Publicité

Les tonalités affectives dans la perception du milieu ambiant en architecture et en urbanisme : Bollnow, Bachelard, Zumthor

Par
Pascal Nouvel au CCIC de Cerisy, 2018
Pascal Nouvel au CCIC de Cerisy, 2018
- CCIC

"Qu’était donc, — je m’arrêtai pour y penser, — qu’était donc ce je ne sais quoi qui m’énervait ainsi en contemplant la Maison Usher ?" (Edgar Poe, La chute de la maison Usher, 1839)

Cette communication a été filmée lors du colloque intitulé Saisir le rapport affectif aux lieux qui s'est déroulé du 15 au 22 juin au CCIC de Cerisy sous la direction de Georges-Henri LAFFONT et Denis MARTOUZET.

Se dirige-t-on  vers une fabrique affective des lieux ? Qu'il s’agisse d’architectes, de  designers, d’économistes, de géographes, de paysagistes, de  sociologues, d’urbanistes, d’artistes ou d’habitants, nombreux sont ceux  qui, au niveau conceptuel ou pratique, manifestent un intérêt vis-à-vis  du rapport affectif aux lieux. Toutefois, si les discours en ce sens se  multiplient, les difficultés rencontrées sont importantes lorsqu’il  s’agit de capter, comprendre, mobiliser ou encore susciter les émotions  et les sentiments tant — entre aimer et ne pas aimer, témoigner de  l’indifférence ou de la détestation — l’éventail est large et les  mécanismes complexes. En outre, les termes employés qualifient autant la  personne qui formule un sentiment, que les lieux concernés et la  relation elle-même...

Publicité

Pascal  Nouvel est professeur de philosophie, directeur du département de  philosophie, directeur du Centre d'Ethique et de Philosophie  Contemporaine à l'Université de Tours.

En  partant de l'analyse de ce que sont les ambiances et en prenant appui  sur des auteurs qui ont pu fournir à ce sujet quelques aperçus décisifs  (Bollnow, Bachelard, Zumthor), une problématisation de la question de  l'ambiance en architecture et en urbanisme est proposée. Cette dernière  permet de préciser la différence entre les "lieux de l'affect" dont  parle la neurobiologie (désignant par là les structures cérébrales qui  sont responsables, chez l'homme, de la production des affects) et  "l'affect des lieux" (le type d'affect généré par un lieu donné). Les  moyens d'aborder cette dernière, donc les tonalités affectives suscitées  par des lieux, est alors discutée.