Publicité

Les grands médias à la conquête de l'Afrique

Par

Euronews vient de lancer ce lundi sa petite soeur africaniste, baptisée Africanews : un projet de "hub" multimédia alliant télévision, radio et multimédia, pensé pour couvrir l'actualité subsaharienne et mondiale du point de vue du continent africain, devenu enjeu majeur de l'information de demain.

L'Afrique, enjeu majeur du marché de l'information
L'Afrique, enjeu majeur du marché de l'information
© Maxppp - Jean-Pierre Kepseu

"L'Afrique est une terre d'opportunité. Un continent en pleine croissance. Pourquoi ne pourrions-nous pas entendre ce que les Africains ont à dire? Pas uniquement sur les affaires africaines mais sur les affaires mondiales également ?" C'est ce qu'a déclaré Michael Peters, président du directoire d'Euronews et président d' Africanews, lors de l'annonce du lancement de la dernière venue sur le marché des médias africanistes, le 5 novembre dernier.

Publicité

Un marché déjà occupé, en France, par Le Monde, Le Point, Canal + ou encore par le pure player Slate, qui ont lancé leurs éditions africaines respectives ces deux dernières années , tablant sur la vitalité économique du continent, qui enregistrait en 2015 plus de 5% de croissance, et sur sa digitalisation fulgurante puisque l'accès à Internet y a doublé en quatre ans.

Les précisions de Marie-Alix Autet :

Écouter

1 min

Un constat qui rejoint celui de TNS Sofres, via son étude Africascope : en octobre dernier, l'institut de sondage s'est attaché à décrypter les pratiques médiatiques de ce continent en pleine expansion, offrant une vision précise des segments à conquérir. Sans surprise, si la télévision reste le média le plus utilisé, c'est le numérique qui pointe en tête des priorités, d'où un développement en ligne incontournable pour s'implanter durablement dans le paysage.

Les pratiques médiatiques des Africains subsahariens, extrait de l'étude Africascope de TNS Sofres d'octobre 2015.
Les pratiques médiatiques des Africains subsahariens, extrait de l'étude Africascope de TNS Sofres d'octobre 2015.

Et si 21% des Africains possèdent un smartphone, cette étude révèle que c'est le moyen le plus utilisé pour se connecter à Internet et surtout, pour s'informer en ligne : une pratique qui tend à s'accroître rapidement, parallèlement au développement économique du continent. D'où un soin particulier apporté aux plateformes, tant dans la forme que dans le fond : multiplicité des nationalités et des points de vue et possibilité, pour les lecteurs, de participer à l'élaboration de contenus en envoyant témoignages ou photos.

Ce qu'entend faire Africanews sur son site, lancé avant sa chaîne de télévision et sa fréquence radio, avec son module Story Hunters , permettant également de couper l'herbe sous le pied des détracteurs de ces médias africanistes qui y voient une main-mise de lobbies néo-colonialistes. Si la France peut se targuer d'avoir un avantage de taille sur ce continent où un Africain sur 9 parle français, elle n'est pas seule dans la course : la Chine et l'Angleterre, via sa plateforme polyphonique Guardian Africa Network, y ont déjà posé leurs valises en 2012.