Publicité

Les théâtres de la mémoire entre la Renaissance et le monde contemporain

Par

C’est aujourd’hui, à l’époque de l’Internet et du triomphe des images, que nous sommes en mesure de mieux comprendre la tradition séculaire de l’art de la mémoire qui atteint ses expressions les plus spectaculaires à la Renaissance, comme en témoigne le théâtre de la mémoire de Giulio Camillo, un personnage excentrique, méprisé comme un charlatan et exalté comme un Dieu. Lina Bolzoni est l'invitée de l'Université de Corse sur ce sujet.

Dans le cadre de sa chaire "Esprit méditerranéen - Paul Valery", l'Université de Corse reçoit de grands intellectuels méditerranéens pour aider à redéfinir la diversité et le dynamisme des patrimoines intellectuels, artistiques et sociaux qui depuis la plus haute Antiquité ont fait de la Méditerranée un espace de circulation et de renouvellement des savoirs. Car seule une réappropriation active de ces patrimoines par la pensée moderne est garante du dynamisme propre aux sociétés qui savent maintenir un équilibre instable entre passé et présent, continuité et mutations.

Lina Bolzoni, professeure de Littérature de la Renaisance à l'École Normale Supérieure de Pise et à New York University, était l'invitée de la session de mai 2016, placée sur la thématique "L'art de la mémoire".

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

C’est aujourd’hui, à l’époque de l’Internet et du triomphe des images, que nous sommes en mesure de mieux comprendre la tradition séculaire de l’art de la mémoire qui atteint ses expressions les plus spectaculaires à la Renaissance, comme en témoigne le théâtre de la mémoire de Giulio Camillo, un personnage excentrique, méprisé comme un charlatan et exalté comme un dieu. Poète et maître de rhétorique, magicien et alchimiste, mystique et libertin, ami du Titien et de Lorenzo Lotto, Camillo poursuit toute sa vie le rêve d'une intelligence artificielle reliant la mémoire et l'invention, concrétisée sous la forme d'un théâtre de mémoire capable de contenir à la fois la totalité des savoirs et les secrets de la beauté. Au XXe siècle, un rêve analogue renaît chez les émigrés italiens aux États-Unis, comme dans le Palais encyclopédique de Marino Auriti, ou dans les cathédrales fantastiques et les villes utopiques d’Achille Rizzoli, qui représentent l’intériorité des personnes aimées.

Enregistré en mai 2016 au Spaziu universitariu Natale Luciani (Corte, Université de Corse).

Réalisation : Nicolas Fresi.

Chaire Esprit méditerranéen Paul Valery. Fundazione di l'Università di Corsica / Laboratoire Lieux, Identités, eSpaces et Activités (CNRS / Université de Corse)