Publicité

Mars : de l'eau liquide sur la planète rouge

Par

**De l'eau salée coule sur Mars ! C'est ce que vient de révéler la Nasa suite à un suspens savamment orchestré. On savait déjà qu'il y avait de la glace sur la planète rouge, mais c'est la première fois qu'il est question d'une présence certifiée d'eau liquide. ** Quelles perspectives ces révélations ouvrent-elles ? Réponses avec l'astrophysicien Francis Rocard, du CNES.

La planète Mars
La planète Mars

On savait déjà qu'il y avait de l'eau à l'état de glace sur Mars. On savait également que par le passé, de l'eau liquide avait coulé sur la planète rouge, le robot Curiosity ayant découvert le lit d'un ancien cours d'eau en 2013, ou encore, les traces d'un ancien lac d'eau douce. Mais pour la première fois, l'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace (Nasa) a annoncé avec certitude la présence saisonnière d'eau à l'état liquide sur la planète. Une eau extrêmement salée, et donc capable d'exister à l'état liquide malgré la faible pression et les froides températures de l'atmosphère martienne.

Publicité

*On sait qu'il y a beaucoup d'eau sur Mars, qu'il y en a eu beaucoup, mais jusqu'à maintenant, on n'avait pas la preuve qu'il y en avait sous forme liquide. *

Francis Rocard, astrophysicien

C'est grâce aux images de la sonde américaine MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) possédant une résolution de 20 à 30 cm par pixel, que la découverte a été faite : la présence de structures RSL (pour "Recurring Slope Linea ", soit "Lignes récurrentes sur pente ") sur le sol martien. Il s'agit d'une formation géologique témoignant d'un écoulement sur certaines pentes de cratères. Ces "lignes récurrentes ", mesurant quelques centaines de mètres de long, sur cent de large, apparaissent uniquement lorsque la température de la planète augmente, allant de -23,15° à -0,1° au cours de l'été martien (qui revient environ tous les deux ans).

Sur Mars, "Recurring Slope Lineae" (Lignes récurrentes sur pente)
Sur Mars, "Recurring Slope Lineae" (Lignes récurrentes sur pente)

La sonde MRO est équipée d'un spectromètre, une analyse de la composition des sols a donc pu être effectuée une fois les coulées disparues suite à la chute des températures, l'eau ayant regelé en amont : c'est ainsi qu'on a pu déterminer que ces traînées sombres étaient des écoulements de saumure, mélange fortement salé composé de chlorates et perchlorates.

L'annonce importante d'aujourd'hui c'est que cette eau, occasionnellement, de façon saisonnière, est bien sous forme liquide sur Mars, ce qui est assez étonnant compte tenu de la pression, très basse, et de la température, très faible.

Francis Rocard

Francis Rocard est responsable des programmes d'exploration du système solaire au Centre national d'études spatiales (CNES). Vous pouvez l'écouter commenter cette découverte et se questionner sur ce qu'elle implique, en terme de présence de vie sur la planète rouge :

Francis Rocard commente la découverte d'eau liquide sur Mars

5 min

Il y a un intérêt fort à aller explorer, cette fois sur place, au sol, ces fameuses zones d'écoulements sombres, et d'analyser concrètement ce qu'il y a dedans. Tant qu'on n'a pas fait ça, on ne pourra pas répondre, mais ça ouvre des perspectives, aucunement garanties. Francis Rocard

Alors que certains scientifiques, comme Hervé Cottin, sont rendus plutôt pessimistes par cette découverte pour ce qui est de la présence d'une vie sur Mars, Francis Rocard, lui, n'écarte pas la possibilité d'une présence bactérienne : "Les perchlorates sont des composés qui ne sont pas très loin de l'eau de Javel. Si vous voulez bien nettoyer un endroit en terme de bactéries, vous utilisez de l'eau de Javel, vous les tuez. Ce qui ne veut pas dire que toutes les bactéries ne peuvent pas vivre en présence de perchlorates. "

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Prochaine étape donc, histoire d'en avoir le coeur net : réussir, grâce à un robot, à prélever un échantillon de saumure martienne, et l'analyser pour voir si des bactéries y prolifèrent.

> Infographie : Mars, 3 infos clés à retenir