Publicité

Les séries télé chéries par les Français

Par
Tournage de la saison 2 de "Dix pour cent", diffusée la semaine prochaine sur France 2. Série à succès avec des stars dans leur propre rôle, comme Isabelle Adjani, Juliette Binoche, ou Fabrice Luchini
Tournage de la saison 2 de "Dix pour cent", diffusée la semaine prochaine sur France 2. Série à succès avec des stars dans leur propre rôle, comme Isabelle Adjani, Juliette Binoche, ou Fabrice Luchini
© Maxppp - Patrice Lapoirie / Nice Matin

La passion des Français ne tarit pas. Paris, Lille et Cannes se disputent pour accueillir LE festival international de référence. Pendant que les audiences et les stars n'y résistent plus. Mais 13% seulement de sondés y voient de la culture !

"Séries Mania" a réuni près de 40 000 spectateurs l’an dernier : un record pour ce festival ouvert au public. Et cette année, pour sa huitième édition, il s’étend pour la première fois dans une salle des Champs-Elysées, au Centre Pompidou et à Rosny-sous-Bois, en banlieue parisienne.

Pendant ce temps, alors que Fontainebleau réunit déjà depuis 2012 des professionnels européens à "Série, Séries", Lille et Cannes se battent aussi pour accueillir LE grand rendez-vous international du genre. Un équivalent au festival de Cannes pour le cinéma. Lille vient d'être choisie à la surprise générale par le gouvernement. Mais Cannes continue à faire cavalier seul, avec le soutien de l'ancienne ministre de la Culture Fleur Pellerin. Fleur Pellerin qui avait lancé une mission à ce sujet en 2015. Zoé Sfez racontait cette histoire et ses enjeux dans son Journal de la culture du 27 mars dernier :

Publicité

Psychodrame autour d'un festival international des séries en France

4 min

Le réveil de l'école française

L’amour des Français pour les séries n’est pas nouveau : en témoignent Belphégor, Les rois Maudits ou Médecins de nuit. Le festival parisien inaugure d'ailleurs cette année "Séries Mania Culte", avec notamment la projection de séries françaises des années 80 comme "La famille Ramdam" ou "Pause Café". Mais ce genre est ensuite longtemps resté sur nos chaînes une spécialité avant tout américaine. Jusqu’à une overdose de programmation et un nouveau souffle de l’école française.

La scénariste Fanny Herrero, désormais dans la lumière grâce au succès de "Dix pour cent", participe depuis dix ans au renouveau des séries françaises. Ici, chez elle fin 2014
La scénariste Fanny Herrero, désormais dans la lumière grâce au succès de "Dix pour cent", participe depuis dix ans au renouveau des séries françaises. Ici, chez elle fin 2014
© Radio France - Eric Chaverou

Canal Plus a initié il y a 10 ans de nouvelles écritures et investissements et généré un cercle vertueux grâce à des audiences croissantes. Avec des scénaristes bien plus inspirés par "Les Soprano" que Navarro ou Julie Lescaut. La série est entrée à l’école de la Femis par le biais d'une formation à part entière en 2012 et les stars comme Isabelle Adjani ou Nathalie Baye n’ont désormais plus aucun souci à y apparaître. Fin 2015, nous vous expliquions ce renouveau à l'occasion du lancement par la chaîne cryptée de Versailles. Une superproduction inédite pour la France, avec 27 millions d’euros de budget, deux super scénaristes, et des décors et costumes de cinéma. Une co production et un casting international pour 10 épisodes tournés en anglais et dont les droits ont notamment été achetés par la BBC. Et fin 2014, Fanny Herrero, la future scénariste de "Dix pour cent", nous précisait déjà comment la télévision française bougeait, avec par exemple le développement de l'écriture collective. Et "Un village français", auquel a collaboré Fanny Herrero, fut ainsi un des premiers à bénéficier d'un directeur d'écriture.

Fin 2014, Fanny Herrero nous confiait notamment la genèse de "Dix pour cent"

15 min

A LIRE Séries : un réveil français

Des cartons d'audience et de nouvelles consommations

Les génériques et les audiences ont évolué, avec des téléspectateurs qui plébiscitent des histoires plus grand public, réalistes et plus proches de leurs quotidiens, comme "Plus belle la vie". L’an dernier, sur les huit séries les plus regardées à la télévision, une seule était encore américaine, en avant dernière place.

