Publicité

Les Observatoires Hommes-Milieux, entre sciences de l'environnement et sciences sociales

Par

[Pour écouter l'émission en ligne, cliquez ici. Invité: Didier Galop, palynologue, chercheur au CNRS, et directeur de l'OHM Pyrénées.]

La démarche OHM

Publicité

Depuis 2005, l’Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS a créé six Observatoires hommes-milieux (OHM), dont l'un est encore en préfiguration. Ils s’inscrivent dans une logique d’analyse interdisciplinaire des relations hommes-milieux, comme les Zones Ateliers (ZA) et les Observatoires de recherche en environnement (OBE).

Les OHM étudient des espaces géographiques de taille réduite où un évènement (anthropique ou à forte anthropicité) est venu modifier les structures socio-économiques. L’approche est profondément interdisciplinaire, mêlant sciences de l’environnement et sciences sociales.

Au nombre de six, ils se situent en Provence, dans les Pyrénées, en Guyane, au Portugal et au Sénégal. L'OHM de la vallée du Rhône est toujours en préfiguration.

Une démarche novatrice, différente en France et ailleurs

Il existe à l'étranger des structures semblables aux OHM comme le *Human-environment regional observatory * ou le Long Term Ecological Research Network aux Etats-Unis. Il existe également une forme d’observatoire ad hoc des relations nature-société dans le bassin-versant du Nahr Beyrouth au Liban.

Et pourtant, aux Etats-Unis comme au Liban, la démarche n’est pas la même que pour les OHM de l’INEE : il n’y a pas d’évènements de mutation à l’origine de leur études, et l’espace observé est généralement plus grand, recouvrant plusieurs milieux.

Les six OHM existants, dont cinq opérationnels

Depuis 2005, l’INEE a créé six OHM, dont cinq sont opérationnels.

L’Observatoire de Gardanne du bassin minier de Provence est le premier créé (2007). Il étudie un espace périurbain et industriel méditerranéen. L'observatoire analyse la gestion de l’héritage minier après la fermeture de la mine du bassin charbonnier en 2003. Il étudie également la reconversion économique, l’urbanisation d'Ouest en Est, le maintien de l’agriculture et la préservation de l’environnement.

L’Observatoire Oyapock en Guyane (2008) se consacre à la problématique d'un milieu transfrontalier en domaine tropical forestier : il examine les conséquences de la construction d’un pont international par-dessus le fleuve Oyapock entre l’Etat fédéré de l’Amapá au Brésil et la Guyane française. L'impact se traduit notamment en termes de biodiversité, de pollution et de traitement des déchets et du lagunage.

Le projet est conduit en partenariat avec de nombreux acteurs, dont l’Université des Antilles et de la Guyane, le Parc amazonien de Guyane, le Parc régional naturel de la Guyane, ou encore l’Office national de la Chasse et de la Faune Sauvage.

L’OHM de la Vallée du Haut Vicdessos (2009) se préoccupe des questions de l’agropastoralisme, de l’arrêt industriel et minier, et du reboisement dans un espace montagnard. Une étude de cas lui est dédiée ci-dessous.

A Téssekéré Ferlo au Sénégal (2009), l’OHM travaille sur le site du projet panafricain de la Grande Muraille Verte, localisé en zone sahélienne. En partenariat avec ce projet, l'OHM étudie la reforestation dans un contexte de surpâturage important.

Les deux derniers OHM datent de 2010. Le premier a été établi sur le littoral lagunaire industrialisé d’Estarreja au Nord du Portugal. Il a démarré ses travaux sur l’impact des activités industrielles polluantes dans cette zone humide sensible. Les chercheurs travaillent en partenariat avec le Département des Géosciences de l’Université d’Aveiro. Les autorités administratives locales, les autorités sanitaires régionales et les associations locales (partenaires civiles et industriels) participent également au projet.

Le dernier OHM, créé en décembre et toujours en préfiguration, se consacre à la Vallée du Rhône, de la frontière suisse au delta. Il se préoccupera de l’aménagement de cette grande vallée fluviale.

