé

Cette lettre ouverte recueillant des centaines de signatures et ces dizaines de courts-métrages mettent en danger leurs auteurs qui risquent amendes et prison pour s’être opposés à l’invasion de l’Ukraine. En seulement une dizaine de jours après le début de la guerre, au moins 11 000 manifestants russes ont été incarcérés.

Dariya : "Bien sûr ça devient de plus en plus dur de parler, de partager notre opinion en Russie. Car nous avons cette nouvelle et folle loi. D’après cette loi il est interdit de parler de 'guerre'. Évidemment, c’est illégal d’après notre constitution, mais c’est ainsi. Je sens qu’ils sont tellement effrayés que les gens parlent, qu’ils disent la vérité, c’est pour ça qu’ils essaient de nous réduire au silence." 

Depuis le 4 mars, il est interdit en Russie de publier des messages contenant les mots "guerre", "invasion", "offensive"...  

Des policiers arrêtent deux manifestantes venues protester contre la guerre dans le centre de Moscou. 02 mars 2022
Des policiers arrêtent deux manifestantes venues protester contre la guerre dans le centre de Moscou. 02 mars 2022
© AFP

Ceux qui le font encourent jusqu’à 15 ans de prison. Une censure qui s’ajoute à l’interdiction de plusieurs médias et réseaux sociaux.

Dariya : "Facebook est interdit maintenant à Moscou et en Russie. Mais Instagram fonctionne encore. Il y a beaucoup de propagande, ici en Russie mais malgré tout, beaucoup de gens comprennent que cette guerre est un désastre."

Ces courts-métrages sont principalement diffusés sur YouTube, Instagram et TikTok, ils ont déjà été vus par des milliers de personnes.  

Dariya : "Peut-être que c’est aussi pour nous que nous faisons cela, pour notre conscience. Nos courts-métrages sont aussi un moyen de rester… des personnes normales au milieu de cet immense désastre. Je voudrais juste dire : pardonnez-nous pour cette honteuse tragédie."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

5 min