Publicité

Les échos des Rencontres de Pétrarque

Par

"Notre avenir est-il démocratique ?" : une série d'entretiens, en prolongement du Journal de 12h30, aux Rencontres de Pétrarques.

"Notre avenir est-il démocratique ?"

La question posée cette année aux Rencontres de Pétrarque, à Montpellier, est sans doute celle qui saisit le mieux le moment historique dans lequel nous sommes entrés.

Publicité

Que peut signifier en effet le qualificatif de démocratique quand l’ordre du monde paraît plus fort que la liberté des hommes de choisir leur destin ?

Et peut-on encore parler de démocratie quand s’efface la possibilité même de maîtriser l’avenir ?

La cour du rectorat à Montpellier pour les XXVIème rencontres de Pétrarque
La cour du rectorat à Montpellier pour les XXVIème rencontres de Pétrarque
© Radio France - A. Landivier

L’adjectif « post-démocratique » a d’ailleurs été utilisé récemment par le philosophe allemand Jürgen Habermas au moment de la signature du pacte budgétaire européen.

Dans un article récent, Habermas écrit en effet que « Les chefs de gouvernement risquent de transformer le projet européen en son contraire : la première communauté supranationale démocratiquement légalisée deviendrait un arrangement effectif, parce que voilé, d’exercice d’une domination post-démocratique. »

En échos aux Rencontres de Pétrarque, Antoine Mercier reçoit chaque jour de la semaine un invité sur ce thème dans la seconde partie du journal de 12H30.

Une version "bonus" sera enregistrée pour cette page et la discussion se poursuivra par un forum.

Lundi 16 Juillet

Pour ouvrir cette série, Antoine Mercier s'entretient avec Michel Schneider, écrivain et psychanalyste

Michel Schneider
Michel Schneider
© Radio France - S. Lopoukhine

1ère partie  :

Écouter

7 min

Écouter

19 min

Mardi 17 juillet

Nous poursuivons en échos aux 27èmes rencontres de Pétrarque qui se tiennent cette semaine à Montpellier, notre exploration en profondeur des menaces qui pèsent sur notre démocratie avec le psychanalyste Jean Pierre Winter.

Antoine Mercier reçoit Jean-Pierre Winter (à droite)
Antoine Mercier reçoit Jean-Pierre Winter (à droite)
© Radio France - S. Lopoukhine

1ère partie  :

Écouter

8 min

Écouter

26 min

Mercredi 18 juillet 

Troisième volet de notre série d'entretiens en échos aux rencontres de Pétrarque, nous sommes en compagnie de la Philosophe Cynthia Fleury

Antoine Mercier avec Cynthia Fleury
Antoine Mercier avec Cynthia Fleury
© Radio France - S. Lopoukhine

*1ère Partie * :

Écouter

9 min

Écouter

21 min

Jeudi 19 juillet

Avant dernier volet de notre série en écho au thème des rencontres de Pétrarque, nous accueillons la philosophe Sophie Nordmann

Antoine Mercier reçoit la philosophe Sophie Nordmann
Antoine Mercier reçoit la philosophe Sophie Nordmann
© Radio France - S. Lopoukhine

1ère partie :

Écouter

8 min

Écouter

21 min

Vendredi 20 juillet

C’est donc le cinquième et dernier entretien autour du thème des rencontres de Pétrarque « Notre avenir est-il démocratique ? ». Après avoir exploré cette question avec deux psychanalistes et deux philosophes nous concluons cette série avec le point de vu d’un politiste, Laurent Jeanpierre

Antoine Mercier reçoit Laurent Jeanpierre
Antoine Mercier reçoit Laurent Jeanpierre
© Radio France - S. Lopoukhine

1ère Partie  :

Écouter

9 min

Écouter

22 min

A l'occasion de la 27ème édition des "Rencontres de Pétrarque", France Culture revient à Montpellier avec une proposition renouvelée : des émissions quotidiennes en direct autour du débat d'idées, des rendez-vous culturels et des rencontres particulières sous le grand arbre de la cour du rectorat avec les penseurs du temps présent.

Le Journal des Rencontres

Toute la semaine, en direct de Montpellier, retrouvez Emmanuel Laurentin qui vous présente les débats en cours des "Rencontres de Pétrarque" dont le thème est cette année "Notre avenir est-il démocratique ?".

Roosevelt 2012

Le but de ce collectif est de "provoquer un sursaut" et de sortir  de la crise "sans imposer  aucun plan d'austérité aux classes moyennes et à toutes celles et ceux qui souffrent déjà cruellement de la crise". Il propose tout simplement à François Hollande d'inscrire  ses pas dans ceux de Franklin Roosevelt, qui ne voulait pas "rassurer les marchés" mais "les dompter"...