Publicité

Les Livres de la Fabrique

Parfois, à partir de "La Fabrique de l'Histoire" naissent aussi des livres...

La France et ses paysans sous la direction d'Emmanuel Laurentin

Publicité
couverture
couverture

En un demi-siècle, la France a assisté à une immense révolution des conditions de la vie rurale. C'est d'abord l'abandon de la traction animale et la » Lire la suite mécanisation. Mais aussi la transformation des modes de vie dans les familles, cessant rapidement de faire cohabiter sous un même toit trois générations de paysans, offrant de plus en plus d'autonomie aux femmes. Sans compter les combats politiques qui, de la Bretagne des années soixante au Larzac des années soixante-dix, émaillent cette période pendant laquelle le poids électoral des agriculteurs s'est pourtant progressivement estompé. Depuis les années 60, la France a connu ce qu'on a appelé la déprise, c'està-dire le recul des terres agricoles. Mais bien plus importante fut la déprise symbolique, l'indifférence générale au profond changement de ceux qui exploitaient ces terres, le sentiment de ces paysans de ne plus compter pour rien. Ce livre voudrait témoigner de cet immense bouleversement du rapport de notre pays au monde rural. La partie « Documents » comprendra des documents iconographiques et de grands entretiens avec plusieurs grandes figures comme Alexis Gourvennec, leader paysan breton au début des années 60, Edgar Pisani, ancien ministre de l'agriculture du Général De Gaulle entre 1961 et 1966 ou encore José Bové.

  • Présentation de l'éditeur -

Que doivent-ils à l'histoire ? sous la direction d'Emmanuel Laurentin, préface de Christophe Prochasson

couverture
couverture

Quelles sont les références, l’imaginaire historique de nos hommes politiques ? A quels personnages, à quelle période de l’histoire se réfèrent-ils lorsqu’ils doivent prendre une décision ou réfléchir à leur stratégie ? Quelle rapport entretiennent-ils au passé qui influence leur action politique dans le présent ? Quelles sont alors les tuteurs et les figures repoussoir ? Emmanuel Laurentin et son équipe de La fabrique de l’histoire ont ainsi questionné les hommes et femmes qui sont aujourd’hui sur le devant de la scène politique. Les réponses sont étonnantes, très instructives et toujours différentes. Là où un Jean-Marie Le Pen se réfère sans cesse à l’enseignement qu’il a reçu dans les années 30 et 40 sur la France et son empire, Daniel Cohn-Bendit se souvient de 68 comme d’un mouvement collectif spontané, Jean-Luc Mélenchon à Louis XI, François Bayrou aux rois de France ou Marie-Georges Buffet aux femmes du peuple marchant sur Versailles pour réclamer du pain… Tous témoignent être forgés par des univers historiques qui déterminent leur action. Penser la France depuis la Révolution Française ou depuis Clovis ne conduit pas à prendre les mêmes décisions.

  • Présentation de l'éditeur -

Nos producteurs ont aussi publié :

Les femmes politiques (en France, de 1945 à nos jours) par Séverine Liatard (éditions Complexe)

couv
couv

En août 2007, sur l'antenne de France Culture, une série d'émissions marque les esprits. Plus d'une vingtaine de femmes, des premières élues au suffrage universel de 1945 à Simone Veil, Arlette Laguiller ou Clémentine Autain, y témoignent de leur itinéraire en politique, de leurs difficultés, de leurs incertitudes, mais aussi de leurs combats et de la reconnaissance dont elles peuvent bénéficier. C'est un portrait collectif de femmes politiques, dans un pays qui ne les a jamais ménagées.

Ce livre est un prolongement, qui fait renaître ces documents sonores sous une forme plus aboutie, complétée, augmentée et argumentée, tout en donnant à lire ce qui en fait la vigueur et la pertinence historiques : une source vivante et pédagogique. Voici donc 22 portraits, denses et circonstanciés, précis et révélateurs, ceux de Jacqueline Alquier, Nicole Ameline, Clémentine Autain, Huguette Bouchardeau, Édith Cresson, Marcelle Devaud, Marie-France Garaud, Françoise Gaspard, Fabienne Keller, Nathalie Kosciusko-Morizet, Arlette Laguiller, Martine Legrand, Martine Lehideux, Annick Lepetit, Hélène Luc, Adrienne Maire, Gisèle Moreau, Hélène Missoffe, Monique Pelletier, Yvette Roudy, Catherine Trautmann, Simone Veil.

Séverine Liatard resitue ces itinéraires dans la vie politique, sociale et culturelle française de 1945 à nos jours, et s'interroge sur la place faite aux femmes politiques dans notre pays.

  • Présentation de l'éditeur -

Les années Actuel : contestations rigolardes et aventures modernes par Perrine Kervran et Anaïs Kien (éditions Le Mot et le reste)

couv actuel
couv actuel

Lieu de contre-culture emblématique des années soixante-dix, Actuel reste ignoré par l'histoire en général et celle de la presse en particulier. Jean-François Bizot, riche héritier, mécène dans l'âme et mao repenti, a eu sa révélation aux États-Unis. Il y rencontre la freak culture et la free press , qui vont le conforter dans son désir de faire un journal. Il ne concevra dès lors la vie et le travail que dans le collectif. Ce livre, construit autour des témoignages de ses collaborateurs, est l'écho de cette aventure collective. Il dessine le portrait d'une jeunesse bourgeoise, cultivée, imprégnée de la guerre d'Algérie, de l'héritage sartrien, de la décolonisation et des grandes aventures de la presse d'après-guerre. Ces jeunes gens sont politisés, passés par Sciences-Po, revenus du militantisme gauchiste, attirés par l'underground et désireux de participer aux révolutions minuscules et à la contestation rigolarde qui se sont substituées au « grand soir » de Mai 68. Ce collectif donne naissance au journal Actuel et ses suites que sont le deuxième Actuel et Radio Nova, surtout, il va créer un style qui imprègne aujourd'hui encore le paysage médiatique et audiovisuel français.

  • Présentation de l'éditeur -
puces violettes
puces violettes

A quoi sert l'histoire aujourd'hui ? sous la direction d'Emmanuel Laurentin (éditions Bayard)

couverture
couverture

50 historiens, appartenant à des écoles, des générations différentes, femmes ou hommes engagés dans des recherches sur des siècles divers, ont accepté de répondre à cette question. Peut-être parce que la question de l'utilité des sciences humaines en général se pose de manière accrue dans un monde de plus en plus régi par lafinance. Peut-être aussi parce que l'histoire a subi ces derniers temps un traitement paradoxal et inquiétant : sans cesse convoquée, certains diront instrumentalisée par le politique, mais aussi par le cinéma, la littérature, avec la lourde tâche du devoir de mémoire, et dans le même temps exclue d'une enseignement général, comme peu utile aux élèves qui se destinent à des études scientifiques. Il est temps d'entendre la parole de ceux qui lui ont consacré leur existence.

  • Présentation de l'éditeur -