Marguerite Duras : détruire, pour mieux reconstruire - #CulturePrime

Publicité

Marguerite Duras : "détruire", pour mieux reconstruire

Par

Archive | En 1969, Marguerite Duras réalise l'adaptation de son livre "Détruire dit-elle" ; son premier film en tant que réalisatrice. La RTF s'immisce dans l'intimité du tournage et de la pensée de Duras, qui résonne singulièrement aujourd'hui : "détruire", dit-elle, pour mieux vivre, et pour mieux aimer.

En 1969, Marguerite Duras est interrogée lors du tournage de l'adaptation de son livre Détruire dit-elle. Ses mots résonnent étrangement avec le confinement actuel, et la possibilité d'un monde nouveau à venir. 

En savoir plus : S'embarquer avec Marguerite Duras

Marguerite Duras : "Je suis pour qu'on ferme toutes les facultés, toutes les universités, toutes les écoles . Qu'on recommence tout [...] Je suis pour qu'on oublie l'histoire, l'histoire de France, l'histoire du monde. Qu'il n'y ait plus aucune mémoire de ce qui a été vécu, c'est-à-dire de l'intolérable [...] si l'homme ne change pas dans sa solitude, rien n'est possible, toutes les révolutions seront truquées."

Publicité

En savoir plus : "India Song" de Marguerite Duras

Dans son roman Détruire, l'écrivaine tente de "situer le changement de l'homme, le stade révolutionnaire au niveau de la vie intérieure. C'est la fin du 'moi', du 'mien', du 'tien', mais le 'soi' étant gardé, complètement" explique-t-elle avant d'ajouter "je parle souvent de la destruction capitale, c'est ça."