Publicité

Liberté et bonheur, deux notions-clés en philosophie

La Liberté guidant le peuple, 1830
La Liberté guidant le peuple, 1830
- Eugène Delacroix

France Culture Education. Grâce à une sélection de 12 émissions, révisez vos connaissances sur les notions de liberté et de bonheur en philosophie.

Comment concilier la liberté et l'obéissance à la loi ? La liberté individuelle et le fait de se plier aux règles de la vie en société ? Notre vie est-elle tributaire du destin ? Le bonheur peut-il se décider ? La relation entre plaisirs et bonheur est-elle évidente ? Cette sélection d'émissions des "Chemins de la philosophie" propose de clarifier les concepts de liberté et de bonheur tels que la philosophie les envisage depuis Platon.

La liberté

Quelle est la part de liberté individuelle ? Sommes-nous soumis à un destin ? A des déterminismes d'ordre psychologique ou sociaux ? Sommes-nous réellement libres d'effectuer les choix qui orientent nos vies ? Et qu'est-ce que la liberté au fond ? Est-ce de pouvoir faire tout ce que l'on veut ? Autant de questions qui occupent les philosophes, depuis les stoïciens de l'Antiquité jusqu'à Jean-Paul Sartre.

Publicité

Pour les philosophes stoïciens de l'Antiquité, nos existences sont déterminées par le destin. Quelle est la place de l'humain dans un monde où règne un déterminisme intégral ? Si tout découle du destin, comment comprendre que des mouvements volontaires soient possibles ? Et comment penser alors la notion de responsabilité morale ? Cette émission propose de se pencher sur quelques grands principes de la philosophie stoïcienne, à partir de Pensées pour moi-même, écrit par l'empereur romain Marc Aurèle, entre 170 et 180 ap. J.C. 

En savoir plus : Le destin m’empêche-t-il d’agir ?

Que reste-t-il de la liberté dès lors que l’existence humaine découle d’une nécessité divine ? Penseur novateur du concept de liberté, le philosophe hollandais Baruch Spinoza (1632-1677) va à l’encontre de l'intuition que nous pourrions en avoir. La liberté serait-elle plutôt une libération ? La connaissance est-elle la seule chose à même de nous libérer ? Cette émission propose de découvrir la pensée de l'auteur de cette phrase qui est souvent mal comprise : "La liberté consiste uniquement dans le fait que les hommes sont conscients de leurs appétits et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés."

À réécouter : "La liberté n’est que l’ignorance des causes qui nous déterminent"

Dans la Critique de la raison pratique, le philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804) rompt avec toute une tradition aristotélicienne qui faisait du désir l’élément déterminant de la volonté. Pour lui, l’action morale est le fait de la seule raison. Alors, comment la raison seule peut-elle être déterminante, motrice et législatrice ? 

À réécouter : Sommes-nous libres de faire le bien ?

En quoi le serviteur est-il plus libre que le maître ? Sans autrui, serais-je une conscience ? Non, répond Georg Wilhelm Friedrich Hegel (1770-1831) en s'appuyant sur sa fameuse dialectique du maître et de l'esclave. Cette émission permet de plonger dans la pensée du philosophe allemand pour lequel l’application du droit est le corollaire indispensable à la liberté des citoyens.

À réécouter : Le droit, c'est la vie

La liberté comme exercice se trouve au cœur de l'œuvre de Jean-Paul Sartre (1905-1980). Mais que signifie la formule sartrienne "Je suis condamné à être libre" ?

À réécouter : Sartre et la liberté

Dans le cadre d'un cycle destiné à accompagner les élèves dans leurs révisions du baccalauréat, cette émission propose un corrigé de ce sujet de dissertation très classique élaboré par Anthony Dekhil, professeur de philosophie au lycée Les Sept Mares à Maurepas (Yvelines).

À réécouter : La loi est-elle un obstacle à ma liberté ?

Le bonheur 

Le bonheur est-il une affaire de chance ? Ou au contraire le fruit d'une décision, comme on prendrait un engagement entre soi et la vie ? Est-il une affaire personnelle ? Est-il partageable ? Nécessite-t-il du courage ? Et pour être heureux, faut-il changer l’ordre du monde ou seulement son désir ? La question de la définition du bonheur, qui se distingue de la satisfaction - facilement atteignable, vite ennuyeuse -, de la joie - parfois tyrannique et sans nuances - et de la béatitude - qui est le lot des sages et des saints - ainsi que des moyens pour l'atteindre, occupe les philosophes depuis l'Antiquité.

1. Sénèque. De la vie heureuse (48 min)

Bonheur, argent, plaisir… mais aussi assentiment et vertu : voici le cocktail parfait pour une vie heureuse selon Sénèque !

À réécouter : De la vie heureuse

2. Épicure. L'abus de plaisir est mauvais pour le bonheur (58 min)

Suffit-il de ne plus souffrir pour être heureux ? En quoi consiste la conception du bonheur d’Épicure (IVe siècle av. J.-C.) et en quoi s’oppose-t-elle à la morale stoïcienne ? Cette émission propose d'explorer la pensée du philosophe grec dont le nom a donné naissance à l'adjectif épicurien, mais qui se prête à de nombreux malentendus. Pour Épicure en effet, se faire plaisir, jouir, céder aux joies du corps, n'était pas exactement le chemin le plus sûr pour atteindre la tranquillité de l'âme.

À réécouter : L'abus de plaisir est mauvais pour le bonheur

Pour Blaise Pascal (1623-1662), les hommes ne peuvent être heureux que grâce à la foi. Pour le philosophe français, si l’athée se moque de Dieu, c’est parce qu'il est aveugle à la détresse de sa condition. Sa quête de jouissances relève d’une insouciance coupable et d’une indifférence déraisonnable plutôt que d’un véritable bonheur. Le seul remède à cette détresse ne peut résider que dans la foi. 

À réécouter : Pascal, Pensée 138 : explication de texte

La recette du bonheur se trouve-t-elle dans la modération des plaisirs ou dans leur satisfaction à tout prix ? En 1740, Jean-Jacques Rousseau écrit dans un texte intitulé Mémoire à M. de Mably sur l’éducation de M. son fils, "Je conçois deux manières d’arriver à la félicité. L’une en satisfaisant ses passions et l’autre en les modérant". Cette émission propose un commentaire de ce texte élaboré par Florian Nicodème, professeur de philosophie au lycée Jacques Decour à Paris, dans le cadre d'un cycle consacré aux révisions de l'épreuve de philosophie du baccalauréat.

À réécouter : Explication de texte - Jean-Jacques Rousseau Mémoire à M. de Mably

Depuis Aristote, la question de l'action morale était intimement liée à celle du bonheur. Au début de la Critique de la raison pratique, le philosophe allemand Emmanuel Kant (1724-1804) s'éloigne de cette tradition. Cette émission propose de mieux comprendre pourquoi, selon Kant, le bonheur ne peut pas être universel, mais est un sentiment particulier à chacun.

À réécouter : Suffit-il d’être vertueux pour être heureux ?

"L'homme est placé sur terre, abandonné à lui-même, incertain de tout, excepté de ses besoins et de sa misère", écrit Arthur Schopenhauer. Pour le chef de file des philosophes pessimistes, la vie est mauvaise : elle oscille comme un pendule, de droite à gauche, passant de la souffrance au désir et à l’ennui... Le philosophe allemand propose néanmoins des voies de libération pour échapper à la tyrannie du vouloir-vivre qui nous pousse à désirer de manière insatiable… Comme l'art par exemple, capable de nous faire échapper à cette mécanique aveugle.

À réécouter : L’art peut-il consoler ?