Publicité

Les lauréats 2010 des Prix du Livre Audio

Par

Le jury 2010
Le jury 2010

Le jury 2010 © Charlotte Bouvier

L’année dernière, l’association Lire dans le Noir créait la première édition du Prix du Livre audio en offrant ainsi une meilleure visibilité à cette autre façon de lire destinée aux aveugles comme aux voyants, aux personnes âgées comme aux plus jeunes. Le 25 novembre, le jury présidé par Daniel Pennac a décerné quatre prix dans les catégories suivantes, romans récents, classiques, documents et jeunesse.

Publicité

« L’homme qui lit de vive voix s’expose absolument aux yeux qui l’écoutent. S’il lit vraiment, s’il y met son savoir en maîtrisant son plaisir, si sa lecture est acte de sympathie pour l’auditoire comme pour le texte et son auteur, s’il parvient à faire entendre la nécessité d’écrire en réveillant nos plus obscurs besoins de comprendre, alors les livres s’ouvrent grand, et la foule de ceux qui se croyaient exclus de la lecture s’y engouffre derrière lui. » Daniel Pennac, extrait de Comme un roman aux éditions Gallimard, 1992.

Ecoutez l'intégralité de la soirée avec la remise des Prix.

Lire dans le noir
Lire dans le noir
© Radio France

Lire dans le Noir milite et défend le livre audio. Créée en 2002 en souvenir du journaliste aveugle Julien Prunet, l’association anime un site internet avec toutes les informations concernant ces livres audio, où les trouver, quels sont les titres proposés par les éditeurs, comment les faire enregistrer…

Le site de l’association Lire dans le Noir, et en particulier le texte sur l'une de leurs réflexions autour de la lecture, comment jugez-vous un livre audio ?

D'autres vies que la mienne
D'autres vies que la mienne
© Radio France

FICTION – Textes récents

D'autres vies que la mienne, d’Emmanuel Carrère

Texte intégral lu par Eric Caravaca, paru le 5 janvier 2010 aux éditions Gallimard / Ecoutez lire – 8h

« À quelques mois d'intervalle, la vie m'a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d'un enfant pour ses parents, celle d'une jeune femme pour ses enfants et son mari. Quelqu'un m'a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n'écris-tu pas notre histoire ? C'était une commande, je l'ai acceptée. C'est ainsi que je me suis retrouvé à raconter l'amitié entre un homme et une femme, tous deux rescapés d'un cancer, tous deux boiteux et tous deux juges, qui s'occupaient d'affaires de surendettement au tribunal d'instance de Vienne (Isère). Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d'extrême pauvreté, de justice et surtout d'amour. Tout y est vrai. » Présentation de l’éditeur. Un extrait de la lecture par Eric Caravaca.

Le joueur d'échecs
Le joueur d'échecs
© Radio France

FICTION – Textes classiques

Le joueur d'échecs, de Stefan Zweig

Texte intégral, lu par Jacques Weber, paru le 18 mars 2010 aux éditions Thélème – 2h30

Lors d'une croisière rejoignant l'Argentine, le champion du monde d'échecs, Mirko Csentovic, rencontre un homme capable de le battre, le Dr B. Curieux de connaître les raisons d'une telle maîtrise de son art, le joueur va pousser son adversaire à raconter son instruction. Il s'avère alors que c'est en détention, lorsqu'il était aux mains de la Gestapo, que le docteur a fait l'apprentissage du jeu. Les échecs étant l'unique échappatoire de cet homme persécuté, ils occupèrent bientôt tout l'espace de son imagination jusqu'à devenir une obsession. Présentation de l'éditeur . Ecoutez un extrait de la lecture.

Léon
Léon
© Radio France

DOCUMENTS

Léon, de Léon Walter Tillage retranscrit par Susan Roth

Texte lu par Dominique Reymond, paru le 7 mai 2010 aux éditions de l'Ecole des loisirs / Chut ! – 1h

Léon Walter Tillage est né noir, en 1936, dans le sud des États-Unis. Être noir en ce temps-là, cela signifie qu'on peut entrer dans certains magasins, mais seulement par la porte de derrière. Qu'on doit se cacher quand le bus scolaire des enfants blancs passe, sous peine de se faire tabasser. Qu'on peut perdre la vie sans raison et sans espérer de justice. Mais être noir dans les années cinquante, c'est aussi prendre conscience que l'on a des droits et que les choses doivent changer. Un témoignage coup de poing. La voix profonde de la comédienne Dominique Reymond et l'élégance du jazz s'accordent pour nous raconter l'histoire édifiante d'un jeune garçon noir américain dans les années cinquante. Présentation de l'éditeur .Un extrait de la lecture par Dominique Reymond.

Il faut sauver le prince victor
Il faut sauver le prince victor
© Radio France

JEUNESSE

Il faut sauver le prince Victor, de Christine Beigel

Texte lu par Jacques Allaire, Marion Aubert et Gigi Bigot, paru le 16 novembre 2009 aux éditions Benjamins Media – 30 mn

Enfin ! Le roi Padchance de Chépadpo de Chépadbol vient d'avoir, après vingt-et-une filles, un garçon. Mais un jour, patatras ! Une bande d'affreux renverse le trône ; le prince Victor est fait prisonnier ! L'Amour pousse alors Zoé, une va-nu-pieds, à vouloir sauver son prince charmant... « Yakagalopéjuskochato » ! Avec humour et esprit, cette histoire joue la carte du décalage : le roi et la reine sont fatigués d'être parents, le prince est un froussard et le héros, une fille de petite condition. Elle montre aussi aux enfants qu'avec un soupçon de malice et de courage, on peut surmonter les pires situations.Un extrait de la lecture.

A consulter également, tous les Prix littéraires 2010 .