Publicité

Marchés de la drogue, pédagogie du débat et monstres de bande dessinée : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage
La Session de rattrapage

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Il paraît que la musique adoucit les mœurs, alors on a décidé de s’y essayer cette semaine. Résultat : plusieurs heures à philosopher avec le compositeur universel par excellence, Mozart, sur le sens du désir, la peur de la mort ou encore la dialectique entre le sensible et l’intelligible. Une discussion à bâtons rompus avec Bertrand Belin ensuite, dont les mélodies irriguent aussi bien les romans que le jeu d’acteur. Après un détour par Pékin, pour explorer les bandes-son de la révolte, et par Bamako avec Naïny Diabaté, diva malienne qui a fondé le premier ensemble instrumental féminin de son pays, nous nous sommes arrêtés à Angoulême pour comprendre comment les dessinateurs de bande dessinée parviennent à faire vivre la musique en dessin. Et pour ne pas vous laisser sur votre faim ce week-end, on vous laisse avec nos critiques, qui ont passé en revue les sorties musicales du moment. Très bonnes écoutes ! Alexandra Yeh

COMPRENDRE

Une offre diversifiée pour faire face à la demande : la légalisation, c'est aussi l'apparition d'un marché organisé
Une offre diversifiée pour faire face à la demande : la légalisation, c'est aussi l'apparition d'un marché organisé
© Getty - Gilles Mingasson

À qui profite le deal ? Des fumeries chinoises d’opium aux champs de cannabis du Rif, la drogue passe entre de nombreuses mains avant d’atterrir dans les poches des consommateurs. Voyage dans les arcanes de cette économie souterraine. (Entendez-vous l’éco, 4x58 min)

Make English great again. Entre Obama l’élégant et Trump le manager, il y a eu plus qu’une rupture de style : une rupture de ton. Vocabulaire étriqué, phrases inachevées, syntaxe approximative : Bérengère Viennot, traductrice de presse, nous raconte comment la langue de Trump reflète l’avènement d’une nouvelle Amérique. (La Grande table, 33 min)

Mémoires vives. Ce dimanche 27 janvier sera la journée de la mémoire des génocides. L’occasion de s’interroger sur les résultats de ce sondage IFOP publié récemment, qui révèle qu’un jeune de 18 à 24 ans sur cinq n’a jamais entendu parler de la Shoah. Faut-il revoir l’enseignement de cette page de l’Histoire ? (La Question du jour, 6 min)

APPRENDRE

Le président Emmanuel Macron rencontre des élèves de Saint-Sozy en janvier 2019
Le président Emmanuel Macron rencontre des élèves de Saint-Sozy en janvier 2019
© AFP - Ludovic Marin

Leurs débuts dans le débat. Apprendre à débattre, oui, mais pour remporter la partie ou pour s'écouter les uns les autres ? De plus en plus de professeurs choisissent de soumettre leurs élèves à cet exercice, car un enfant qui débat, c’est un enfant qui sort de son individualité pour se confronter à l’altérité. Un futur citoyen, en somme. (Être et savoir, 59 min)

Une vie après Moore. En 1965, l’ingénieur Gordon Moore, futur co-fondateur d’Intel, prophétisait le doublement de la puissance informatique tous les deux ans. Cette loi de Moore, devenue le mantra de l’industrie technologique mondiale, s’est toujours vérifiée… jusqu’à aujourd’hui, où elle commence à toucher ses limites. (La Méthode scientifique, 58 min)

Socialistes pour un jour. Saviez-vous qu'en 1919, l'Alsace-Lorraine avait brièvement été une république socialiste ? Que la mutinerie des marins de Kiel avait résonné jusqu'à Leipzig et même Munich ? Récit de ces éphémères républiques ouvrières qui empruntent au modèle de la révolution soviétique et furent réprimées dans le sang. (La Fabrique de l'Histoire, 51 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Emil Ferris
Emil Ferris
© AFP - Joël Saget

Des monstres à Angoulême. Art Spiegelman, le père de Maus, dit d’elle qu’elle est l’une des plus grandes artistes de bande dessinée de notre époque. Emil Ferris aime les monstres, elle les dessine, et elle est elle-même en train de devenir l’un des monstres sacrés du 9e art. (La Grande table, 27 min)

Katerine remet le son. Les Masterclasses de France Culture sont souvent l’occasion de demander aux artistes qui nous inspirent ce qui les a conduits à choisir une forme d’art plutôt qu’une autre. Avec Philippe Katerine, à la fois auteur, compositeur, interprète, comédien, réalisateur et écrivain, il a fallu inverser la question : qu’est-ce qui l’a amené à ne pas choisir ? (Les Masterclasses, 59 min)

Sérotonine, sérotoxique ?  Comme la nourriture et la nicotine, la sérotonine permet de maintenir Florent-Claude Labrouste, héros du dernier roman de Michel Houellebecq, dans un état sinon enjoué, tout du moins fonctionnel. Un ouvrage qui confirme le talent houellebecquien pour écrire la dépression et la neurasthénie d’un homme moyen qui n’est pas, dit-il, “de ceux qui laissent une trace indélébile dans l’Histoire”. (La Compagnie des auteurs, 59 min)

LA CITATION

Cette semaine, un rapport d'Oxfam nous a appris ce que l'on soupçonnait déjà sans vouloir y croire : les vingt-six personnes les plus riches détiennent autant d’argent que la moitié de l’humanité. Pour en discuter, et évoquer plus généralement le sujet brûlant des inégalités et de la fiscalité, nous avons reçu François Bourguignon (L'Invité des Matins, 40 min) , économiste et ancien vice-président de la Banque mondiale :

Ce que nous dit l'économie, c'est qu'il est bien de taxer les patrimoines immobiles. De ce point de vue, passer de l'ISF, qui taxait tous les patrimoines sauf l'outil de travail, à un impôt portant uniquement sur le patrimoine immobilier, n'est pas quelque chose de mauvais. Maintenant, dire que l'on a fait un énorme pas en avant en supprimant l'ISF et que grâce à cela, l'économie française va connaître une période florissante, je pense que c'est une illusion. Ce n'est pas l'ISF qui empêchait les investissements dans les entreprises. Ce qui l'empêchait, c'est le départ des certains grandes fortunes à l'étranger, qui a eu pour conséquence le déplacement de certaines sociétés françaises vers l'étranger.

Et si le Festival d'Angoulême vous a donné envie de vous plonger dans vos vieilles bandes dessinées ce week-end, lisez donc cet article qui revient sur la polémique autour du colonialisme de Tintin au Congo : l'occasion d'entendre Hergé lui-même expliquer comment sa vision de cet album a évolué toute sa vie. À la semaine prochaine !