Publicité

"Ludwig", le spectacle le plus hors normes

Par
Louis II de Bavière, face à lui-même.
Louis II de Bavière, face à lui-même.
- Christophe Raynaud de Lage

Avignon 2016. Avez-vous déjà vu une pièce musicale et chorégraphique, un spectacle historique, pour ne pas dire royal, entièrement interprété par des comédiens handicapés mentaux ? Dans la série "Le spectacle le plus...", on vous propose de découvrir le spectacle le plus hors normes, "Ludwig, un roi sur la lune".

"Je suis le petit chevalier / avec le ciel dessus les yeux / je ne peux pas me effroyer..." Sur scène, le jeune prince Ludwig joue avec une épée en bois, cavale et fuit son valet. Il rêve à autre chose que les responsabilités, il rêve à la Lune et à ce qu'il ne peut obtenir : la tranquillité. Mais la réalité a tôt fait de le rattraper "Altesse... Altesse... Altesse... Le Roi est mort", annonce son valet au prince à peine éveillé de ses rêveries. Et face à ses sujets, le nouveau Roi se voit couronné, engoncé dans un manteau d'hermine trop grand pour lui et déclare, solennel : "Je suis Louis II de Bavière".

En choisissant de représenter la vie de ce célèbre personnage historique dans " Ludwig, un roi sur la Lune" Madeleine Louarn, metteuse en scène, et Frédéric Vossier, auteur dramatique, dressent le portrait d'un roi pas tant sur la Lune, qu'en dehors du monde. Car Louis II de Bavière s'est inscrit dans l'histoire comme un roi inadapté, hors normes : homosexuel, il refoule des pulsions condamnées par la société. Les comédiens, eux-mêmes handicapés, qui incarnent Louis II et ses sujets poétisent cet isolement dans une performance qu'ils sont les seuls à pouvoir réaliser.

Publicité
Ludwig (Guillaume Drouadaine), couronné Louis II de Bavière.
Ludwig (Guillaume Drouadaine), couronné Louis II de Bavière.
- Christophe Raynaud de Lage

"L’altérité ou quelque chose qui sort d’un corps social normé, est souvent très difficile à accepter, raconte Madeleine Louarn, qui travaille depuis plusieurs années avec les comédiens handicapés de l'atelier Catalyse. La perception du handicap mental est souvent très lointaine pour les gens, parce qu’on ne les côtoie pas vraiment dans la vie. Frédéric Vossier, qui a écrit le texte pour eux, a toujours eu envie de montrer ces parts sombres et cachées qui tout à coup peuvent avoir une évidence, ou en tout cas être l’expression de l’altérité sur un plateau."

La scène, minimaliste (un mur sur lequel est représenté un château de Bavière et une table), est bi-frontale, encadrée de deux gradins. Là, les acteurs handicapés donnent une performance surprenante, légère et profonde, parfois poétiquement maladroite aussi. Face à eux, les musiciens Rodolphe Burger et Julien Perraudeau, eux aussi sur l'estrade, habillent les différentes scènes de musique, des ouvertures de Wagner à des morceaux pop plus entraînants, comme "Billie Jean" de Michael Jackson. Sur ces morceaux, les comédiens improvisent des chorégraphies, trouvant là l'intensité, la joie et l'extase que Louis II cherchait lui même à travers la musique de Wagner, dont il était le mécène.

Face au public, deux comédiens différents interprètent en même temps Louis II de Bavière : son incarnation adulte, mais aussi l'enfant qui est en lui et cherche, toujours, à échapper au réel, à fuir des responsabilités auxquelles il ne tient pas. Une ode à la dualité, pour mieux comprendre l'isolement du roi :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

C'est cette division intérieure qui l'a amené à sa destitution, puis à sa mort."Il faut demander quelques millions de plus, les constructions sont les principales joies de ma vie", clamait encore le roi incompris, le roi fantasque en dehors des réalités, alors que ses sujets viennent lui réclamer des comptes.

Louis II de Bavière, le fantasque.
Louis II de Bavière, le fantasque.
- Christophe Raynaud de Lage

"C’est une vie incroyable. Une vie de prince de conte de fée, qui en fait était une vie très sombre, un homme très seul, qui ne pouvait pas vivre ce qu’il souhaitait vivre." Madeleine Louarn

Pourtant, tous les spectateurs n'ont pas complètement apprécié le spectacle, parfois difficile à suivre pour quiconque ne connaît pas déjà l'histoire de Louis II de Bavière :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Je veux demeurer pour moi et pour les autres une éternelle énigme", écrivait Louis II de Bavière. Au sortir de la pièce, son isolement, son inadaptation à la vie, semblent un peu moins mystérieux.

  • "Ludwig, un roi sur la Lune", de Frédéric Vossier, mis en scène par Madeleine Louarn. A l'Autre Scène du Grand Avignon, à Vedène, jusqu'au 13 juillet.