Les très riches touristes au secours de Dubrovnik

Publicité

Les très riches touristes au secours de Dubrovnik

Par
À l'hôtel Excelsior, quelques touristes très aisés profitent d'une plage privée sans s'éloigner de la vieille-ville.
À l'hôtel Excelsior, quelques touristes très aisés profitent d'une plage privée sans s'éloigner de la vieille-ville.
© Radio France - Gilles Gallinaro

Road trip en Adriatique. La Croatie a accueilli 19 millions de visiteurs en 2019, essentiellement sur la côte dalmate et ses dizaines d'îles. Un tourisme populaire ou familial mais aussi un tourisme de luxe, notamment à Dubrovnik, la "perle de l'Adriatique", où seuls les plus fortunés semblent vouloir revenir pour cet été.

La réouverture des frontières internes en Europe depuis ce lundi concerne certains pays plus que d'autres, notamment ceux pour qui le tourisme représente une part importante de l'économie, à l'instar de la Croatie. 

La Raguse du Moyen-Âge, Dubrovnik, surnommée "perle de l'Adriatique", est aussi la première ville sur la côte dalmate à s'être doté de palaces. Avec sa vue imprenable sur la vieille-ville et les îles, sa plage privée, sa piscine intérieure et son restaurant réputé, l'Excelsior est l'un des plus anciens.

Publicité

L'établissement, où les chambres les moins chères sont à 350 euros, vient juste de rouvrir, et il est loin d'être plein. Car les Européens ne constituent pas l'essentiel de sa clientèle, explique David Taylor, son directeur.

En temps ordinaire, on a des clients qui viennent de partout, mais beaucoup des États-Unis, du Royaume-Uni, d'Europe ou d'Extrême-Orient, pour des séjours de cinq à sept jours...

Dans ce palace de Dubrovnik, la chambre la moins chère coûte 350 euros la nuit. Mais cette année, l'Excelsior n'a pas fait le plein.
Dans ce palace de Dubrovnik, la chambre la moins chère coûte 350 euros la nuit. Mais cette année, l'Excelsior n'a pas fait le plein.
© Radio France - Gilles Gallinaro

"Les voyages sont encore un peu difficiles au départ de certains endroits. D'après ce que l'on voit, la situation a l'air de vouloir s'améliorer en Europe. Mais aux États-Unis, ça a l'air plus compliqué, déplore-t-il. Beaucoup de vols pour la Croatie et Dubrovnik ont été reportés à l'an prochain."

Une saison presque annulée

La situation est similaire pour Ivan Vukovic, qui organise des tours pour une clientèle limite fortunée et qui vient de loin, voire de très loin.

Ce sont surtout des Américains, des Canadiens, des Australiens et des Néozélandais. Ils passent cinq jours en Croatie – ce qui est assez fou pour des gens qui viennent de l'autre côté de la planète ! – et s'offrent des tours plutôt chers... 5 000 dollars par personne !

Mais les 300 à 400 voyages organisés qu'il propose d'habitude ne sont que souvenir. Cette saison, tout a été annulé. Comme David Taylor, Ivan Vukovic table cette année sur les Européens pour alimenter la reprise.

Pour les organisateurs de visites dans la "perle de l'Adriatique", la saison s'annonce catastrophique. Seuls les Européens feront le voyage.
Pour les organisateurs de visites dans la "perle de l'Adriatique", la saison s'annonce catastrophique. Seuls les Européens feront le voyage.
© Radio France - Gilles Gallinaro

Aujourd'hui, on attend les clients qui pourraient venir d'Autriche ou d'Allemagne, en voiture. Mais c'est quand même un peu loin, donc tous les professionnels espèrent surtout que les vols reprennent pour le sud de la Croatie.

Le retour des plus fortunés

Les seuls touristes de luxe à être déjà revenus à Dubrovnik sont les super-riches. Le marché d'Iris Malobabic, qui propose des prestations de très haut niveau, du majordome au jet privé en passant par le yacht. Iris gère aussi la location de villas d'exception, comme cette magnifique demeure restaurée, à quinze minutes de la vieille ville.

C'était une résidence d'été du XVe siècle. Le nouveau propriétaire y a investi des millions d'euros et la loue désormais. En saison, il faut compter 4 200 euros la journée.

Les clients d'Iris sont revenus à Dubrovnik dès la fin du confinement dans leurs pays d'origine, comme ce richissime britannique arrivé de Londres le 22 mai en jet privé, et qui vient de louer quatre villas de luxe pour cinq semaines.

"Il a beaucoup d'enfants, mais surtout beaucoup de personnel avec lui, justifie Iris : des enseignants, des secrétaires, un chef pour la cuisine, un prof de tennis, un coach de natation et tout le personnel pour les plus jeunes. En tout 25 personnes !"

Dubrovnik est la première destination des voyageurs en Croatie, où le tourisme représente 20 % de l'économie.
Dubrovnik est la première destination des voyageurs en Croatie, où le tourisme représente 20 % de l'économie.
© Radio France - Gilles Gallinaro

Cette professionnelle du tourisme ne communiquera pas le prix total de la prestation, qui se compte évidemment en dizaines de milliers d'euros.

Ce type de vacanciers-là, Dubrovnik est sûre de les voir revenir dès cette saison. Ils en ont largement les moyens. Mais il n'est pas sûr que cela suffise pour sauver la saison touristique 2020. Le secteur du tourisme, dont la première destination est Dubrovnik, a représenté 20 % de l'économie de la Croatie en 2019.