Publicité

Mário Soares : "Il fallait d'abord décoloniser, puis démocratiser et développer le Portugal"

Par
Mario Soares
Mario Soares
© Radio France - Georges Thô

Disparition. Figure de l'Histoire du Portugal, Mário Soares est mort à 92 ans. L'ancien président socialiste a marqué le destin politique de son pays pendant quatre décennies. Ecoutez ce pro européen convaincu, qui s'était confié à "La Fabrique de l'Histoire" début 2014.

Le Portugal est en deuil. Mário Soares, monument politique, s'est éteint ce samedi à 92 ans. Fondateur du Parti socialiste portugais, ministre des Affaires étrangères, deux fois chef de gouvernement, président de la République de 1986 à 1996 puis député européen, il est considéré comme "un combattant pour la liberté", tel que l'a qualifié l'actuel président conservateur Marcelo Rebelo de Sousa.

Un destin politique national de quatre décennies, retracé par Nabila Amel

1 min

Début 2014, dans le cadre d'une série de "La Fabrique de l'Histoire" sur l'Histoire du Portugal, celui qui avait dû s'exiler en France de 1970 à 1974 à cause de la dictature s'était confié à Lisbonne à Elsa Cornevin, dans une réalisation de Anne Fleury et Georges Thô (à la prise de son et auteur également des vidéos ci-dessous). Entretien commenté par Yves Léonard, historien, professeur à Sciences Po, spécialiste du Portugal :

Publicité

Mário Soares se confie sur son itinéraire de vie

52 min

Mon père a été emprisonné à cause de la dictature, et depuis que j'étais petit j'allais le voir en prison. Depuis ma jeunesse, j'ai donc compris l'existence de cette dictature et qu'elle était mauvaise. Et à 14 ans, j'ai commencé à être républicain, socialiste et laïc.

Salazar m'a fait payer mon opposition : il m'a fait aller 12 fois en prison ! Avec la torture du sommeil, et d'autres... Mais j'ai résisté, je n'ai jamais rien dit. Je me suis même marié en prison (rires), et elle est encore ma femme.

Extraits vidéo - Mário Soares sur la révolution des Œillets (Revolução dos Cravos) du 25 avril 1974 et la décolonisation :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Véritablement, les militaires ont fait la révolution en 1974 parce que tout le monde était contre le colonialisme et contre eux. C'était le principe de l'autonomisation des peuples et des droits de l'Homme.

Et moi, j'avais trois idées : la décolonisation, avant tout, avec l'indépendance à tous les pays, puis démocratiser et développer le pays. Nous avons réalisé tout cela, les socialistes. Pas seulement nous, tout le monde.

En ce début 2O14, celui dont le gouvernement avait négocié l'entrée du Portugal dans la Communauté européenne avait également évoqué la crise européenne, ses espoirs en Barack Obama et le Pape François :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.