Publicité

Littérature, Carmen, série, comédie... 5 idées pour votre week end

Par
Week-end pique-nique
Week-end pique-nique
- Philippe Labruman / Canal Plus / Musée de l'homme / Minuit

Chaque vendredi, Arnaud Laporte et les critiques de La Dispute vous proposent une sélection de rendez-vous culturels pour votre week-end.

Toute cette semaine, les critiques de La Dispute ont une fois encore débattu pour vous du meilleur de l'actualité culturelle. Résultat de ces échanges en 5 récréations, une pièce de théâtre, un opéra, une exposition, un roman, une série. Bonnes découvertes !

une Pièce de théâtre : "Jusque dans vos bras", un spectacle hilarant sur l'identité française

C’est bien la Marseillaise qui donne son titre au nouveau spectacle des Chiens de Navarre, toujours emmenés par Jean-Christophe Meurisse, avec cette quête annoncée, comme une petite annonce au ton grave : “Recherche désespérément identité française”. Attention, tous les moyens seront bons pour y parvenir !

Publicité

L'avis des critiques de la Dispute :

Sous l'apparence de la farce, ces sketches sont violents pour le spectateur. Fabienne Pascaud

La satyre sociale est toujours à double coup, surprenante. Lucile Commeaux

C'est un spectacle de salut public qui s'efforce d'éloigner la société de l'extrême droite. 

Jusque dans vos bras” de Jean-Christophe Meurisse (Les Chiens de Navarre), jusqu'au 2 décembre aux Bouffes du Nord (Paris) puis en tournée

56 min

un Opéra : “Notre Carmen”, une performance collective et participative

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le collectif berlinois Hauen und Stechen, issue de la nouvelle génération de la scène allemande, débarque en France pour la première fois, et l’héritage Karstorf-Nina Haegen-Ostermeier est ici magnifié, pour cette relecture de Carmen en mode lumpen-prolétariat. Vous croyiez le mythe de Carmen épuisé ? Erreur.

"Notre Carmen" d'après Georges Bizet, mise en scène Franziska Kronfoth, direction musicale Roman Lemberg avec le collectif de théâtre musical Hauen und Stechen, Ensemble 9 , jusqu’au 19 novembre à l’Athénée-Théâtre Louis Jouvet  (Paris)

une Exposition : "Pièce rapportées", des échanges foisonnants entre passé, présent et futur

Pièce rapportées - Théo Mercier
Pièce rapportées - Théo Mercier
- Musée de l'homme

Il y a longtemps que le metteur en scène et plasticien Théo Mercier nourrit son travail artistique d’ethnographie et d’anthropologie. Son invitation par le Musée de l’Homme semble donc une évidence. Mercier en a fait son nouveau terrain de jeu, pour un dialogue fructueux avec les collections de la vénérable institution, en y introduisant une dimension fictionnelle qui déroutera plus d’un visiteur.

Le discours critique  est formulé de manière ludique : c'est davantage la création d'un monde sans début ni fin qu'une archéologie du contemporain. Florian Gaité

On a trop vu chez lui ce personnage amusant : il acquiert une densité, une profondeur que cette proposition permet de révéler. Stéphane Corréard

L'artiste pose des questions intelligentes sans cynisme. Arnaud Laporte

"Pièce rapportées", Le Musée de l'Homme invite l'artiste et metteur en scène Théo Mercier pour un parcours artistique singulier au sein de sa collection permanente. jusqu'au 2 avril.

55 min
En savoir plus : Théo Mercier
4 min

un Roman : "Trois jours chez ma tante", Yves Ravey au sommet de son art

Trois jours chez ma tante / Yves Ravey
Trois jours chez ma tante / Yves Ravey
- Editions de Minuit

Yves Ravey est l’un de nos écrivains les plus discrets et les plus précieux.
Il a ce don, très rare, de tisser des intrigues apparemment simples, mais en fait infiniment complexes. Il en fait une fois de plus la démonstration dans ce nouveau livre, histoire du retour au pays de Marcello Martini (génie des noms chez Ravey!) qui va se voir signifier par sa riche tante qu’elle entend le déshériter. L’écrivain va jouer avec nos nerfs jusqu’à la toute dernière page, nous permettant de reconstituer peu à peu le secret qui lie les deux personnages, mais aussi de réaliser que ce secret était basé un mensonge. Par fines touches pleines d’humour à froid, et dans un style toujours plus épuré, Yves Ravey montre qu’il est au sommet de son art. Il serait temps que les jurés des grands prix littéraires s’en rendent compte.

Quand je lis Ravey, je pense à Chabrol et sa bourgeoisie turpide. Mais il y a un côté potache dans le déferlement des péripéties. Florent Georgesco 

L'histoire n'est qu'un prétexte pour développer des personnages et leur rapport au temps, marqué par le passé. Jean-Christophe Brianchon

"Trois jours chez ma tante" d'Yves Ravey, Editions de Minuit

une Série : "I'm dying up here", une immersion dans les coulisses du stand up à LA dans les 70'

I'm dying up here
I'm dying up here
- Canal Plus

Après Vinyl, Stranger Things, The Deuce et quelques autres séries surfant sur le goût du vintage, I’m dying up here nous plonge cette fois dans le L.A. des 70’s aux côtés de wannabe du stand-up. Produite par Jim Carrey, la série fait l’impression d’un long plan-séquence à la steady-cam, passant d’un personnage à un autre, tous aussi drôles sur scène que paumés en coulisses.

I’m dying up here”, diffusion sur Canal Plus

56 min