Publicité

Manifestations sans précédent en Pologne pour dénoncer la loi anti-IVG

Par
Manifestation contre la loi anti IVG à Varsovie en Pologne le 26 octobre 2020
Manifestation contre la loi anti IVG à Varsovie en Pologne le 26 octobre 2020
© AFP - Wojtek RADWANSKI

Le monde dans le viseur. Depuis le 22 octobre, le Tribunal constitutionnel polonais a durci radicalement l'accès à l'avortement. Seules les femmes en danger de mort ou victimes de viol ou d'inceste pourront désormais avoir recours à l'IVG. Depuis, des dizaines de milliers de Polonais manifestent leur colère.

Une jeune femme torse nu s'est hissée sur une voiture. Masque noir sur le visage, elle brandit dans chaque main un fumigène jaune dans un ciel bleu cobalt. Autour d'elle, des voitures à l'arrêt et des dizaines de manifestants bloqués sur une avenue du centre de Varsovie, la capitale polonaise, le 26 octobre dernier.

Manifestation pour dénoncer la loi anti IVG à Varsovie en Pologne le 26 octobre 2020
Manifestation pour dénoncer la loi anti IVG à Varsovie en Pologne le 26 octobre 2020
© AFP - Wojtek RADWANSKI

Comme des dizaines de milliers de Polonais, elle manifeste contre une décision du Tribunal Constitutionnel. Celui-ci estime que la malformation grave d'un fœtus ne peut plus constituer un motif légal d'avortement, cela étant "incompatible" avec la Constitution polonaise. Une disposition qui réduit à peau de chagrin le droit à l'IVG en Pologne, dont la législation en matière d'avortement est déjà l'une des plus restrictives d'Europe. Jusque-là, les femmes ne pouvaient avorter que dans trois cas : celui de malformation du fœtus (désormais interdit), celui de danger de mort pour la mère et en cas de grossesse résultant d'un viol ou d'un inceste.

Publicité

Un cliché spontané

Spontanéité, c'est le premier mot qui vient au photographe de presse Patrick Gherdoussi en regardant ce cliché pris par son confrère Wojtek Radwanski pour l'Agence France Presse. 

"Cette jeune femme est certainement montée sur cette voiture sur un coup de colère. Elle a d'ailleurs laissé ses vêtements sur le toit du véhicule. Les gens autour semblent assez calmes, note aussi Patrick Gherdoussi. C'est un grand angle, je pense que Wojtek Radwanski a peut-être pris ce cliché à bout de bras. Il a dû être attiré par ce fumigène. C'est toujours très esthétique un fumigène dans une foule, puis il y a une lumière très intéressante, ajoute le photographe de presse. On est entre chien et loup, le ciel devient très dense. Derrière, les lumières de la ville commencent à s'allumer, ce qui fait que toutes les conditions sont réunies", pour que le sujet du photographe ressorte sur l'image, estime Patrick Gherdoussi. 

"Cela me rappelle bien sûr les Femen, poursuit le photographe, ce mouvement de militantes féministes né en Ukraine (ndlr: l'une d'entre elles s'est d'ailleurs dénudée le 26 octobre dernier devant l'ambassade de Pologne à Kiev pour protester contre cette interdiction quasi-totale de l'avortement dans ce pays voisin de l'Ukraine). Mais ici cette jeune femme n'a pas de message, il n'y a pas de slogan inscrit sur sa poitrine, comme le font les Femen, ajoute Patrick Gherdoussi.

"La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix
"La Liberté guidant le peuple" d'Eugène Delacroix
© AFP - Alfredo Dagli Orti / Photo12

Pour moi, en tant que Français, ça me renvoie aussi au tableau d'Eugène Delacroix "La Liberté guidant le peuple" : c'est un symbole républicain.

Patrick Gherdoussi y voit une double référence. 

"D'une part, aux photos de Femen prises par mes confrères au cours des dix dernières années, mais aussi à l'histoire de l'art avec la peinture de Delacroix."

Ôter un vêtement : un symbole de protestation 

"C_'est réellement redevenu aujourd'hui un symbole de contestation que d'avoir les seins nus_, estime le photographe Patrick Gherdoussi, pour protester contre toutes les lois liberticides, notamment envers les femmes. On le constate sur les réseaux sociaux, si une femme affiche un peu trop son décolleté, c'est aussitôt censuré. Alors qu'un homme torse nu ne serait pas inquiété ! Est-ce à dire que la poitrine des femmes est presque devenue une image subversive ? C'est en tout cas à mes yeux comme ici sur cette photo un message de liberté."

_"C'est peut-être un marqueur de notre époque, de voir des femmes qui, pour revendiquer leur liberté, enlève un vêtemen_t, conclut Patrick Gherdoussi. Comme en 1968, elles jetaient leur soutien-gorge, ici en Pologne cette jeune femme a retiré son haut et est torse nu ou encore en Iran, où des femmes ont ôté leur voile en signe de protestation pour affirmer leur liberté."

L'avortement, éternelle cible des conservateurs polonais

Depuis 2015, et l'arrivée au pouvoir en Pologne du parti conservateur Droit et Justice (PIS) réputé proche de l'Église catholique, la réforme du droit à l'avortement avait dû être repoussée en raison de la forte mobilisation de ses opposants. Mais cette fois le Tribunal constitutionnel polonais, saisi en 2019 par un groupe de 119 députés du parti PIS et deux groupes de l'opposition, juge que "le législateur a le devoir d'assurer la protection de chaque vie humaine".

Dans ce pays de 38 millions d'habitants, un peu plus d'un millier d'IVG ont été pratiquées l'an dernier selon les données du gouvernement. La plus grande majorité de ces opérations avaient été autorisées en raison de malformation irréversible du fœtus. Selon des ONG, chaque année,  près de 200 000 femmes avorteraient, soit à l'étranger soit clandestinement, avec tous les risques que cela implique.

► ALLER PLUS LOIN | 

- Le site d'Amnesty International sur l'avortement en Pologne

- Article de Libération : "32 Etats se liguent contre le droit à l'avortement dans le monde"

54 min