Publicité

Les leçons de la législative partielle dans le Doubs

Par

Le Front national a finalement été battu de peu lors de ce scrutin dans la 4e circonscription du Doubs très suivi par les états-majors nationaux. Et le PS a réussi à conserver le siège de son sortant Pierre Moscovici, alors que l'UMP s'est divisé sur les consignes de vote. En quelques mots-clés, voici les grands enseignements de cette première élection après les attentats de début janvier et avant les départementales de mars prochain.

Les résultats de la législative partielle dans le Doubs
Les résultats de la législative partielle dans le Doubs

- Abstention : Elle a particulièrement marqué les esprits au premier tour, avec 60,4% dans cette circonscription industrielle et rurale du Pays de Montbéliard, qui englobe Sochaux, le berceau du constructeur automobile Peugeot. Au détriment selon les analystes du candidat de l'UMP, Charles Demouge, qui n'a rassemblé qu'un peu plus d'un quart des suffrages. Et nettement plus faible au second tour, l'abstention reste tout de même en progression par rapport à 2012. L'abstention mot-clé également car l'UMP l'a prônée, ainsi que le vote blanc, dans l'entre deux tours. Une position très rare à l'issue d'un long bureau politique et contre l'avis de Nicolas Sarkozy.

Publicité
Dépouillement à Audincourt, dans le Doubs, lors du 1er tour de la législative partielle de février 2015
Dépouillement à Audincourt, dans le Doubs, lors du 1er tour de la législative partielle de février 2015
© Radio France - Frédéric Says

- Progression du FN : Ce vote avait valeur de test pour le parti de Marine le Pen en vue d'un troisième siège à l'Assemblée nationale. Le positionnement du FN pendant les attentats allait-il entamer son crédit grandissant chez les électeurs ? La réponse est non, et les éditorialistes ne manquent pas de le souligner.

Sa candidate finit avec un score historique à moins de 1.000 voix du gagnant et elle a réussi à bénéficier de la baisse de l'abstention hier , ce qui n'était généralement pas le cas Frédéric Says :

Écouter

1 min

Le Front national a ainsi réussi à renforcer son éligibilité, grâce qui plus est à une candidate qui n'habite dans cette circonscription. Christophe Beck était avec Sophie Montel et ses militants ce dimanche soir à Allenjoie, la commune dont elle a fait son QG. Radieuse, elle constate les quelques 6.000 voix gagnés en quelques jours et les consignes de ni-ni de l'UMP non respectées :

Écouter

1 min

Ce matin, sur Itélé, le vice-président du FN, Florian Philippot, a renchéri, affirmant qu'une majorité d'électeurs UMP avaient "manifestement" voté pour la candidate frontiste :

L'invité de Bruce Toussaint du 09/02/2015 -

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

- Divisions au sein de l’UMP :

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé en décembre 2014
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé en décembre 2014
© Reuters - Charles Platiau

Le parti n'aura pas réussi à être clair dans ses consignes et la nouvelle stratégie de Nicolas Sarkozy n'aura pas été suivie par son propre bureau politique ! Son souhait d'une liberté de vote tout en rejetant le FN a dérouté certains de ses fidèles et l'essentiel des plus à droite de l'UMP. Nathalie Kosciusko-Morizet, Alain Juppé (sur son blog) et ses troupes plaidant eux pour un vote PS face au FN. A ces ni-ni, non-non et autres positionnements s'est ajoutée la révélation d'un déplacement de l'ancien chef de l’État à Abu Dhabi pour une conférence privée en plein coeur de la tourmente. Nicolas Sarkozy qui d'après "Le Canard Enchaîné" explique cette défaite par la médiocrité du candidat (juppéiste) : « Ce n'est pas moi qui l'ai désigné ! C'est ce fameux triumvirat, les Juppé, Fillon, Raffarin, qui a choisi ce con ». Le bureau politique du parti a d'ailleurs évoqué cette question dans son communiqué : « L’UMP doit repenser, de fond en comble, son projet pour l’adapter à la gravité de la situation, sa façon de faire de la politique, ainsi que le processus de sélection de ses candidats. Le Congrès fondateur du nouveau parti apportera toutes ces réponses au printemps. »

L'UMP se retrouve finalement sans stratégie collective, fragmentée en stratégies personnelles , estimait mercredi dernier Frédéric Métézeau :

Le billet politique de Frédéric Métézeau

3 min

- Avertissement pour le PS :

« Le PS a gagné, le Front national pour la 12e fois a été battu mais il y a le feu au lac pour tous ceux qui comme moi combattent le FN et ses idées depuis de très nombreuses années. Nous sommes dans une situation où le FN est dans une dynamique. Il perturbe l'UMP. », a reconnu ce matin sur France Info le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis.

Malgré une mobilisation de l'exécutif avec deux visites de Manuel Valls et une de Bernard Cazeneuve, le PS a perdu 4.000 voix au second tour dans un territoire qui lui est historiquement favorable. Et dimanche soir Frédéric Barbier a fait profil bas avec un discours aux accents de défaite, demandant à la classe politique de se remettre en cause. Reportage de notre envoyé spécial dans le Doubs Frédéric Says :

Écouter

1 min

Le bipartisme à trois

Le Billet politique de Frédéric Métézeau de ce lundi.

Doubs : Le PS à 863 voix près. L'Est républicain

Dossier complet.

« L’esprit du 11 janvier » face au FN. Le Monde selon Caroline Fourest

Chronique de ce lundi matin.