Publicité

Les marcheurs d'Emmanuel Macron

Par
Meeting de la Porte de Versailles à Paris le samedi 10 décembre 2016
Meeting de la Porte de Versailles à Paris le samedi 10 décembre 2016
© Radio France - Nathalie Lopes

Ils ont contribué à la victoire du candidat d'En Marche. Jeunes pousses, camarades d'études, compagne... Passage de revue de l'entourage d'Emmanuel Macron.

La victoire d'Emmanuel Macron a l'élection présidentielle a aussi été construite avec ceux qui, depuis des années, l''entourent, le conseillent, l'accompagnent dans cette ascension fulgurante qui l'a mené à l'Elysée.

A LIRE AUSSI Aux sources des idées d'Emmanuel Macron

Publicité

Henry Hermand, le mentor parti trop tôt (1924-2016)

L'industriel, pionnier de la grande distribution, était vraiment le mentor politique et financier d'Emmanuel Macron. Les deux hommes se connaissent depuis très longtemps. Hermand était en 2007 le témoin de mariage du jeune Emmanuel avec Brigitte Trogneux, son épouse qui le suit depuis comme son ombre, à Bercy comme pendant cette campagne. Henry Hermand, co-fondateur de l'hebdomadaire Le 1, mécène du Think Tank Terra Nova, est parti trop tôt, à 92 ans, le 6 novembre, dix jours avant qu'Emmanuel Macron ne formalise sa candidature à l'élection présidentielle de 2017. Ce pionnier de la grande distribution avait donné quelques semaines plus tôt une surprenante interview au Figaro dans laquelle, avec une liberté de ton et de forme, il expliquait beaucoup de choses sur les forces et les faiblesses d'Emmanuel Macron. Il rappelait aussi son soutien financier à François Hollande pour la campagne de 2012. Mais "le comportement de ce dernier m'a déçu". Il avait donc choisi d'aider matériellement Emmanuel Macron dans cette campagne avec, entre autres choses, la mise à disposition d'un appartement dans le 7ème arrondissement de Paris. Henry Hermand, avec sa longue histoire aux côtés de Michel Rocard, a aussi inspiré intellectuellement et idéologiquement Emmanuel Macron. En cela, il aurait déjà pu figurer dans la galaxie intellectuelle que nous avions déjà publiée.

Le mentor décède le 6 novembre 2016 alors qu'Emmanuel Macron est en déplacement en Tunisie. Très affecté, il s'exprime alors à son sujet au micro de Justine Fontaine :

Emmanuel Macron après le décès d'Henry Hermand

1 min

Emmanuel Macron aux obsèques d'Henry Hermand le 10 novembre 2016
Emmanuel Macron aux obsèques d'Henry Hermand le 10 novembre 2016
© Maxppp - Vincent Isore/IP3

Brigitte Macron, le point d'équilibre

La relation entre les époux Macron est sans doute la partie la plus intéressante de cette élection présidentielle du point de vue de la presse people. Force est de constater que Brigitte Macron à une place importante dans la vie personnelle, mais également politique, du candidat. "Je pense que c'est important qu'il y ait un vrai équilibre personnel familial, et que celui-ci soit assumé en transparence. Qui ne soit ni masqué ni sur-joué" disait-il lors d'une interview récente.

Brigitte Macron apporte au candidat, mais pas sur des questions politiciennes. "C'est difficile de dire qu'elle m'apporte des conseils (…) mais son regard est toujours là. Elle m'a toujours accompagné. Nous avons fait campagne ensemble. Nous l'avons assumé ensemble. J'ai besoin de voir ce qu'elle sent, ce qu'elle ressent, d'avoir son retour" déclarait Emmanuel Macron à Match quelques jours avant le second tour de la présidentielle. Il reconnait que sa vie personnelle et son couple constituent une épreuve très formatrice. Agé de 16 ans et alors lycéen, il rencontrait Brigitte Macron, de 24 ans son ainée, et professeur dans le lycée amiénois du candidat.

Parce que notre couple n'était pas un couple orthodoxe et accepté dans la ville de province qui était la mienne ou dans mon entourage quand ça m'est arrivé. Donc c'est cela qui m'a forgé le caractère.

