Publicité

Loi Travail : la France médiocre en Europe

Par

Carte. En plein débat sur la loi El-Khomri, France Stratégie publie une note qui compare le marché de l'emploi en France avec celui de ses voisins européens. 3 cartes pour situer la médiocrité française et imaginer des leviers d'avenir, car concilier qualité et volume d'emplois serait possible ailleurs.

7,5% : cela fait 30 ans que le chômage n'est pas passé sous ce seuil  en France (6,8% en France métropolitaine nuance l'économiste Xavier Timbeau). La solution proposée par le gouvernement pour y remédier : la loi Travail. France Stratégie, organisme de concertation et de prospective rattaché au Premier ministre, a justement publié le 30 mai une note consacrée à l'emploi, destinée à débattre et à proposer des leviers à l'horizon 2017-2027. A partir du constat d'une position médiocre vis-à-vis de nos voisins européens, ses économistes, comme Hélène Garner, invitent à penser une combinaison entre baisse du chômage, progression du taux d'emploi, et amélioration de la qualité de l'emploi.

1- La France dans le 1e tiers des plus forts taux de chômage européens

Circulez dans la carte pour dévoiler tous les pays :

Publicité

Source : Eurostat, 2014

En diminution globale en Europe depuis 2013, le taux de chômage en France se maintient autour de 10% : le double de celui constaté en moyenne dans six pays européens dont les structures économiques sont comparables en termes de taille et d'ambition : l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède.

2- La France en position médiane sur le taux d'emploi (14e sur 27)

Circulez dans la carte pour dévoiler tous les pays :

Source : Eurostat, 2014

Complémentaire au taux de chômage, le taux d'emploi mesure la proportion en emploi de la population en âge de travailler. Cet indicateur est intégré dans les stratégies européennes pour que d'ici 2020, 75% des Européens aient un emploi durable. Le taux français est non seulement bien en dessous de ce seuil, mais il progresse peu depuis 10 ans, contrairement à celui de ses homologues européens.

Invité dans l'émission "L'économie en questions", Hervé Boulhol, économiste à l'OCDE, souligne le double dualisme spécifiquement français de l'emploi :

  • D'une part entre faiblesse du taux d'emploi aux extrémités de la vie professionnelle : les plus jeunes 15-25 ans et les + de 60 ans, et bonnes performances des 30-55 ans
  • D'autre part entre contrats permanents (insiders) et contrats temporaires. A lire : "Décryptage Loi Travail 4: CDD versus CDI", Le billet économique

Pour Hervé Boulhol, la loi Travail permettrait de pallier ces deux scissions qui entravent la progression du taux d'emploi en France, notamment par deux dispositions : celle concernant les conditions de licenciement économique, dont l'enjeu consiste à modifier l'équilibre entre CDI et CDD, et celle concernant le compte personnel d'activité, qui permettrait aux individus de davantage s'adapter à l'économie tout au long de leur vie professionnelle.

L'autre économiste invité à la table de l'"Economie en questions", Xavier Timbeau, directeur de l'Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE), nuance ces perspectives en rappelant notamment les effets pervers de l'individualisation de la formation professionnelle, qui risque de ne profiter qu'aux cadres, faute d'encadrement suffisant.

3- La France médiocre sur la qualité de l'emploi (12e sur 27)

Circulez dans la carte pour dévoiler tous les pays :

Source : ETUI "Job quality index", 2010

L'indice de qualité de l'emploi, indicateur composite élaboré par l'Institut des syndicats européens (ETUI), combine les niveaux de salaire, la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, l'accès à la formation et les conditions de travail. La France se situe dans le deuxième quart des pays européens, avec des résultats contrastés selon les dimensions : bonnes performances en termes d'inégalité salariale et de conciliation entre vie familiale et vie professionnelle (même si cette dernière s'est dégradée depuis la crise), et de mauvaises en termes de conditions de travail et d'accès à la formation. Si cet indicateur est critiqué par l'économiste Xavier Timbeau dans la mesure où la pondération de chaque indice modifie considérablement le résultat de chaque pays, France Stratégie y répond par les conclusions similaires proposées par un indicateur de l'OCDE.

Cette comparaison entre pays européens permet de remettre en cause l’idée selon laquelle le taux de chômage français résulterait d’un arbitrage entre quantité et qualité de l’emploi. Nous n'avons pas à choisir ! Les six pays comparables à l'économie française : Allemagne, Autriche, Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède, démontrent qu’il serait possible de combiner un taux d’emploi élevé, un faible taux de chômage et la qualité de l'emploi. Pourquoi cela ne serait-il pas le cas en France ?

A écouter : "Emploi : est-on sur la bonne voie ?", Les Matins du 14 juin 2016, avec Jean Pisani-Ferry : Economiste, commissaire général à la stratégie et à la prospective et Thomas Coutrot : économiste, co-président d'ATTAC