La mini série "Le Secret d'Elise" a porté les audiences de TF1, devant The Voice. "La production américaine est de plus en plus pléthorique et pointue. Les récentes créations sont plus clivantes, moins adaptées à un public comme celui de TF1", estimait récemment Xavier Gandon, le directeur des antennes de la Une, dans Le Parisien. Les téléspectateurs vont plébisciter "Fais pas ci, fais pas ça" face à 'Grey's Anatomy". "Dix pour cent" est disponible sur Netflix depuis décembre dernier dans une centaine de pays, quand M6 s'est finalement mise à produire des séries maison. Il faut dire qu'avec 83,5 millions d'euros (+23%) pour 900 heures (+21%), la fiction a été en 2016 le genre le plus aidé par le CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée). Elle a atteint son plus haut niveau depuis 2008, notamment avec des séries comme "Baron Noir" ou "Le Bureau des légendes".

Les séries ont désormais droit à de grandes campagnes d'affichage dans le métro parisien. Ici, pas plus tard que ces derniers jours
Les séries ont désormais droit à de grandes campagnes d'affichage dans le métro parisien. Ici, pas plus tard que ces derniers jours
© Radio France - Eric Chaverou

Ces séries se consomment aussi de plus en plus en ligne : à la demande, légalement ou non. Ainsi, 1,1 million de téléspectateurs ont vu "Le Secret d’Élise" en rattrapage. Un record, car cela représente 13% de son audience totale. Les têtes d'affiche comme "Game of Thrones" sont aussi parmi les premières à être piratées ou "streamées". Et Netflix, malgré l'échec critique de son "Marseille" avec Gérard Depardieu, semble avoir conquis le marché français. Les passionnés de séries y découvrent des formats qui ont évolué venant notamment des États-Unis. Ou ils passent sur OCS, chaîne du groupe Orange, qui met en avant son accord renouvelé il y a quelques jours avec HBO, référence américaine en la matière. Ou encore sur Arte qui continue à révéler des productions nordiques.

Dans un entretien à Sud Ouest, Jean-Pierre Panzani, qui dirige le pôle expertise au département Télévisions de Médiamétrie, détaille la banalisation du visionnage boulimique, le "binge watching" : 85% des téléspectateurs regardent au moins deux épisodes à la suite, et 40% au moins trois d’affilée. Ces amateurs privilégient la comédie et le policier et "les bonnes intrigues". Et un sur deux se dit prêt à suivre une fiction simplement en raison de la présence d’un acteur ou d’une actrice qu’il aime beaucoup.

© Visactu

Mais un mystère demeure

Comment ces séries toujours plus plébiscitées ne peuvent être considérées comme de la culture que par 13% des Français ? C'est en effet le résultat d'une récente étude du ministère de la Culture lui-même ! Consacrée aux "Représentations de la culture au sein de la population française", l’enquête révèle que pour 84 % des sondés "Oui, dans tous les cas" visiter un musée ou un monument relève du périmètre de la culture. La science ? Un grand oui aussi, à 77%. Suivent les voyages, la cuisine, faire du jardinage ou collectionner des timbres. Avant, dans le peloton de queue, les séries télévisées, qui précèdent les jeux vidéo et enfin les émissions de téléréalité... 41% des sondés nuancent tout de même que "cela dépend des cas". Les séries ont longtemps dénigré, considéré comme un sous-genre, notamment par des acteurs au-dessus de "rôles alimentaires". Aujourd'hui, les stars se bousculent et la Comédie française laisse sans souci une de ses comédiennes y participer. Interrogé par "20 minutes", le sociologue Bernard Lahire "n’aurait pas prédit que les résultats (de cette enquête) seraient si bas". Celui qui enseigne à l’ENS Lyon et a travaillé sur les différences culturelles évoque "des avances prises historiquement comme celle du cinéma sur les séries…" Et ajoute "La légitimation prend du temps, comme c’est le cas pour la BD, les polars…"

Extrait de l'enquête "Les représentations de la culture dans la population française" publiée en septembre dernier
Extrait de l'enquête "Les représentations de la culture dans la population française" publiée en septembre dernier

A LIRE AUSSI Webséries : "On est à l'aube d'un âge d'or !"