Publicité

Les cent ans de Gallimard à la BNF

Par

__________________________________ *> 100 ans de Gallimard : * l'exposition à la BNF (1) | les grandes dates (2)

G
G

Pour célébrer le centième anniversaire des Editions Gallimard, la BNF a largement puisé dans le fond souvent inédit de la maison d’édition : manuscrits, correspondances, photographies… complétés d’archives audiovisuelles de l’INA et de pièces issues de la collection de la BNF. Voyage au travers d’un siècle littéraire avec les plus grandes figures intellectuelles de l’époque. Entretien avec l’une des commissaires de l’exposition, Virginie Meyer.
35 prix Goncourt, 36 écrivains ayant reçu le prix Nobel de littérature, 40 000 titres au catalogue… un palmarès brillant pour la plus grande maison d’édition indépendante française. Début de l’histoire le 31 mai 1911, deux après la création de la Nouvelle revue française, Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger créent les Editions de la Nouvelle revue française en investissant trois mille francs chacun. Elle portera le nom de Librairie Gallimard huit ans plus tard.

Publicité

Gaston Gallimard © Photo Archives Gallimard Virginie Meyer détaille les deux axes retenus pour l’exposition et la difficulté de sélectionner parmi un catalogue aussi riche:

b
b

Affiche de Courrier Sud, premier titre d’Antoine de Saint Exupéry, 1929 © Photo Archives Gallimard

La richesse du catalogue Gallimard reflète un siècle d’intellectuels français, d'Aragon à Yourcenar, en passant par Camus, Céline, Duras, Faulkner, Joyce, Kerouac, Kundera, Le Clézio, Modiano, Queneau ou encore Sartre.

Les cent ans de Gallimard se confondent avec un siècle d’écrits des plus grands intellectuels:


Diversité du fonds Gallimard et découvertes inédites:


« Décidément, j’aime les catalogues, c’est presque aussi beau qu’un indicateur de chemin de fer, on y voyage. On y prend une vue assez juste de l’humanité, de celle qui pense. » Gaston Gallimard à sa femme, 17 janvier 1916. Les grandes qualités dont a fait preuve Gaston Gallimard pour construire un répertoire d’auteurs aussi impressionnant. [1’57’’]

f
f

Raymond Queneau, fiche de lecture sur Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, 1949 © Photo Archives Gallimard

La première salle de l’exposition se concentre sur les manuscrits et les portraits de leurs célèbres auteurs comme André Gide, Paul Claudel ou Marcel Proust, jusqu’aux contemporains tels que Daniel Pennac (et un manuscrit inédit de son prochain roman) ou Jonathan Littell en passant par André Malraux, Simone de Beauvoir… Mais avant d’être publié, il faut avoir été lu et retenu. Pour la première fois, le travail du comité de lecture est exposé au public.

En 1913, André Gide refuse le manuscrit de Proust, « A la recherche du temps perdu », une décision qu’il regrettera amèrement par la suite « Refuser ce livre restera (…) l’un des regrets, des remords, les plus cuisants de ma vie » écrira-t-il à Marcel Proust à la publication de son roman chez Bernard Grasset. Mais l’auteur rejoindra l’écurie Gallimard pour son deuxième roman, « A l’ombre des jeunes filles en fleur », qui recevra le prix Goncourt en 1919.

Virginie Meyer revient sur le travail des fiches de lecture et le fonctionnement du comité. [1’32’’]


Pendant la guerre et durant l’occupation allemande, la position de Gaston Gallimard reste ambiguë : il cède la direction de la NRF à Drieu La Rochelle, continue son travail de publication et accepte la censure mais dans le même temps il accueille des réunions de résistants. Cette double activité permettra à la maison d’édition d'éviter l’épuration à la libération.

Cette période voit naitre les publications d’Albert Camus avec L’Etranger en 1942, Le mythe de Sisyphe en 1942 également et La Peste en 1947. Il est récompensé d’un prix Nobel de littérature en 1957 mais se tue en voiture avec Michel Gallimard (neveu de Gaston) en janvier 1960.

« Avez-vous lu les manuscrits de Camus ? Attention : ce sera un écrivain important à mon avis. » André Malraux à Gaston Gallimard, 9 novembre 1941.
Antoine Gallimard, actuel PDG des Éditions Gallimard © Photo Archives Gallimard

Un catalogue s’enrichit aussi de l’usage et la vie de son fonds. La maison d’édition lance plusieurs collections, « Du monde entier » en 19313, reprend la « Pléiade » en 1933, Marcel Duhamel crée « Série Noire » en 1945, puis Gallimard innove avec « Idées » en 1962 et « Poésie » en 1966. En 1975, à la mort de Gaston Gallimard, son fils Claude prend le relais et lance la collection « Folio » (250 millions de livres de poche vendus).

En 1998 Antoine Gallimard, petit-fils de Gaston, arrive à la tête du groupe et réalise une belle opération commerciale avec la publication des sept tomes d’*Harry Potter * de J.K. Rowling qui participe à l’assurance d’une indépendance financière et donc éditoriale à la maison Gallimard.

La maison d’édition a conservé les mêmes priorités aujourd’hui que celles qui ont fait le succès de Gaston Gallimard:

A voir : Gallimard, 1911-2011 : un siècle d'édition , du 22 mars 2011 au 3 juillet 2011, à la BNF François-Mitterrand / Galerie François Ier.> A écouter en complément : le dossier du jour consacré au prix unique du livre numérique .> Enfin, une conférence sur Gallimard et les sciences humaines avec Pierre Nora, historien et membre de l'Académie française. Disponible à l'écoute sur Plateformes .