Publicité

Les deux Europe du chômage

Par
Taux de chômage dans l'UE à 28
Taux de chômage dans l'UE à 28
© Radio France - Camille Renard

carte. Le chômage baisse dans toute l'Union européenne selon les derniers chiffres publiés par Eurostat. Mais cette diminution masque de fortes disparités. Le point en carte sur les bons élèves et les décrocheurs de l'emploi en Europe.

Dans l’Union européenne à 28, le taux de chômage s’est établi à 8,3% en octobre 2016, en baisse par rapport au taux de 8,4% du mois précédent et à celui de 9,1% d'octobre 2015. Il s'agit du plus faible taux enregistré dans cette zone depuis février 2009.

Derrière la moyenne, des écarts considérables

Les bons et les mauvais élèves, si l'on veut. Mais c'est réducteur car, à y regarder de plus près, la situation est plus complexe. Il y a les très bons, à commencer par l'Allemagne, qui bat des records : le taux de demandeurs d'emploi est descendu à son plus bas niveau depuis plus de 25 ans. Avec 4 % de chômage, l'Allemagne n'occupe cependant plus la première place : la République tchèque l'a dépassée, avec 3,7 % de chômage. Deux économies très dépendante de la production automobile et de l'exportation.

Publicité

Dans le trio de tête, l'économie tchèque donc, l'Allemagne et la Hongrie...C'est le flanc nord et est de l'Europe, avec deux économies qui sont sorties du bloc communiste il y a plus de 25 ans. Elles sont dans l'Union européenne, mais pas dans la zone euro.

Face à l'Allemagne, l'Espagne fait pâle figure avec ses 19% de sans emplois. Oui, mais l'Espagne voit reculer le chômage à très grande vitesse : sur un an, elle enregistre la plus importante baisse de son histoire, avec près de 400 000 chômeurs en moins. Qu'on le veuille ou non, c'est une décrue considérable, qui s'explique surtout par une remontée de l'emploi dans le tourisme, essentiellement dans les services. Ce qui signifie que cette amélioration n'est pas forcément durable. Mais enfin, elle existe. Cela permet de classer l'Espagne, non pas comme un bon élève de la classe européenne, comme les Pays bas, l'Autriche ou la Pologne, mais comme un pays prometteur.

A lire : " Loi Travail : la France médiocre en Europe" (carte)

Et à côté, demeurent les pays qui peinent à faire refluer leur taux de chômage. Parmi les grandes économies, il y en a deux qui ne brillent guère par leurs succès : l'Italie et la France. L'Italie est apparemment plus mal en point avec plus de 11 % de chômeurs, quand la France est autour de 9,5 %. La France qui est dans la moyenne européenne, il est vrai, sauf qu'elle ne parvient pas à générer de l'emploi. Son taux de croissance de l'emploi est à la traîne de l'Union européenne. Avec quelque 0,2 %, c'est objectivement l'un des plus faibles, et c'est inquiétant pour la suite. Hésitante, la France se place sur une pente de l'emploi incertaine, alors que la plupart des pays sont clairement orientés à la baisse depuis quelques années. Quant à la Grèce, elle ferme le ban avec plus de 23 %, après la crise financière qui a frappé le pays.

Parmi les moins bien lotis côté emploi, des économies du sud donc, arrimées à l'Europe depuis longtemps, mais des économies qui ont pris de plein fouet les effets de la crise financière et immobilière de 2008 au point de plomber leur endettement.

A écouter : " Chômage : les chiffres peuvent-ils rendre compte de la réalité ?" (Les Matins, avec Olivier Rey, mathématicien et philosophe, chargé de recherche à l’Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques au CNRS)