Les époux Macron lors du meeting Porte de Versailles, à Paris.
Les époux Macron lors du meeting Porte de Versailles, à Paris.
© Getty - PATRICK KOVARIK

Robert Zarader, le communicant qui veut parler du "quotidien"

Nouvelle recrue d'Emmanuel Macron, Robert Zarader est une vieille connaissance de François Hollande, un "ami de 30 ans" à qui il rendait visite à l'Elysée les samedis matin, jusqu'à encore très récemment. Un ami qu'il a conseillé pendant la campagne présidentielle de 2012 mais dont il voyait mal, sondage après sondage, cinq ans plus tard, une victoire possible en 2017. La renonciation du chef de l'Etat le 1er décembre 2016 lui permet en totale clarté de faire le choix d'Emmanuel Macron.

Robert Zarader était présent au premier meeting d'En Marche ! à La Mutualité à Paris le 12 juillet 2016
Robert Zarader était présent au premier meeting d'En Marche ! à La Mutualité à Paris le 12 juillet 2016
© Maxppp - PHOTOPQR/LE PARISIEN

Robert Zarader est le patron de l'agence de communication Equancy et Co. Un homme à l'itinéraire varié. C'est un ami de Julien Dray, ancien de SOS-Racisme. C'est aussi un économiste, un chercheur, un enseignant qui aime chez Emmanuel Macron son approche "pratique" de la politique, sa façon d'utiliser des exemples très concrets pour faire comprendre à l'opinion des réformes complexes. Une communication ancrée dans le quotidien des citoyens. Avec Emmanuel Macron, il partage aussi le goût du débat et des idées. Un homme qu'il définissait dans ce portrait de Libération comme "un des plus à gauche, un des moins conservateurs".

Ismaël Emelien et Julien Denormandie, les jeunes pousses

Le premier, Ismaël Emelien, a d'abord tout plaqué pour rejoindre l'équipe de campagne de Dominique Strauss-Kahn alors candidat aux Primaires socialistes de 2006. A cette époque, à 18-19 ans, il interrompt carrément ses études à Sciences Po. Il participe alors à l'organisation, à l'écriture de discours, se rend utile, bref, "tout ce qu'il y a à faire dans une campagne" explique Gilles Finchelstein, son ami et voisin de bureau pendant quatre ou cinq ans à Havas Worldwide (Ex-Euro RSCG) qu'Ismaël Emelien intègrera ensuite (d'abord par un stage puis comme salarié), avant de reprendre ses études à l'école de la rue Saint-Guillaume. L'actuel directeur de la Fondation Jean Jaurès le décrit comme "très intelligent, d'une maturité incroyable". Le jeune Grenoblois, aujourd'hui âgé de 29 ans, devient la tête pensante de la communication d'Emmanuel Macron quand il est nommé ministre à Bercy. Il suit l'opinion, ce qu'il continue à faire ensuite au sein d'En Marche ! C'est un garçon très discret, qui fuit autant que possible les journalistes dont il s'occupait au tout début du mouvement avant de céder la fonction à Sylvain Fort et Sibeth N'Diaye.

Ismaël Emelien derrière son ami Emmanuel Macron dans la loge du meeting de Montpellier le 18 octobre 2016
Ismaël Emelien derrière son ami Emmanuel Macron dans la loge du meeting de Montpellier le 18 octobre 2016
© Maxppp - Soazig de la Moissonniere / IP3

Avec Emmanuel Macron, Ismaël Emelien a des liens d'amitié et de confiance tissés à Bercy. A l'été 2014, il songe avec lui et Julien Denormandie, l'autre fidèle du cabinet, à monter une start-up dans le domaine de l'éducation. Mais c'est finalement la grande marche vers la présidentielle qui les accapare encore aujourd'hui tous les trois.

Le second, un trentenaire, Julien Denormandie, est ingénieur des Ponts, des eaux et des forêts. Après quelques pas en 2008/2010 comme conseiller économique puis adjoint au chef du service économique à l'Ambassade de France en Égypte, il rejoint Paris et le ministère des Finances. D'abord aux côtés de Nicole Bricq puis de Pierre Moscovici, il rencontre Emmanuel Macron à l’Élysée, avant de devenir son directeur adjoint de cabinet à Bercy. Au sein du mouvement En Marche ! il occupe une fonction plus opérationnelle puisqu'il en est le coordinateur, la cheville ouvrière de la petite start-up politique.

