Marie Marvingt, première "sportswoman" du monde

Publicité

Marie Marvingt, la première "sportswoman" du monde

Par

Pionnière de l’aviation, première Française à avoir traversé Paris à la nage, championne de ski et d'alpinisme, inventrice de l’aviation sanitaire, c’est aussi la première femme à avoir fait le Tour de France en 1908. Voici l'histoire de la sportive Marie Marvingt, la "fiancée du danger".

Elle fut la première femme à faire, malgré le refus des organisateurs, le Tour de France à vélo, en 1908. Mais c'est très loin d'être son seul fait d'armes. Découvrez la vie incroyable de cette aventurière intrépide, et première sportive femme accomplie, qui ne voulut ni jamais se marier ni avoir d'enfant, se revendiquant comme "la fiancée du danger". “Les enfants de tous les pays ont été les miens. J’ai voulu leur apprendre le beau, l'utile. J’ai formé des champions", explique-t-elle, sans une once d'amertume ou de regret, dans un entretien avec l'ORTF en 1955.

Son père est un passionné de sport. Ses frères et sœurs étant morts en bas âge ou de santé fragile, il l'initie très tôt aux pratiques sportives réservées aux garçons : escalade, natation... Marie Marvingt dit avoir appris à nager en même temps que marcher. Dès ses 4 ans, elle nage chaque jour plusieurs kilomètres dans la rivière. Fascinée par un cirque, elle suit une formation de funambule, trapéziste, jongleuse et cavalière. Jeune fille écumant les rues de Nancy sur son vélo, elle scandalise les habitants. Elle est l’une des premières, en 1899, à obtenir l’équivalent du permis de conduire. Elle étudie la littérature, la médecine, le droit, apprend quatre langues, plus l’espéranto, écrit des poèmes... Elle dit n'avoir besoin de dormir "qu'une heure, une heure et demi", et fractionne ses repas en cinq à six déjeuners. Voilà le secret de sa forme, sans oublier de ne jamais manger "de bœuf bouilli", révélera-t-elle en 1958.

Publicité

Bardée de records, de médailles à ski, tir, alpinisme, aviation, ballon... elle fut aussi l'inventrice de l'aviation sanitaire, qu'elle a développée en Afrique. En 1914 , elle se déguise en homme pour sauver des vies sur les champs de bataille de la Première Guerre mondiale, alors que l'armée est encore interdite aux femmes. Puis elle explorera les grottes avant Castoret, mêlant alpinisme et natation.

À plus de 80 ans, elle pédale 10 heures par jour pour un ultime Nancy-Paris à vélo, et puis passe son brevet d'hélicoptère. "Ma vitalité me permet d’être aussi jeune que dans ma jeunesse", dira-t-elle en 1958 dans une archive de l'ORTF, à plus de 80 ans.

Marie Marvingt (à droite) au Grand prix de l'Aéro Club de France, le 26  juin 1910, devant la nacelle d'un ballon à l'hippodrome de Longchamp
Marie Marvingt (à droite) au Grand prix de l'Aéro Club de France, le 26 juin 1910, devant la nacelle d'un ballon à l'hippodrome de Longchamp
- Agence Rol - Gallica, BNF
En savoir plus : Le sport a-t-il un sexe ?
4 min
29 min