Publicité

Les Black Panthers au-delà des clichés

Par
Manifestation de Black Panthers
Manifestation de Black Panthers
© Getty - David Fenton

Les Black Panthers sont un mythe, une image : le poing levé, béret et veste en cuir sombre. La révolution et la fierté noire prennent dans les années 1970 le visage de ces militants insurgés qui réclament le droit à l’autodéfense des Afro-Américains face à l’Amérique raciste.

Le port ostentatoire des armes à feu n’est qu’un aspect de leur quête de souveraineté, de respect et de reconnaissance. Crée en 1966 en Californie, le Black Panther Party for Self-Defense est un enfant terrible du mouvement des droits civiques qui, fidèle à la philosophie non violente, a obtenu des avancées significatives sur le front de l’égalité raciale mais ces dernières sont insuffisantes face à l’ampleur des discriminations à l’égard des Noirs. La colère des damnés de la terre américaine a toujours eu un ferment insurrectionnel, une aspiration socialiste à la redistribution des richesses et une vision internationaliste. Les Panthers les portent à leur point d’incandescence et mettent l’accent sur les politiques sociales et éducatives dont l’Etat les prive. Marxistes, le BPP lutte pour l’émancipation du prolétariat mondial, en premier lieu les colonisés et les ségrégués.

Activistes radicaux caricaturés par les autorités, ils ont pendant quelques années porté la voix d’une jeunesse enfermée dans les ghettos et la pauvreté, maltraitée par la police et humiliée par une société américaine qui les violente et leur refuse le droit à la révolte. Incarnation du corps politique qui affirme la dignité noire dans le rapport de force, le mouvement fondé par Bobby Seale and Huey Newton fut un mouvement de libération nourri de Mao et de Fanon qui mit la question du pouvoir au cœur de son action. Méconnue, la réalité de leur approche intellectuelle et militante mérite d’être explorée.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une conférence enregistrée en septembre 2018, dans le cadre du cycle "Les Grandes révoltes" de l'Université populaire du musée du quai Branly - Jacques Chirac.

Sylvie Laurent, historienne, maîtresse de conférences à Sciences-Po Paris et sur le campus américain de Reims, chercheuse associée au Stanford Center for Poverty and Inequality et ancienne fellow au WEB Du Bois Institute for African American Research à Harvard, auteur notamment de Homérique Amérique (Le Seuil, 2008), Poor White Trash, la pauvreté odieuse du Blanc Américain(Presses de la Sorbonne, 2011), Biographie intellectuelle et politique de Martin Luther King (Le Seuil, 2015), La Couleur du marché, Néoracisme et Néolibéralisme dans l'Amérique d'Obama (Le Seuil, 2016).

55 min
3 min