Publicité

Les forces spéciales françaises, des unités devenues indispensables

Par
Les forces spéciales sont devenues un outil indispensable en matière de contre-terrorisme et de renseignement. Ici, une unité des Commandos Parachutistes de l’Air sur la base d'Orléans-Bricy.
Les forces spéciales sont devenues un outil indispensable en matière de contre-terrorisme et de renseignement. Ici, une unité des Commandos Parachutistes de l’Air sur la base d'Orléans-Bricy.
© Maxppp - Eric Malot

Repères. La libération de quatre otages par le commando Hubert le 9 mai au Burkina Faso a jeté la lumière sur ces unités d’élite qui restent habituellement dans l’ombre. En France, les forces spéciales comptent 4 000 hommes triés sur le volet prêts à intervenir partout et tout le temps.

La France fait partie des quelques rares pays réputés pour la qualité de ses forces spéciales. Ces soldats de l’ombre interviennent le plus souvent dans l’anonymat mais parfois, un raté ou un coup d’éclat nous rappelle leur existence et leur importance. Au Burkina Faso, le 9 mai dernier, le commando Hubert a accompli sa mission en libérant quatre otages mais a perdu deux des siens dans l’assaut. En France, ces unités existent au sein des trois composantes de l’armée (air, mer, terre) et constituent aujourd’hui un maillon essentiel de la puissance militaire du pays.

Des unités issues de la France libre

Des hommes du commando Kieffer débarquent en Normandie le 6 juin 1944.
Des hommes du commando Kieffer débarquent en Normandie le 6 juin 1944.
© Getty - Xavier ROSSI/Gamma-Rapho via Getty Images

Les forces spéciales françaises trouvent leur origine dans la Seconde guerre mondiale. Le 6 juin 1944, une poignée de militaires français débarque à Colleville-Montgomery au milieu des forces alliées : ils sont 177 et appartiennent au 1er bataillon de fusiliers marins commandos, les fameux “commandos Kieffer”. L’expression leur a été donnée a posteriori et vient du nom de leur chef, le capitaine de corvette Philippe Kieffer. Ce dernier a été parmi les premiers à répondre à l’appel du général de Gaulle en juin 1940 ; une fois à Londres, il s’inspire de l’exemple anglais des commandos (les SAS, pour "Special air service") pour constituer sa propre unité.

Publicité

“A l’époque, les Anglais sont en situation d’infériorité numérique par rapport aux Allemands”, explique le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef de la revue de Défense nationale. “En créant ces forces spéciales, les Britanniques constituent des petites unités pour effectuer des missions coup de poing, saisir un objectif, chercher un renseignement mais en aucun cas pour durer”. Leurs missions permettent des succès tactiques au service de grands objectifs stratégiques : “Par exemple, les Anglais envoient des plongeurs arrivés en sous-marins de poche sur les plages de Normandie pour récupérer des échantillons de sable afin de préparer le débarquement.”

Cet esprit commando est acquis par les troupes du commandant Kieffer et développé après la guerre : “en particulier les techniques parachutistes qui permettent de larguer des petites équipes sur un territoire hostile”, explique le général Pellistrandi, “par exemple de nuit, qui peuvent s’infiltrer dans un dispositif ennemi de manière clandestine”. Ces méthodes sont mises en œuvre lors des guerres de décolonisation - en Indochine, en Algérie - et dans tous les conflits majeurs dans lesquels la France est engagée par la suite : Liban, Bosnie, Kosovo, Somalie, Rwanda, Afghanistan, large de la Somalie, Sahel et République Centrafricaine, Proche et Moyen Orient. 

59 min

Un commandement centralisé depuis la guerre du Golfe

Après la Seconde Guerre mondiale, l’autre grande étape de l’histoire des forces spéciales françaises a lieu en 1991. Cette année là, la France est engagée dans la première guerre du Golfe en Irak et prend conscience de son retard par rapport à ses alliés britanniques et américains, qui ont fédéré le commandement de leurs unités d’élite au sein d’une seule entité quelques années plus tôt. Le manque est corrigé un an plus tard avec la création du Commandement des opérations spéciales (COS) qui s’installe sur la base aérienne de Villacoublay, près de Paris, directement rattaché au chef d’état-major des armées.