Etude de cas : l’OHM de la vallée du Haut Vicdessos

L’espace montagnard favorise l’analyse interdisciplinaire des changements globaux et locaux ainsi que des temporalités de la nature et des sociétés. La vallée du Vicdessos est représentative du développement d’une large partie des Pyrénées et présente d’autres caractéristiques propres à la période contemporaine. Le choix de la vallée a également été influencé par le référentiel scientifique qui y a déjà été élaboré (en géologie et phyto-géographie notamment), et la proximité de pôles de recherche concernés par les travaux de l’OHM.

Localisation de l'OHM Pyrénées
Localisation de l'OHM Pyrénées
- Didier Galop

Localisation de l'OHM Pyrénées Didier Galop©Didier Galop

L’histoire de la vallée du Haut Vicdessos a été marquée par la métallurgie (fer et aluminium) et l’agro-pastoralisme. Suite à l’arrêt des activités industrielles en 2004, des activités touristiques ont commencé à se développer. La vallée du Haut-Vicdessos est aussi devenue l’un des plus grands espaces de reboisement et de restauration forestière dans les Pyrénées. Elle avait souffert d'un déboisement important causé par le charbonnage. La vallée est également l’un des sites hydro-électriques les plus importants de la région. L’étalement urbain est en croissance malgré un taux de chômage élevé. Celui-ci est lié notamment à la fermeture de l’usine de Péchiney, à Auzat en 2004. Le maintien d'une population importante s'explique entre autres par la proximité des voies de transport et des centres urbains et touristiques.

Les questions de la désindustrialisation et du développement de la vallée par le tourisme continuent à se poser. Les villages périphériques, en phase de restauration actuellement pour certains, pourraient devenir le lieu de résidences secondaires. Mais la durabilité du patrimoine environnemental hérité de l’économie traditionnelle (espaces pastoraux) n’est pas certaine (sous-pâturage, réchauffement climatique, entre autres). Cette incertitude prévaut également pour la disponibilité de l’eau et de l’hydroélectricité. Enfin, la valeur touristique de la vallée doit faire jeu égal avec les grands pôles touristiques de la région.

Parmi les projets de l'OHM Pyrénées en cours, dans le cadre de partenariats divers, on peut noter :

  • une étude exploratoire de l’impact des pollutions métalliques anciennes et récentes sur les sols;
  • une étude sur le déclin de la biodiversité à travers l’examen des populations de tritons palmés et d’euproctes des Pyrénées à Bassiès;
Recherche sur les amphibiens et le chytride (champignon pathogène) en Ariège, Pyrénées
Recherche sur les amphibiens et le chytride (champignon pathogène) en Ariège, Pyrénées
- Didier Galop

Recherche sur les amphibiens et le chytride (champignon pathogène) en Ariège, Pyrénées Didier Galop©Didier Galop

  • une étude sur la microévolution et les dynamiques des populations pyrénéennes à partir d’études biodémographiques et génétiques des populations locales;
  • une modélisation des sources fiscales modernes en Vicdessos pour comprendre entre autres les interactions entre changements sociaux et territoriaux (structure des propriétés, répartition espaces publics-privés, etc.);
  • et une évaluation multidisciplinaire du potentiel des archives lacustres du Vicdessos à l’aide d’un limnocraft (cartographies acoustiques et carottages gravitaires en milieu lacustre).
Limnoraft: cartographies acoustiques et carottages gravitaires en milieu lacustre, même montagnard peu accessible
Limnoraft: cartographies acoustiques et carottages gravitaires en milieu lacustre, même montagnard peu accessible
- Didier Galop

Limnoraft: cartographies acoustiques et carottages gravitaires en milieu lacustre, même montagnard peu accessible Didier Galop©Didier Galop

Echos sur la toile

Les OHM sont commentés surtout à l’échelle locale, par les autorités, les médias, et les associations type associations de patrimoine.

Dans le cas de l’OHM Haut Vicdessos par exemple, la restitution périodique publique des résultats de recherche a fait l’objet de plusieurs articles dans les médias régionaux. (Pour voir la restitution 2010 en vidéo, cliquez ici). Certains soulignent le privilège du département de l'Ariège d’accueillir un tel pôle de recherche.

Affiche: Restitution publique des résultats périodiques par l'OHM Pyrénées, 2010
Affiche: Restitution publique des résultats périodiques par l'OHM Pyrénées, 2010
- Didier Galop

Affiche: Restitution publique des résultats périodiques par l'OHM Pyrénées, 2010 Didier Galop©Didier Galop

L’information est également relayée par l’association du patrimoine de la région, où cette restitution des résultats de recherche s’est tenue.

