Publicité

Libération d’Auschwitz, chrononymes, Brigitte Fontaine et coronavirus : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage
La Session de rattrapage

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous à la Session de rattrapage pour la recevoir par mail chaque semaine.

Bonjour à toutes et à tous ! 

Publicité

Commémorer et ne pas oublier : des dizaines de dirigeants mondiaux se sont réunis jeudi 23 janvier à Jérusalem pour célébrer la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, en Pologne. Plus d’1 million de Juifs furent exterminés dans ce bastion de l’horreur. Trois quarts de siècle après les faits, alors que de nombreux témoins ont désormais disparu, se pose désormais la question de l’enseignement de la Shoah, et plus largement de la transmission de sa mémoire. Cette mémoire, des nostalgiques du régime nazi et de Vichy ont tenté de la rayer de l’Histoire, en répandant l’idée que le génocide n’aurait en réalité jamais eu lieu : s’est alors propagé le négationnisme, en dépit des preuves et des lois. A l’inverse, des savants de la Seconde Guerre mondiale sont restés attachés à l’exactitude scientifique, fuyant le totalitarisme nazi pour poursuivre leurs divers travaux. Aujourd’hui, la période continue de faire débat, et cristallise même lors de ces anniversaires de complexes enjeux géopolitiques hérités de l'histoire. Bonnes écoutes ! Naomi Titti 

COMPRENDRE

Infirmières portant des masques chirurgicaux durant l’épidémie du coronavirus à Guangzhou en Chine.
Infirmières portant des masques chirurgicaux durant l’épidémie du coronavirus à Guangzhou en Chine.
© AFP - STR

Négationnisme. Avec Robert Faurisson en tête de file, les nostalgiques autoproclamés du nazisme se sont évertués à nier l'existence de la Shoah. Découvrez comment ces figures de l'extrême droite d'après-guerre sont parvenues à exposer leur délire négationniste dans le débat public, rejoints par d'étonnants alliés de circonstance venus des rangs de la gauche française. (Les Mécaniques du complotisme saison 5, 4 x 15 min)

Coronavirus. En Chine, une épidémie fulgurante fait planer le spectre du SRAS, Syndrome Respiratoire Aigu Sévère qui, en 2003, avait entraîné la mort de plus de 800 personnes. A ce stade, des cas de personnes atteintes par ce virus ont été repérés au Japon, en Corée du Sud, en Thaïlande et en France ce vendredi. Que sait-on sur ce nouveau virus ? (La Question du Jour, 6 min) 

La France au bord de l’implosion sociale ? Depuis plus d'un an, le pays connaît un regain spectaculaire de conflits sociaux, notamment incarné par les Gilets jaunes, et plus récemment par les mouvements contre la réforme des retraites. Dans un entretien, l’anthropologue Emmanuel Todd entend nous alerter quant au “choc frontal [qui se préparerait] entre ceux d’en haut et les autres". (L’invité·e des Matins, 40 min)

Retraites : recherche carrière désespérément. Le projet de réforme des retraites présenté au Conseil des Ministres, a possiblement de lourdes conséquences pour le milieu de la recherche académique et universitaire. A force de réduire les budgets et les recrutements, en fragilisant les débuts et en appauvrissant les fins de carrières, les gouvernements successifs sont-ils en train de mettre en pièce la recherche publique française ? (La Méthode scientifique, 58 min)

APPRENDRE

Photo d'une bibliothèque.
Photo d'une bibliothèque.
© Getty - Suwannar Kawila / EyeEm

Sommes-nous ce que nous lisons ? Titulaire d'une nouvelle chaire de littératures comparées au Collège de France, l’écrivain William Marx plaide pour une “bibliothèque mondiale”. Dans une approche qui mêle l'universel et le particulier, il expose une analyse où nos lectures dépendent de nos vies, de nos attentes, d’autres livres que nous avons déjà lus. (La Grande Table Idées, 34 min)

Philosophe des chiffres et de l’être. Enfant des mathématiques et de la poésie, Alain Badiou a construit sa philosophie autour de deux concepts clés, l'être et l’événement. Son travail lévite autour des rencontres. Cet amoureux des arts, fervent communiste, nous parle de sa vocation de philosophe. (Les Chemins de la philosophie, 58 min) 

Ce que les noms d’époque nous disent du présent. Qu’est-ce qu’un chrononyme ? Pourquoi parle-t-on des "années folles" ou des “Trente Glorieuses” ? Faut-il vraiment hacher les périodes de l’Histoire ? Découvrez comment les noms des époques ont été forgés. (Le Cours de l’histoire, 51 min)

Hymne à la lenteur. Nous n’avons plus le temps car nous l’avons perdu, ou peut-être tué… au risque de nous perdre nous-mêmes. Les Hommes lents : résister à la modernité de Laurent Vidal et Éloge du retard d’Hélène l’Heuillet, deux ouvrages qui s’en prennent au mal contemporain : l’accélération. (Avis critique, 49 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Albert Camus
Albert Camus
© Getty - Cecil Beaton

Albert Camus, entier avec le monde. 60 ans après sa disparition, que reste-t-il de l’auteur de L’Etranger ? Georges-Marc Benamou, réalisateur, évoque l’héritage de l’écrivain devenu icône, dont les vies intimes et littéraires furent multiples. (La Grande table culture, 26 min)

Cet obscur objet du cinéma. Actrice : un désir qui remonte à l'enfance d'Arielle Dombasle, lorsqu'au fond du jardin de la demeure familiale de Mexico, elle donnait la réplique à sa sœur, rejouant avec toute la fraîcheur et le sérieux que l'enfant met au jeu, les drames souterrains de l'étrange manège des adultes. (A voix nue, 29 min)

M comme Mizoguchi. Auteur de grands mélodrames féministes, maître incontesté du plan-séquence, l’œuvre du cinéaste Kenji Mizoguchi oscille constamment entre épure et violence, entre rêve et réalité. Coup d’oeil sur ce peintre du quotidien. (Plan large, 59 min)

LA CITATION

La légendaire Brigitte Fontaine.
La légendaire Brigitte Fontaine.
© AFP - JOEL SAGET

Et cette semaine c'est Brigitte Fontaine qui nous livre une citation rocambolesque, alors qu'elle recevait l’équipe du Réveil culturel chez elle, dans l'Île Saint-Louis à Paris, à l'occasion de la sortie de son nouvel album Terre -Neuve. Fidèle à elle-même, excentrique et révoltée :

Si je suis remontée contre les hommes ? Monter descendre, monter descendre, je ne fais que ça. A bas le sexe fort, à mort, à mort, à mort ! J'ai toujours été comme ça - sauf avec mon père, mais il y a aussi dans l'album "Les beaux animaux" qui fait l'éloge des hommes, parce que je suis quelqu'un de paradoxal ; c'est une ode aux merveilleux animaux que sont les hommes hyper sexe dans les rues, les cafés, les pissotières, partout… Brigitte Fontaine

Pour finir cette session, nous vous invitons à vous replonger dans l’univers unique de Jean Paul Gaultier, “l’enfant terrible de la mode”, qui présentait son dernier défilé mercredi 22 janvier, au Théâtre du Châtelet. Après 50 ans de carrière dans la haute couture et le prêt-à-porter, l'un des couturiers français les plus célèbres au monde quitte les podiums. De la marinière au corset conique en passant par le mélange des genres, refaites le tour des cinq grands traits qui ont fait sa marque. A la semaine prochaine !