Publicité

Les candidats à la recherche de l’outil numérique magique pour la campagne

Par
Le moteur de recherches lancé par la campagne numérique d'Eric Zemmour
Le moteur de recherches lancé par la campagne numérique d'Eric Zemmour

En 2017, Jean-Luc Mélenchon avait organisé des meetings où ses discours étaient prononcés par son hologramme. Pour la présidentielle 2022, Éric Zemmour lance une nouvelle arme numérique de campagne : un moteur de recherches particulièrement efficace recensant la moindre de ses déclarations.

Évidemment, ces nouveaux outils numériques ne feront pas le résultat de l’an prochain. En 2017, les hologrammes de Jean-Luc Mélenchon ne lui avaient pas permis d’accéder au second tour de la présidentielle (le candidat de La France insoumise avait toutefois recueilli au premier tour près de 20% des suffrages). Et ce n’est pas le moteur de recherches lancé cette semaine par les équipes numériques du candidat Éric Zemmour qui lui garantira forcément un bon score au mois d’avril. Il n’empêche. Tous les candidats sont à la recherche de l’outil numérique, magique, qui leur permettra d'accroître leur audience, de diffuser leurs messages auprès de leurs militants, et de conquérir de nouveaux électeurs. 

Référencer la moindre déclaration d'Éric Zemmour

Le 14 décembre dernier, l’équipe du désormais candidat Éric Zemmour a donc mis en ligne un nouvel outil baptisé "Zemmour pour tous" et dont la promesse est la suivante : "le moteur de recherches pour savoir ce que pense vraiment Éric Zemmour". Le principe en est simple : en tapant un mot-clé (éducation, immigration, sécurité sociale, profs, etc.), l’internaute a immédiatement accès à toutes les vidéos et toutes les interventions dans lesquelles le candidat a prononcé ce mot. Même si la séquence vidéo est longue (par exemple une émission télévisée entière), le moteur guide l’internaute jusqu’à l’extrait précis où la thématique choisie a été abordée. Sans qu'il ait à la visionner dans son intégralité. Pour cela, le moteur de recherches lit les sous-titres générés automatiquement par YouTube. Le référencement est automatique et précis. Il permet aux militants ou aux curieux de savoir exactement ce que Zemmour a déclaré sur le sujet qui les intéresse. Et d’accéder directement au bon extrait. Pour François d’Estais, spécialiste de la communication chez Havas, cet outil est à la fois intuitif et puissant :

Publicité

C’est une arme numérique supplémentaire dans l’arsenal d’Éric Zemmour, qui était déjà conséquent. Je pense que ce moteur de recherches inédit présente deux avantages : d’abord pour les curieux qui, grâce à cette plateforme, peuvent se renseigner sur la moindre déclaration ou le programme du candidat. C’est pour eux une première matrice de compréhension. L’autre avantage à mon sens, c’est que ce moteur est un outil précieux pour les militants, ceux qui sont déjà convaincus. Ils peuvent utiliser cette ressource notamment dans le cadre de ripostes numériques. En un clic, ils sont capables de retrouver le bon extrait pour faire mouche sur les réseaux sociaux. Ou peuvent le transmettre à d'autres militants via, par exemple, des boucles Whatsapp. Ce moteur de recherches, c’est la garantie de retrouver LA vidéo pour convaincre !

En 2016 et 2017 déjà, les "Jeunes avec Macron" avaient recensé toutes les propositions et positions de leur candidat. Mais sans l’appui de ce nouvel outil numérique de recherches.

En 2017, le moteur de recherches mis au point par "Les Jeunes avec Macron"
En 2017, le moteur de recherches mis au point par "Les Jeunes avec Macron"

Sur YouTube, Jean-Luc Mélenchon domine le jeu

Si l’entourage d’Éric Zemmour a décidé d’avoir recours à ce nouveau moteur, c’est parce que le candidat d’extrême-droite dispose déjà d’une chaîne YouTube puissante : 322 000 abonnés. À titre de comparaison, la chaine YouTube d’Emmanuel Macron en compte 231 000. Ils sont en revanche tous les deux largement devancés par Jean-Luc Mélenchon qui dispose de 615 000 abonnés. Après deux décennies de présence à la télévision (dans des centaines d’émissions et des milliers de chroniques), le polémiste est capable d’offrir en matière de vidéos une richesse de contenus quasi inégalée. 

Pour cette présidentielle 2022, à l’autre bout de l’échiquier politique, Jean-Luc Mélenchon mise gros aussi sur les réseaux sociaux, avec une forte présence sur YouTube mais aussi Facebook, Twitter et TikTok. La France insoumise cherche également à être à la pointe de la technologie numérique : 

En 2017, les Insoumis avaient lancé un jeu vidéo 'Fiscal Kombat' très inspiré par les codes du web, et de l’univers du jeu vidéo. Le but était d’aller chercher de nouveaux électeurs, en particulier les jeunes. Il y avait là une volonté d’aller conquérir de nouveaux publics. Même si pour 'le commun des mortels', ces initiatives numériques peuvent paraître assez lointaines, voire confidentielles.

Fiscal Kombat, le jeu mis en ligne par le candidat Mélenchon en 2017
Fiscal Kombat, le jeu mis en ligne par le candidat Mélenchon en 2017

Le communicant François d’Estais conclut en citant le philosophe canadien Marshall McLuhan, théoricien des médias au XXe siècle : "Nous façonnons nos outils. Puis nos outils nous façonnent". L’équipe numérique d’Éric Zemmour semble l’avoir bien compris et s’en sert pour façonner l’opinion publique. 

> Découvrez notre dossier " 2022 : une présidentielle sur les réseaux sociaux"