Publicité

Les politiques de la virilité dans le monde musulman

Par
Saddam Hussein et le roi Fahd d'Arabie saoudite, Iraq, 1989
Saddam Hussein et le roi Fahd d'Arabie saoudite, Iraq, 1989
© Getty - Mohamed LOUNES

La virilité détermine la nature même des gouvernements, et son enracinement explique pour une large part la crise interminable que subissent les peuples musulmans : telle est la thèse développée dans "Le Genre intraitable. Politiques de la virilité dans le monde musulman" de Nadia Tazi. Rencontre.

Dans le monde musulman, la virilité incarne un principe politique essentiel qui tait son nom ; loin de ne renvoyer qu’à l’éternel problème des rapports entre les sexes, elle est aussi au fondement du despotisme politique et social qui y sévit de longue date. Dans Le Genre intraitable, Nadia Tazi lève nombre de malentendus sur le rapport des hommes à l’autre, l’"Occident" en bloc, la femme, l’homosexuel. Elle renouvelle l’analyse de thèmes décisifs comme le voile, la souveraineté, le culte du chef, la lutte pour la reconnaissance, la guerre, à travers une série de tableaux illustrant les débordements et les contradictions  des régimes virilistes, depuis l’anarchie tribale antéislamique au rigorisme wahhabite saoudien, en passant par les violences des grands appareils monarchiques du passé, l’aventurisme guerrier et les cruautés de Saddam Hussein, l’autoritarisme du chah puis des mollahs en Iran ou le trouble des hommes maghrébins, en butte à la modernisation et à l’oppression.

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une rencontre enregistrée en mai 2019.

Publicité

Nadia Tazi, philosophe, ancienne directrice de programme au Collège international de philosophie  

Sophie Bessis, chercheuse associée à l’Institut de relations internationales et stratégiques de Paris 1, et ancienne secrétaire générale adjointe de la Fédération internationale des droits de l’homme 

Fatiha Agag-Boudjahlat, enseignante et essayiste, auteure du Grand Détournement.

58 min