Les laboratoires pharmaceutiques sont-ils aux mains du « Big Pharma » ?

Publicité

Les laboratoires pharmaceutiques sont-ils aux mains du "Big Pharma" ?

Par

Les laboratoires font-ils la course au profit, au mépris de la santé des citoyens ? C'est la question au cœur des Idées Claires, notre programme hebdomadaire produit par France Culture et Franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Existe-t-il des remèdes dissimulés par l’industrie pharmaceutique pour écouler des médicaments toxiques à prix d’or ? C’est la théorie du "Big Pharma", celle d’un cartel mondial entre les laboratoires. Cadeaux aux professionnels de santé, experts corrompus, maladies inventées, études truquées… Ils œuvreraient dans le plus grand secret pour faire fructifier l'industrie sur le dos de la population, tout en prenant soin de discréditer, voire de faire disparaître d’autres formes de traitements dits alternatifs ou traditionnels, qui pourtant auraient fait leur preuve depuis des siècles. 

Quelle est l’étendue de l’influence des laboratoires sur la médecine conventionnelle ? Nous avons posé la question à Boris Hauray, chargé de recherche Inserm à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (Iris).

Publicité

Les laboratoires sont-ils aux mains du Big Pharma ? 

Boris Hauray : Non, je pense que c'est une simplification vraiment extrême de la situation. L'influence de l'industrie pharmaceutique est forte. Elle est d'autant plus forte qu'elle est un peu systémique. Les industriels financent les essais sur les médicaments, souvent les contrôlent, ils sont aussi extrêmement présents dans la vie du monde médical. Bien évidemment, et ça c'est plus classique, il y a des groupes d'intérêt industriels qui essaient d'influencer les décisions politiques dans leur sens. 

Est-ce qu'il existe une entente secrète entre les laboratoires ?

 Boris Hauray : C'est une hypothèse qui n'est pas très crédible dans le sens où ces intérêts industriels sont aussi avant tout concurrents. Imaginer une énorme entente au niveau mondial qui irait exactement dans le même sens est trompeur. Bien évidemment, ils ont des intérêts communs : ceux d'être en faveur des nouveaux traitements qui sont souvent plus chers que les anciens, et donc de la commercialisation de leurs innovations.

D'où vient cette idée de la toute-puissance de cette industrie ? 

Boris Hauray : Je pense qu'on a un rapport moral avec le médicament qui est particulier. On est plus sensible à la poursuite d'intérêts commerciaux dans ce domaine. Au milieu des années 1980, on a une accélération de l'investissement des industriels dans le monde médical, dans la recherche et donc se pose de plus en plus la question de ce qu'on appelle les conflits d'intérêts. Par ailleurs, à partir des années 2000, on va se rendre compte à travers un certain nombre de scandales comme celui du Vioxx ou en France du Médiator, qu'effectivement les industriels ont parfois des stratégies extrêmement poussées pour biaiser les savoirs sur leur produit ou pour maintenir leur produit sur le marché malgré ses effets secondaires.

Entre professionnels de santé et industrie, y a-t-il forcément conflits d'intérêts ? 

Boris Hauray : On peut tout à fait être un praticien hospitalier sans avoir de lien avec les industriels. Cela devient délicat et plus compliqué quand on veut mener de la recherche sur les innovations parce que là, souvent, les molécules sont détenues par les industriels, donc par définition pour conduire des essais sur ces molécules on va être engagé dans une forme de collaboration avec eux. C'est un premier élément central qui peut produire parfois des savoirs qu'on peut estimer trop favorables aux innovations et qui, seconde conséquence, va faire en sorte que ces médecins qui vont être ce qu'on appelle souvent des leaders d'opinions, ceux qui vont avoir la parole la plus reconnue dans un domaine particulier, vont être ceux qu'on va consulter en tant qu'experts ou qui vont passer à la télévision. Il y a l'idée que leur coopération avec les industriels pourrait biaiser leur jugement ou leur avis sur le produit. Le deuxième élément est cette présence des industriels dans la vie du monde médical. En participant à l'organisation de conférences auprès des sociétés savantes, à travers ces visiteurs médicaux qui sont présents dans les hôpitaux et les cabinets, mais aussi en finançant la participation des médecins aux congrès, financement qui pourrait se faire avec de l'argent public plutôt qu'avec des industriels, ce qui permettrait de résoudre un peu ces problèmes de conflits d'intérêts. 

Le monde médical est-il plus transparent aujourd'hui ?

 Boris Hauray : Il ne faut pas croire que le monde médical est resté passif face à cet enjeu de l'influence des industriels. Il y a tout un ensemble d'initiatives qui ont été prises, le développement de journaux indépendants, comme Prescrire par exemple en France, ou de collectifs comme le "FormIndep" qui se bat pour des pratiques médicales indépendantes. On a progressé en termes de transparence. On vient d'une époque où l'on ne connaissait pas du tout ces liens qui existaient auparavant et quelque part, on n'y faisait pas attention. À partir des années 1990, toutes les institutions du monde médical se sont mises à demander de plus en plus des déclarations d'intérêts. Les journaux scientifiques l'ont fait : maintenant, quand on lit un journal scientifique, on peut avoir la déclaration d'intérêts des auteurs. Les agences l'ont fait, c'est-à-dire que maintenant, quand on consulte un avis, on peut savoir quels sont éventuellement les conflits d'intérêts des experts qui ont participé à cet avis. Par ailleurs, un élément extrêmement important, c'est la capacité maintenant de chercheurs extérieurs à avoir accès à des données brutes, des chercheurs extérieurs vont pouvoir consulter les données qui ont permis de mettre sur le marché des médicaments et quelque part, refaire des avis autonomes, indépendants sur ces données. 

L’industrie cache-t-elle des remèdes pour vendre de nouveaux traitements ? 

Boris Hauray : Bien évidemment, toute cette industrie est orientée vers la découverte de médicaments qui fonctionnent, c'est leur intérêt, ça me parait assez évident. Les industriels ont des stratégies d'influence, ils visent avant tout à faire en sorte que les médicaments qu'il s'efforcent de développer soient le plus vendus possible.

Cette industrie fait-elle du lobbying contre les médecins douces ? 

Boris Hauray : D'une part, je pense qu'il ne faut pas penser qu'il n'y a pas d'intérêts industriels du côté  des médecines non conventionnelles. Je ne pense pas qu'il y ait de stratégie extrêmement forte, que ce soit une priorité pour les industries pharmaceutiques de lutter contre ces autres médecines. Leur intérêt est avant tout de promouvoir leurs solutions et je pense que la partie la plus importante de leurs investissements se fait plus en faveur de leurs traitements que contre des traitements concurrents.

Écoutez et abonnez-vous au podcast

Les Idées claires, c'est aussi une version à écouter d'une dizaine de minutes. À découvrir ici-même ou en vous abonnant pour ne pas rater un épisode.

Les laboratoires sont-ils aux mains du Big Pharma

9 min

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS.

Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous ici