Publicité

Les restitutions d'oeuvres spoliées au coeur de l'actualité

Par

Le ministère de la Culture a remis hier trois œuvres aux ayants droit de victimes des nazis et affirmé une politique "proactive". Et aujourd’hui sort un film de Georges Clooney inspiré de l’histoire de ceux qui se sont battus en 1944 pour récupérer les œuvres volées par le IIIe Reich.

Deux rendez-vous pour une question que le grand public ne connaît pas forcément, ou oublie.

 Trois petites filles du Baron Cassel, dont Jacqueline Domeco au centre, près de "leur" Paysage montagneux, de Joss de Momper
Trois petites filles du Baron Cassel, dont Jacqueline Domeco au centre, près de "leur" Paysage montagneux, de Joss de Momper
© Radio France - Eric Chaverou

Trois toiles et trois destins pour une grande émotion en un même lieu, près de 70 ans après la fin de la seconde guerre mondiale. Trois tableaux pour jusqu'ici un seul sigle : MNR.Ces trois lettres, pour "Musées Nationaux Récupération", servent à identifier environ deux mille oeuvres amassées ou pillées par les nazis et qui, pour n'avoir pas retrouvé leurs propriétaires après-guerre, sont en dépôt dans cinquante-sept musées français.« J’adore remercier » confie sous les ors d'un salon d'apparat de la rue de Valois Jacqueline Domeyco , en introduction à son discours devant ses deux cousines et une nuée de journalistes du monde entier.

Publicité

Petite-fille du Baron Cassel von Doorn, banquier belge d’origine juive , elle revient sur la quête d'une famille éclatée aux Etats-Unis et au Chili, qui a perdu 3.478 œuvres à cause des nazis ! Et elle se félicite du « changement d’attitude de la France et de sa politique "proactive" ».

Elle qui a attendu deux ans pour définitivement récupérer ce "Paysage montagneux", du Flamand Joss de Momper, qui appartenait aux Cassel depuis 70 ans. Et ainsi « récupérer une mémoire, récupérer une identité » :

Écouter

6 min

Merci au pouvoir d'internet et au site lancé par le ministère

 Ion Florescu et la "Vierge à l'enfant" qu'il voie pour la première fois
Ion Florescu et la "Vierge à l'enfant" qu'il voie pour la première fois
© Radio France - Eric Chaverou

Ion Florescu souligne lui que son arrière grand-père n'était pas juif, mais ancien ambassadeur de Roumanie à Londres, juste avant la guerre, opposé aux nazis.

Ce qui a peut-être entraîné la disparition à Cannes d'une "Vierge à l'enfant" que cet ayant droit découvre pour la première fois. Une copie d'après Lippo Memmi, l'un des Primitifs italiens.

Et lui aussi insiste sur l'aide de la France : « je n'ai même pas eu un avocat qui m'a soutenu dans cette démarche parce que une fois le tableau et la famille identifiés, c'est allé très rapidement pour nous ». Ion Florescu, qui raconte comment sa famille a souffert des fascistes puis des communistes, relève enfin le rôle crucial d'internet et du site dédié à ces oeuvres lancé par le ministère (site Rose-Valland, Musées Nationaux Récupération). Ce repère en ligne a enclenché ces retrouvailles :

Écouter

3 min

Quand l’État recherche désormais les ayants droit

Dans la continuité de ses propos de l'an dernier, Aurélie Filippetti a cette fois encore affirmé une politique qui veut aller vers les ayants droit, plutôt que d'attendre qu'ils se manifestent, comme jusqu'à présent. Il y a un an, elle avait en effet déjà ainsi restitué sept toiles (voir notre dossier très complet de l'époque). Quand depuis une vingtaine d'années, l'action de l'Etat français a permis de restituer quelque 70 oeuvres .

