Les hérétiques au Moyen Âge : suppôts de Satan ou chrétiens dissidents ?

Publicité

Les hérétiques au Moyen Âge : suppôts de Satan ou chrétiens dissidents ?

Par
Hérétiques brûlés en place publique
Hérétiques brûlés en place publique
- Wikimedia Commons

An mille : les hérésies ne touchent qu'un nombre limité de personnes, appartenant à l'élite culturelle et sociale. Deux siècles plus tard, elles sont devenues de puissants mouvements contestataires qui remettent en cause l'emprise du clergé catholique. Un défi lancé à la papauté qui les combat.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

“L'hérétique n'est pas celui que le bûcher brûle, mais celui qui l'allume.” Francis Bacon

L’approche par les historiens du phénomène de l’hérésie a beaucoup évolué depuis un demi-siècle et oscillé entre plusieurs écueils. Le principal danger, lorsqu’on analyse les formes variées de la contestation religieuse au Moyen Âge, est de prendre à la lettre les dénominations des groupes hérétiques, ainsi que les croyances et les pratiques que les auteurs de l’époque leur ont attribuées. Réagissant à juste titre contre cette conception, les historiens de la fin du XXe siècle ont souvent cherché à assigner à ces mouvements d’autres objectifs que ceux que leurs adeptes affirmaient poursuivre, en particulier la recherche du salut que ces derniers pensaient avoir plus de chance de trouver hors de l’Église qu’en son sein. Dans une perspective marxiste, l’hérésie serait une modalité d’expression de la lutte des couches inférieures de la société contre les classes dominantes. Pour l’École des Annales, les hérétiques étaient plutôt des individus et des groupes marginaux qui contestaient l’ordre féodal. Mais ces interprétations n’ont pas convaincu dans la mesure où la plupart d’entre eux ne se recrutèrent pas parmi les éléments les plus défavorisés de la société. D’où la nécessité d’une reconsidération du problème qui a prévalu depuis une vingtaine d’années et a amené à reprendre la question sur des bases nouvelles.

Publicité

Une conférence enregistrée en 2016.

André Vauchez, professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’université de Paris-Ouest-Nanterre, membre de l’Institut de France.