Les cours d'adultes pour les ouvriers au XIXe siècle

Publicité

Les cours d'adultes pour les ouvriers au XIXe siècle

Par
Orfèvres au travail dans l'usine Christophle à Paris, 1875, gravure d'Edmond Morin
Orfèvres au travail dans l'usine Christophle à Paris, 1875, gravure d'Edmond Morin
© Getty - Heritage Images

De 1820 au Second Empire, les "cours aux ouvriers" se multiplient, dans l'objectif de mieux faire comprendre à ceux-ci leur métier, et dans l'esprit de diffusion des connaissances hérité des Lumières.

La révolution industrielle de la fin du XVIIIe siècle, associée aux "utopies sociales" post-révolutionnaires (le saint-simonisme notamment), allait conduire un certain nombre de savants et intellectuels, comme Charles Dupin ou Auguste Comte, à proposer des cours du soir ou de fin de semaine aux ouvriers, afin que ceux-ci "comprennent" mieux la nature de leur travail à l'usine. Ces cours, hérités de l'esprit des Lumières, naîtront à la Restauration, et courront jusqu'au Second Empire. La IIIe République pourra capitaliser sur ces cours pour inscrire l'idée d'une instruction gratuite et obligatoire pour tous, dès l'enfance. Ils seront aussi à l'origine des bibliothèques ouvertes à tous, ainsi que des mouvements et associations d'éducation populaire tout au long de la IIIe République.

Carole Christen, maîtresse de conférences HDR en histoire contemporaine, Université de Lille.

Publicité
La Fabrique de l'Histoire
52 min
Les Chemins de la philosophie
58 min