 Aurélie Filippetti lors de la cérémonie de restitution de 3 tableaux spoliés, le 11 mars 2014, rue de Valois
Aurélie Filippetti lors de la cérémonie de restitution de 3 tableaux spoliés, le 11 mars 2014, rue de Valois
© Radio France - Eric Chaverou

Et il y un an, un groupe de travail a été lancé pour rechercher la provenance de 145 oeuvres MNR ayant été spoliées de façon quasi certaine. Ce groupe, qui se réunit tous les mois, a pour l'instant identifié 28 propriétaires et rendra un rapport à la ministre en juin. Problème toutefois : il est composé de bénévoles. Aurélie Filippetti répond à Abdelhak El Idrissi :

Écouter

1 min

"J'aimerais qu'il y ait davantage d'oeuvres restituées, mais le discours de la ministre est vraiment très nouveau"

Corinne Bouchoux maîtrise parfaitement ce sujet. Sénatrice écologiste, elle a présenté en janvier 2013 un rapport intitulé "Œuvres culturelles spoliées ou au passé flou et musées publics : bilan et perspectives". Historienne, elle est aussi l'auteur d'une thèse sur le traitement politique et médiatique de la restitution des oeuvres spoliées. Elle a donc suivi d'un oeil particulièrement "aguerri" la cérémonie de ce mardi. Corinne Bouchoux admet la politique "proactive" d'Aurélie Filippetti mais espère qu'elle aura le temps de la mener à bien :

Écouter

2 min

Une journaliste du New York Times a elle mis en cause par l'exemple cette nouvelle volonté politique en février dernier. Doreen Carvajal a enquêté avec sa tablette électronique et ses faibles connaissances artistiques pour arriver à des résultats, même si elle reconnaît avoir été aidée. Elle explique notamment avoir mis seulement deux semaines pour retrouver les propriétaires d'une marine de Courbet, La Falaise d’Étretat après l’orage , exposée au musée d’Orsay en tant qu’œuvre orpheline.

Un effet "Monuments men" ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Les discours terminés, place aux petits-fours et aux conversations. Et une autre oeuvre, liée, revient régulièrement : le film de et avec Georges Clooney qui sort ce mercredi. Voilà peut-être aussi pourquoi tant de journalistes sont venus rue de Valois pour seulement trois toiles, à l'intérêt artistique et financier mineur. Emmanuelle Polack se retrouve ainsi assaillie de questions sur "Monuments men", scénario inspiré de l'histoire d'un groupe d'experts qui a tenté de secourir des oeuvres à la fin de la guerre. Cette chercheure associée à l'Institut National de l'Histoire de l'Art regrette la place dérisoire et erronée accordée à Rose Valland, historienne de l'art et résistante ayant tout fait pour préserver un patrimoine menacé : « c'est bien un monuments men ! ». Mais Emmanuelle Polack se console avec l'interprétation de Cate Blanchett, dans un film qui a tout de même selon elle un mérite pédagogique et encourage tous ceux qui travaillent difficilement, souvent seuls, à "recoller les morceaux" :

Écouter

4 min

Emmanuelle Polack , qui prépare en complément du dispositif actuel un "pôle provenance", au service du grand public, composé de chercheurs et de spécialistes. Quand en Allemagne, par exemple, les groupes de provenance sont plus nombreux :

Écouter

4 min

Oradour, spoliations : quand les enquêtes continuent. Complément d'enquête. France 2

Émission diffusée jeudi dernier.

Spoliation et œuvres d'art : sortir de l'hypocrisie. Le Monde

Par Nathaniel Herzberg. Mis à jour le 13 février.

La restitution des biens spoliés par les Nazis : un casse-tête qui fascine. Art Media Agency

Publié le 6 février dernier.

Œuvres d'art volées par les nazis : relance mondiale des restitutions ? Le Journal de la culture

Par Xavier Martinet, le 1er novembre dernier.

Oeuvres d'art volées par les nazis : une dynamique de restitution à relancer en France. Le Journal de la culture

Par Xavier Martinet, le 4 février 2013.