Du côté des organisations environnementales, l’organisation à but non-lucratif « Planet Action » qui soutient des projets liés au changement climatique, dédie tout un dossier à l’OHM des Pyrénées. De même, des associations écologiques comme « A la source », sont particulièrement attentives et se mobilisent autour de l’attention portée à leur région.

Du côté de l'OHM de Provence, la ville de Gardanne met également en valeur les travaux des chercheurs dans le bassin minier. Elle souligne notamment l’importance de la démarche de proximité et de l’implication des habitants.

Perceptions dans le monde scientifique

Le monde scientifique accueille positivement la création des OHM, et loue et soutient son approche interdisciplinaire.

L’OHM implanté au Sénégal par exemple est qualifié de « laboratoire à ciel ouvert unique ». En Provence, les chercheurs mettent en avant l'échange indispensable avec les habitants pour étudier la pollution minière.

La réforme du CNRS avait fait craindre une perte d’interdisciplinarité. Dans leurs recommandations de juillet 2010, les conseils scientifiques de département du CNRS, rappelaient que la réforme du CNRS « ne doit pas casser cette dynamique mais tout au contraire la renforcer ». Ils soulignaient que la création de l’INEE (l’ancien EDD) au sein du CNRS a permis justement la promotion de l’interdisciplinarité de laquelle participent les OHM. Dans les forums de discussion autour de la nouvelle Stratégie nationale pour la recherche et l'innovation (SNRI), et plus précisément autour de la gestion durable des ressources naturelles en France, un appel est lancé à renforcer le réseau d’observatoires de l’environnement, en citant les OHM entre autres.

Financement

Les OHM sont financés par une dotation annuelle du CNRS (fonctionnement, organisation et déroulement des réunions de mise en commun périodiques, financement des projets sélectionnées dans le cadre d’appels d’offre). Les OHM sont « fortement incités » à chercher des financements complémentaires. Pour un projet sur les particules atmosphériques dans le bassin minier de Provence, l’OHM Provence a par exemple obtenu des financements principaux (ADEME) et secondaires (Lafarge Ciments, Rio Tinto Alcan, SNET, Communauté du Pays d'Aix) externes.

**Pour en savoir plus ** :

Encyclopédies spécialisées

Encyclopédie de la Terre sur l’évolution des relations hommes-milieux :

Sur les systèmes d’observation hommes-milieux

Collectif. « Systèmes d'observation : Zones Ateliers et Observatoires de Recherche en Environnement », INSU, Paris, 2004. pp. 153‐162.

Sur la recherche hommes-milieux dans le Pacifique Sud (approche comparative)

« Hommes, milieux et traditions dans le Pacifique Sud », Les collections - Travaux de la Maison René-Ginouvès, Date de mise en ligne : jeudi 16 septembre 2010

Sur la recherche interdisciplinaire en espace montagnard

GALOP, Didier. « La construction des territoires montagnards : exploitation des ressources et mobilité des pratiques : Présentation du Workshop ». (Laboratoire GEODE, Université Toulouse 2-Le Mirail). Deuxième International Workshop on archaeology of european mountain landscape , organisé par les laboratoires GEODE, FRAMESPA, GEOLAB et Chrono-Environnement. Université Toulouse 2-Le Mirail, 8-11 octobre 2009. Vidéo.

Phototèque de l'OHM de la Vallée du Haut Vicdessos.

Structures de recherche hommes-milieux

EcoLab – Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement est une unité mixte de recherche (UMR 5245) du CNRS, de l’Université Paul Sabatier–Toulouse III et de l’Institut National Polytechnique de Toulouse, créée en 2007.

Institut Ecologie et Environnement, CNRS.

Laboratoire Interdisciplinaire, Solidarités, Sociétés, Territoires, LISST (CNRS).

Laboratoire Géographie de l'Environnement du CNRS.

Station d'Ecologie Experimentale du CNRS à Moulis

Université de Lausanne, Faculté des géosciences et de l’environnement, Institut de politiques territoriales et d’environnement humain.

**Revues **

AMBIO: A Journal of the Human Environment”, Royal Swedish Academy of Sciences (une revue multidisciplinaire anglophone sur les développements en recherche et politique environnementale).