Publicité

Marches, héroïsme, Lacan et Ryûichi Sakamoto : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage
La Session de rattrapage
-

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Marcher pour protester. Après les assassinats perpétrés ces derniers jours, de nombreux citoyens sont descendus dans la rue, autant par respect pour les victimes que pour dénoncer leurs meurtriers. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame a ainsi été honoré au cours d'un hommage national précédé d’un cortège funéraire : une cérémonie qui a évolué depuis les attentats de 2015. L’assassinat de Mireille Knoll a également été à l’origine d’une marche blanche contre l'antisémitisme, ces rassemblements qui existent depuis 1996 et qui s'étaient créés spontanément lors de l’affaire Dutroux. Marcher en signe de protestation, c’est aussi faire écho à la "Marche des banlieues", survenue en 1983, à laquelle La Série Documentaire consacrait quatre émissions cette semaine, depuis les origines de cette Marche pour l'égalité et contre le racisme jusqu'aux espoirs déçus des générations qui ont suivi et sur leurs combats encore à mener. Bonnes écoutes. Pierre Ropert

COMPRENDRE

Le Président Emmanuel Macron lors de l'hommage national à Simone Veil, le 5 juillet 2017 aux Invalides.
Le Président Emmanuel Macron lors de l'hommage national à Simone Veil, le 5 juillet 2017 aux Invalides.
© AFP - Alain Jocard

Courage et démocratie. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui s'est substitué à un otage au cours de l'attaque terroriste du 23 mars, a été salué comme un "héros" pour son courage. L'occasion de se questionner sur la place du courage dans nos sociétés démocratiques. Pour la philosophe Cynthia Fleury, notre rapport au courage a changé avec la fin de l'illusion que nous vivons dans une société en paix mais également en réaction à la violence du système économique dans lequel nous vivons. (L'Invité des matins, 27 min)

Médecine alternative.La musique me fait du bien aussi et je ne demande pas à ce qu’elle soit financée sur vos impôts !“ Des médecins et professionnels de la santé ont signé une tribune contre les médecines alternatives, accusées d’être “nourries par des charlatans”.  (Du Grain à moudre, 39 min)

"Never again". Tout est venu de quelques lycéens. Une vingtaine de jeunes gens ont décidé de réagir dans les heures qui ont suivi la tragédie de Parkland quand le 14 février dernier un ancien lycéen a tué au fusil semi-automatique 17 personnes, dont de très nombreux élèves. Grégory Philipps a rencontré sur place des jeunes qui ont vécu l'horreur et appellent à un plus grand contrôle des armes. (Le Magazine de la rédaction, 56 min)

Philosophie du fou rire. "Rosset était arrivé au forum philo non pas 'ivre mort', mais 'ivre vivant', comme il aimait dire, on s’était tous mis à tanguer. A un moment un homme dans la salle avait crié 'on ne comprend rien !' et Rosset avait répondu, tout simplement 'Tant mieux !'." Le journaliste Jean Birnbaum raconte un souvenir en forme d'hommage, en se remémorant un moment avec le philosophe Clément Rosset, qui vient de disparaître. (La Chronique de Jean Birnbaum, 4 min)

APPRENDRE

Portrait de Jacques Lacan, psychiatre et psychanalyste en octobre 1967, en France .
Portrait de Jacques Lacan, psychiatre et psychanalyste en octobre 1967, en France .
© Getty - Giancarlo BOTTI

French Lacan. Lacan se présente en 1966 comme celui qui a lu Freud. Il dira ensuite : "Libre à vous d'être lacanien, si cela vous chante, pour ce qui me concerne, je suis freudien". Du déroulement des séances de Jacques Lacan, parfois fantasques, à sa perception de l'inconscient, plongée dans les concepts de la psychanalyse lacanienne. (Les Chemins de la philosophie, 4 x 58 min)

Ceux qui creusent. Depuis son inauguration tonitruante, en novembre 1869, il n’a jamais cessé d’être investi non seulement d’une importance économique majeure, mais aussi d’une intensité symbolique, c’est-à-dire politique, incomparable. France Culture consacre un dossier sur l'épopée humaine, économique, géopolitique et technique d'un ouvrage à nul autre pareil : le canal de Suez. (Concordance des temps, 59 min)

L'art du verbe. Que reste-t-il des grands discours politiques du XXe siècle et des ambitions qu'il portait ? De Nasser à Thatcher, en passant par Sélassié et Allende, ces allocutions ont marqué les sociétés dans lesquelles ils ont été prononcés. Quel héritage en reste-il aujourd'hui ? (Cultures Monde, 4 x 58 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Le musicien et compositeur Ryuichi Sakamoto.
Le musicien et compositeur Ryuichi Sakamoto.
© AFP - Joël Saget

Sculpture musicale. Il fascinait David Bowie ou Brian de Palma. Innovateur, explorateur et multi-instrumentistes, le compositeur japonais Ryûichi Sakamoto est un pionnier de la création musicale contemporaine. Rencontre inédite avec un gardien de l’épure, décrit comme un "maître du post-classicisme", musicien engagé et inspiré pour qui "la musique n'est rien d'autre qu'un exercice de sculpture dans le temps". (Continent musiques, 59 min)

**Sortez le violon.  **Lors d'un concert au Théâtre de la Ville de Paris, Stéphane Grappelli, considéré comme son père spirituel, avait remis  symboliquement à Didier Lockwood le violon de Michel Warlop, perpétuant ainsi la chaîne des violonistes de jazz français. Récemment disparu, le violoniste virtuose Didier Lockwood était venu se confier en 2007 dans une série d'entretiens. Celui pour qui "la pratique artistique sera la dernière bouée de sauvetage de l'Humanité" racontait sa passion pour la musique et son engagement pédagogique auprès des jeunes générations. (A Voix Nue, 5 x 30 min)

C'est assez bien d'être fou. Antoine Page a réalisé un documentaire en forme de road trip artistique à travers la Russie, depuis le Kazakhstan jusqu’aux confins de la Sibérie, en compagnie du street artist Bilal Berreni, alias Zoo Project, assassiné à Détroit aux Etats-Unis à l’âge de 23 ans. (Le Réveil culturel, 26 min)

LA CITATION  

Cette semaine, la citation est du sociologue Alain Ehrenberg, invité de La Grande Table, qui s'interrogeait sur la place de la discipline des neurosciences dans notre société :

La tribu des neurosciences a un projet anthropologique, celui de réduire l'homme pensant, sentant et agissant à une partie de lui-même, son cerveau [...] Il y a dans notre société un déplacement de la psychanalyse aux neurosciences. Alors que la psychanalyse confronte l'être humain à ses limites et à ses manques, les neurosciences cognitives l'invitent à les dépasser.

C'est le week-end. Et si vous avez envie de vous changer les idées avec un peu de poésie, n'oubliez pas que vous pouvez la trouver dans les objets du quotidien, d'un morceau de pain à une pomme de terre, comme l'a écrit Francis Ponge. Alors n'hésitez pas à scruter avec attention un stylo ou votre porte-manteau, qui sait ? A la semaine prochaine !