Julien Denormandie (debout) dans la loge du meeting de Montpellier le 18 octobre 2016
Julien Denormandie (debout) dans la loge du meeting de Montpellier le 18 octobre 2016
© Maxppp - Soazig de la Moissonniere / IP3

Cédric O, le trésorier

Il est aussi un ancien du cabinet à Bercy. Et comme beaucoup d'autres autour d'Emmanuel Macron, il est un ancien de l'équipe du QG de DSK "rue de la Planche" dans le 7ème arrondissement de Paris en 2006 (NDLR : quand Strauss-Kahn était candidat aux Primaires socialistes). Cédric O est passé par HEC en 2002 (comme Stanislas Guérini, cité plus bas, et Emmanuel Miquel, trésorier de l'association de financement d'En Marche !). Il a poursuivi son expérience dans la politique chez Pierre Moscovici, à l'époque comme député puis comme ministre. Dans son cabinet, il occupait le poste de conseiller parlementaire. Mais Cédric O, 34 ans, est plutôt l'homme des chiffres et s'il ne s'occupe pas des recettes, il est l'homme qui tient le chéquier et surveille les dépenses. Point capital d'une campagne présidentielle, coûteuse par essence.

Marc et Sophie Ferracci, le couple de confiance

Marc Ferracci est un ami intime d'Emmanuel Macron. Il a contribué à la rédaction du programme économique du candidat. Les deux hommes, du même âge, se sont rencontrés en 1999. Marc Ferracci vient de sortir de HEC. Emmanuel Macron est à Sciences Po. Ils vont préparer ensemble le concours d'entrée à l'ENA. Avec des fortunes diverses. Emmanuel Macron sera admis après sa deuxième tentative. Marc Ferracci échoue les deux fois. Ce dernier est aujourd'hui professeur d'économie à l'université Paris 2 Panthéon-Assas après avoir effectué une thèse sur la formation professionnelle des chômeurs.

La relation de confiance s'est aussi étendue à Sophie Ferracci, avocate, diplômée de HEC, et compagne de Marc Ferracci. Elle occupe un rôle de confiance en tant que cheffe de cabinet d'Emanuel Macron au ministère de l'économie puis au sein du mouvement En Marche!.

Marc Ferracci, dans les locaux de France Culture en avril 2017.
Marc Ferracci, dans les locaux de France Culture en avril 2017.
© Radio France - Nathalie Lopes

Benjamin Griveaux, le porte-parole

Ex-élu PS de Saône-et-Loire, Benjamin Griveaux, 38 ans (un an de moins à peine qu'Emmanuel Macron), est donc plus politique. Ancien vice-Président de ce département de Bourgogne-Franche-Comté, ancien vice-Président du Grand Châlon, il a été le conseiller politique de Marisol Touraine en 2012 au ministère des Affaires sociales et de la santé, avant de devenir en 2014, dans le privé, le directeur de la communication et des relations institutionnelles du groupe d'immobilier commercial Unibail-Rodamco.

Benjamin Griveaux dans l'ancien siège d'En Marche ! (Tour Montparnasse) le 25 octobre 2016
Benjamin Griveaux dans l'ancien siège d'En Marche ! (Tour Montparnasse) le 25 octobre 2016
© Maxppp - Soazig de la Moissonniere / IP3

Dès les débuts d'En Marche ! Benjamin Griveaux s'occupe, avec deux autres anciens, comme lui, de l'équipe DSK en 2006, Stéphane Séjourné (conseiller politique, un autre "Macron-boy" du cabinet à Bercy) et Stanislas Guérini (directeur de l'expérience client de la blanchisserie Elis et lui aussi ancien strauss-khanien) de recruter les futurs cadres locaux du mouvement : ce qui s'appelle "l'animation politique".

Ce porte-parole est naturellement très engagé sur les réseaux sociaux sur lesquels il publie quasiment chaque jour des informations sur son candidat en faisant systématiquement précédé ses messages d'un décompte jusqu'au 1er tour de la Présidentielle du type J-135 (comme ici le 9 décembre 2016)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

- Retrouvez la première partie de cette "Galaxie" d'Emmanuel Macron : Aux sources des idées d'Emmanuel Macron (publiée le 3 octobre 2016)

- Quelques billets politiques (du lundi au vendredi à 8h15) consacrés à Emmanuel Macron :

- En politique à 40 ans : pour certains tout commence, pour d'autres tout s'arrête le 17 novembre 2016 (Ludovic Piedtenu)

- Emmanuel Macron, l'anti-primaire le 3 novembre 2016 (Frédéric Says)

- Emmanuel Macron, un nouveau "Désirs d'avenir" ? le 5 octobre 2016 (Frédéric Says)

- Existe-t-il un devoir de gratitude en politique ? le 4 octobre 2016 (Frédéric Says)