"Cette organisation est plutôt récente", continue le général Pellistrandi, "mais elle s'appuie sur de longues traditions liées à des spécialités comme les nageurs de combat ou les unités de parachutistes". Les forces spéciales comptent ainsi des unités dans les trois composantes de l'armée, terre, air et marine : les commandos parachutistes de l'air basés à Orléans, le 1er régiment de parachutistes d'infanterie de marine (ou 1er RPIMa) à Bayonne ou encore les sept unités de commando de marine (dont le commando Hubert, qui est intervenu le 9 mai au Burkina Faso).

"Toutes ces unités partagent les mêmes fondamentaux : un entraînement et un savoir-faire communs", explique le général Pellistrandi, "le but est qu'elles soient toutes capables de mener des actions 'coup de poing' extrêmement efficaces et précises. Mais chacune dispose aussi de compétences particulières qui leur permettent de se compléter et d'agir en tout milieu. Le commando Hubert est ainsi le seul à être capable d'intervenir en milieu sous-marin : une petite unité peut se déployer en passant par les tubes lance-torpilles d'un SNA (sous-marin nucléaire d'attaque) ; on aperçoit une telle unité dans le film 'le Chant du Loup'" sorti en 2019.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des unités déployées en permanence

Les forces spéciales ont pris une importance croissante avec le développement de la guerre asymétrique et notamment du terrorisme : des nouvelles menaces qui ont obligé ces unités à modifier leur stratégie. Car les forces spéciales se déploient désormais dans la durée. "Sur chaque zone d'intervention de l'armée française, on peut se dire que les forces spéciales sont présentes aussi, il suffit de regarder la liste des opérations extérieures sur le site du ministère des Armées pour avoir la liste", précise le général Pellistrandi. "Ce sont des petites équipes qui tournent entre les différents théâtres d'opération. C'est ce qui explique que le commando Hubert - donc des marins - soit intervenu au Burkina Faso, dans un pays qui n'a pas de littoral maritime. Ces unités ne sont pas venues de Paris, elles étaient déjà sur zone".

Pour assurer toutes ces missions, les forces spéciales ont donc besoin d'hommes. Depuis 2014, leur nombre a été augmenté d'un millier pour atteindre un effectif global de 4 000 personnels. Ces soldats ont d'abord fait leurs armes dans des unités conventionnelles avant de tenter la sélection drastique des forces spéciales. "Le taux de réussite est bas, si un seul candidat sur quinze réussit les tests, on n'abaissera pas les seuils d'admission pour étoffer les effectifs", précise le général Pellistrandi. "On peut les comparer à des athlètes de haut-niveau, ce sont des gens passionnés, qui aiment l'adrénaline mais qui savent maîtriser les risques, ça n'est pas des cow boys. Leur force repose aussi sur la cohésion de leur unité, ils ont une confiance totale dans leurs coéquipiers grâce aux entraînements et aux formations qu'ils suivent sans cesse".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Reportage diffusé par France 24 en décembre 2017 sur les forces spéciales françaises au Sahel.

Intervenir partout et tout le temps en complément des forces conventionnelles

Les forces spéciales doivent ainsi être capables de préparer des actions pendant des semaines ou des mois mais aussi être prêtes à intervenir en l'espace de quelques heures. En 2015, Le Figaro faisait ainsi le récit de l'élimination de deux chefs jihadistes au Sahel que la France avait fini par "neutraliser" après une semaine de traque et de recoupement. La guerre du renseignement est l'une des cordes à l'arc de ces unités, qui s'appuient sur une large collaboration avec les forces armées conventionnelles, les drones et les alliés.

Mais ces forces ne sont pas non plus l'alpha et l'oméga de l'armée française. "L'idée d'un petit outil sophistiqué qui va résoudre tous les problèmes rapidement est un leurre", estimait le colonel et historien Michel Goya dans le Figaro en 2015, "La première mission des forces spéciales, c'est de réaliser des missions de valeur stratégique, pas de se substituer à l'infanterie. Il ne faut pas les employer pour tout type de missions. Les forces spéciales doivent rester des unités d'intervention dédiées à des missions de haute valeur".

Au Sahel, le rôle de ces unités étaient ainsi très bien résumé dans le JDD par le vice-amiral Laurent Isnard, chef du COS (Commandement des opérations spéciales) : "Notre rôle, c'est de limiter l'ampleur de l'insécurité et de réduire la menace à un niveau qui puisse être pris en compte par les Etats de la région. (...) Et nous, les forces spéciales, nous ciblons les organisations terroristes pour les neutraliser et les détruire. L'objectif reste en premier lieu de créer un environnement qui permette de mettre en œuvre les autres volets de la stabilisation, que ce soit les accords politiques ou les projets de développement, qui aideront nos partenaires à sortir de cette crise".