Publicité

Les seniors de plus en plus connectés depuis le confinement

Par
Françoise Sauvage, 91 ans, est très connectée. Lors du deuxième confinement, elle a découvert YouTube et a regardé un opéra de Mozart en ligne.
Françoise Sauvage, 91 ans, est très connectée. Lors du deuxième confinement, elle a découvert YouTube et a regardé un opéra de Mozart en ligne.
© Radio France - Maïwenn Bordron

Reportage. Les seniors ont été plus présents sur les réseaux sociaux et ont regardé davantage de vidéos pendant le premier confinement, selon une enquête du ministère de la Culture. C'est le cas de Françoise Sauvage et Marie-Paule Debray, 91 ans et 71 ans.

Nos usages culturels ont évolué pendant le premier confinement. Une enquête du département des études de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture, publiée ce dimanche en exclusivité pour France Culture, le détaille. Parmi les catégories de population étudiées, les seniors : ils ont été plus présents sur les réseaux sociaux pendant le premier confinement. Le taux d'utilisation est passé de 12% en 2018 à 43% cette année. Ils ont également regardé plus de vidéos et ont augmenté leur consommation de culture en ligne. C'est le cas de Françoise Sauvage et Marie-Paule Debray, deux membres de l'association Old Up (littéralement, les vieux debout !), basée à Paris. Nous les avons rencontrées pour comprendre comment leurs usages culturels avaient évolué avec les confinements successifs.

Le reportage de Maïwenn Bordron

1 min

La culture à portée de main

Les doigts de Françoise Sauvage tapotent sur le clavier de son ordinateur portable à une vitesse impressionnante. Elle répond rapidement à l'un des nombreux mails qu'elle a reçus dans la matinée. "J'ai de l'arthrose dans les mains", semble-t-elle s'excuser, en souriant. Cette ancienne employée à la direction de Sciences Po Paris a toujours eu l'habitude des ordinateurs. Après sa retraite, elle est très restée très connectée. Aujourd'hui, cette Parisienne de 91 ans, qui vit seule dans son appartement du 17e arrondissement de Paris, est équipée d'un ordinateur portable et d'un smartphone. Avec le confinement, Françoise Sauvage a découvert la culture en ligne. Elle a regardé un opéra de Mozart, La flûte enchantée, puis un opéra de Wagner retransmis depuis l'Allemagne. "Le confinement m'a permis de redécouvrir le théâtre, lieu auquel j'allais de moins en moins. J'ai beaucoup aimé une ou deux représentations de la Comédie française, vraiment on se croyait presque dans la salle de théâtre", se remémore-t-elle. Comme d'autres internautes de son âge, Françoise Sauvage a fait face à quelques déconvenues pour accéder à cette culture en ligne. "J'ai eu beaucoup de difficultés à utiliser les liens. Quelquefois, je n'ai pas pu parce que j'avais beau taper sur le lien, je ne sais pas à quel moment cela ne marchait plus. J'avais le son et pas des images ou l'inverse, éventuellement. C'était très difficile. Une difficulté qui fait que parfois, j'abandonne et je retrouve un bon vieux livre pour passer ma soirée", regrette cette nonagénaire connectée.

Publicité

Pour Marie-Paule Debray, vice-présidente de l'association Old up, l'accès à cette culture en ligne pendant le confinement a été plus facile, avec tout de même quelques problèmes techniques. "Quelquefois, pendant le visionnage ou pendant l'écoute, la liaison se détériore. Et là, si au milieu de séance vous êtes brusquement déconnectée, c'est très frustrant", pointe-t-elle du doigt. La septuagénaire a assisté à des conférences en ligne pendant le confinement. Elle a également regardé un ballet et un opéra depuis chez elle.

Marie-Paule Debray, 71 ans, a pris goût à la culture en ligne. Cette Parisienne de 71 ans pense qu'elle a adopté de nouvelles habitudes en termes de consommation culturelle.
Marie-Paule Debray, 71 ans, a pris goût à la culture en ligne. Cette Parisienne de 71 ans pense qu'elle a adopté de nouvelles habitudes en termes de consommation culturelle.
© Radio France - Maïwenn Bordron

Vers un nouveau mode de consommation culturelle ?

Françoise Sauvage, qui était déjà présente sur Facebook, a également découvert YouTube pendant le deuxième confinement. "J'ai regardé par exemple des interviews du président Giscard d'Estaing. C'était très vivant, très intéressant", décrit-elle. Comme elle, Marie-Paule Debray pense que ses habitudes en matière de consommation culturelle ont durablement évolué avec cette période de crise sanitaire. Cette ancienne fonctionnaire à la mairie de Paris de 71 ans est plutôt conquise par l'offre culturelle proposée en ligne. "Avec le zoom de la caméra, vous avez une situation tout à fait privilégiée par rapport au théâtre ou par rapport à l'opéra, ou par rapport à la salle de concert où vous êtes assis dans votre siège. Vous captez ce que vous pouvez voir de votre place alors que là, vous êtes quasiment sur la scène", s'enthousiasme-t-elle. 

Marie-Paule Debray espère maintenant que les institutions culturelles vont développer les spectacles en ligne après le confinement. "Je vois bien qu'avec l'évolution en âge, la mobilité a de fortes chances de se réduire. Et le fait de ne pas être isolé chez soi, mais de pouvoir continuer à s'alimenter culturellement par le biais de sa tablette ou de son ordinateur, c'est une formidable opportunité", souligne la septuagénaire.

Françoise Sauvage, elle, compte se mettre aux expositions en ligne, après avoir testé les concerts et les opéras. "Je m'y prépare en pensant, qu'étant donné l'âge auquel j'arrive et bien indépendamment du confinement, c'est un moyen considérable de rester en contact avec l'extérieur", sourit-elle.

35 min