Publicité

Licencié de TF1, un salarié réclame justice

Par

**Jérôme Bourreau-Guggenheim demande réparation devant le conseil de prud'hommes après son licenciement de TF1. La chaine lui reproche d'avoir envoyé un email, en 2009 à sa député, dans lequel il critique le projet de loi portant sur la création de la Hadopi. Trois ans après les faits, le litige n'est toujours pas réglé. **
Nous sommes en 2009, en pleine discussion autour du téléchargement illégal et du projet de la création de la Hadopi.

Jérôme Bourreau-Guggenheim , alors responsable innovation du pôle web de TF1, écrit un email à sa député, Françoise de Panafieu élue UMP du 17ème arrondissement de Paris. Dans son message, privé, il écrit qu'il est opposé au projet de la Hadopi, et argumente. Il demande à sa députée de portée sa voix et celles de milliers d'autres personnes.

Publicité

Son souhait va être exaucé, mais pas comme il le souhaitait.

Le mail est transmis par la députée au ministère de la culture . Le bras droit de Christine Albanel (ministre de l'époque) transfère le mail le jour même au secrétaire général de TF1 , avec la mention: " vous avez des salariés qui, manifestement, aimer tirer contre leur camp".

Peu de temps après, le groupe TF1 licencie Jérôme Bourreau-Guggenheim . En expliquant que la chaine a toujours eté favorable à la Hadopi, et que le salarié a commis un "acte d'opposition à la stratégie de TF1" qui est en "totale incompatibilité avec son emploi et sa fonction de cadre".

Prud'hommes de Boulogne Billancourt
Prud'hommes de Boulogne Billancourt
© Radio France

Après une première tentative de conciliation infructueuse, le conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt examinait vendredi 6 avril e le litige, et doit se prononcer sur le licenciement. Jérôme Bourreau-Guggenheim réclame plus de 160 000 euros de dommages et intérêts. La décision sera rendue le 1er juin 2012.

Abdelhak El Idrissi a assisté à l’audience et en fait le compte-rendu :

Écouter

1 min

Emmanuel Noirot, l'avocat de Jerome bourreau Guggenheim
Emmanuel Noirot, l'avocat de Jerome bourreau Guggenheim
© Radio France

A la sortie de l’audience, l’avocat du salarié est revenu sur l’affaire. Maître Emmanuel Noirot parle "d’une atteinte aux droits" . *"Il séparait bien sphère professionnelle et sphère privée". * Il explique également à quel point ce licenciement a pesé sur la situation professionnelle et personnelle de son client :

Écouter

2 min

Ma seule motivation, c'est de faire reconnaître un licenciement abusif.

Jerome Bourreau Guggenheim
Jerome Bourreau Guggenheim

Jérôme Bourreau-Guggenheim n’a pas assisté à l’audience vendredi. Il passait un entretien d’embauche. Mais il a bien voulu raconter à France Culture comment il vivait la situation et ce qu’il attend aujourd’hui du tribunal. Il ne comprend pas pas l'emballement qui a suivi l'envoi de ce mail, anodin, et surtout le parcours de ce mail passé de sa députée à sa hiérarchie. Alors qu'au départ la rédaction du mail n'était que l'acte d'un "citoyen particpant à la vie de la cité, sur un sujet qui l'intéressait" :

Écouter

1 min

Il porte également un regard assez dur sur le comportement de TF1 et sur les arguments de la chaîne qui a expliqué que son salarié avait une position inconciliable avec la stratégie du groupe. **Jérôme Bourreau-Guggenheim explique : ** "ma seule motivation c'est de faire reconnaître que ce licenciement a été abusif, que j'ai été licencié parce que j'avais une opinion personnelle sur un projet de loi" :

Écouter

1 min

A la sortie de l'audience, l'avocate de TF1 a refusé de répondre à nos questions et d'exposer les arguments de la chaîne.

Pour vous faire une idée du contenu du mail, France Culture publie l'intégralité du message :

TF1 Hadopi 1
TF1 Hadopi 1
© Radio France
TF1 Hadopi 2
TF1 Hadopi 2
© Radio France

La chronologie des faits :

  • 19 février 2009 : Jérôme Bourreau-Guggenheim envoie l'email à sa députée, Françoise de Panafieu
  • 19 février 2009 : Françoise de Panafieu transfère le message au ministère de la Culture
  • 19 février 2009 : Le bras droit de la ministre de l'époque fait suivre l'email à la direction de TF1
  • 4 mars 2009 : Jérôme Bourreau-Guggenheim est convoqué par son supérieur qui détient l'email
  • avril 2009 : Jérôme Bourreau-Guggenheim reçoit sa lettre de licenciement
  • 14 septembre 2009 : la tentative de conciliation entre les avocats échoue
  • 22 juillet 2010 : première audience au conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt
  • 31 juillet 2011 : les conseillers ne tranchent pas l'affaire. Recours à un magistrat professionnel
  • 6 avril 2012 : nouvelle audience devant le conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt
  • 1 juin 2012 : délibéré