Publicité

Les images de Dominique Strauss-Kahn

Par

Une "mise à mort médiatique". C'est en ces termes que Robert Badinter, sur France Inter, a qualifié les images de Dominique Strauss à sa sortie d'un commissariat de Harlem. Des socialistes, mais aussi certaines personnalités de la majorité, les ont jugé scandaleuses. "D'une cruauté insoutenable" selon le député PS Manuel Valls par exemple.

Une séquence, comme celle de la prostration de DSK dans un box d'une salle du tribunal de New-York, qui a tourné en boucle sur les chaînes françaises d'information en continu Erwan Pastol (19/05) :

Publicité


Le CSA a pourtant rappelé mardi dans un communiqué que la loi interdit la diffusion d'une personne menottée tant qu'elle n'est pas condamnée. Appel relayé par l'un des avocats de DSK, Maître Dominique de Leusse , qui a dit ce mardi envisager des poursuites judiciaires (17/05) :


Mais pour l'avocat et blogueur Maître Eolas, l'interdiction de ces images n'est pas si évidente. Il répond à Laure de Vulpian (18/05) :


Et découvrez aussi l'avis de l'avocat Emmanuel Pierrat , invité des Matins et de Marc Voinchet ce 19 mai :


Aux Etats-Unis, cette pratique est courante. Le "perp walk" (perpetrator walk) consiste ainsi à exhiber les prévenus sous l'oeil des médias, sans épargner les célébrités.

"Je pense que c'est humiliant, mais si vous ne voulez pas de 'perp walk', ne commettez pas de crime", a déclaré le maire de New York Michaël Bloomberg mardi à la presse.

Dominique Strauss-Kahn dans l'oeil de la caméra à la cour criminelle de Manhattan, le 16 mai 2011
Dominique Strauss-Kahn dans l'oeil de la caméra à la cour criminelle de Manhattan, le 16 mai 2011
© Reuters - Andrew Gombert

Dominique Strauss-Kahn dans l'oeil de la caméra, à la cour criminelle de Manhattan, le 16 mai 2011 Andrew Gombert © Reuters

Au sens plus figuré, ** un débat est né à propos de l'image des hommes politiques en France** .

Le "Code du silence"... c'est ainsi que le New-York Times qualifie l'omerta autour de la vie privée des personnalités politiques françaises... et plus particulièrement de leur sexualité. Une pudeur toute tricolore à l'opposé de la publicité faite aux affaires de moeurs outre-Atlantique. Cette tradition du secret a été acceptée et entretenue par une partie du monde médiatique français estime le sociologue (EHESS - ENS - spécialiste des questions de genre, de sexe et de sexualité) Eric Fassin (18/05) :


A Londres, les éditorialistes ont pointé du doigt les rumeurs qui couraient sur la vie sexuelle de Dominique Strauss-Kahn et l'aveuglement volontaire de la presse française. C'est en tout cas le point de vue de Charles Bremner, le correspondant à Paris du journal anglais "The Times" , joint par Stéphane Hiscock (17/05) :


Pourtant, le politologue anglais Charles Grant, directeur du "Center for european Reform", refuse de jetter la pierre à la presse française . Au contraire (18/05) :


Et la journaliste politique du Monde Raphaëlle Bacqué défendait aussi ses confrères dans notre édition de la mi-journée présentée par Nadine Epstain (18/05) :


Enfin, peu avant cette affaire, deux images de Dominique Strauss-Kahn avaient fait parler d'elles. Essentiellement celle de son entrée place des Vosges dans la Porsche de son conseiller en communication (photo AFP), mais aussi celles du dirigeant dans une chambre d'hôtel défroissant ses costumes (documentaire "Un an avec DSK - Au cœur du FMI" pour Canal Plus). Avec en complément des révélations de France Soir à propos du prix de certains de ses costumes. Révélations attaquées très rapidement en justice par le directeur général du FMI.

Les médias et internet en font-ils trop à ce sujet, propulsé aussi par twitter ? Le point de vue du sociologue des médias Dominique Wolton , interrogé par Cindy Hubert (15/05) :


> Retour à notre dossier sur cette affaire
La couverture médiatique de l'affaire DSK. Masse critique

Émission du 15 mai de Frédéric Martel, avec notamment Joseph Macé-Scaron.

Le RenDez-Vous avec Hervé Brusini et Yves Jeuland

Hervé Brusini, ancien reporter (Prix Albert Londres en 1991) et directeur de la Rédaction nationale de France 3 et auteur de "Copie conforme - Pourquoi les médias disent-ils tous la même chose ?". Yves Jeuland, réalisateur, auteur de documentaires.

Dominique Strauss-Kahn, les femmes et la presse

Article du 18 mai 2011 d'Ariane Chemin et Marie-France Etchegoin.

L'étrange omerta des médias sur le cas DSK. LeMonde.fr

Point de vue du 16 mai de Christophe Deloire, l'auteur de Sexus politicus (Albin Michel, 2006) et directeur du Centre de formation des journalistes (CFJ).

Serge Hefez : "DSK me fait penser à Zidane". Les Inrockuptibles

Entretien réalisé le 17 mai par Alain Dreyfus.