Martin Luther King l'orateur

Publicité

Martin Luther King, l'orateur

Par

A 34 ans, il prononce un des discours les plus lus et cités au monde. Pasteur engagé pour la défense des droits civiques, il gagne un concours d'éloquence à 15 ans. Voici en archives le parcours de l'orateur Martin Luther King.

Martin Luther King n’a que 15 ans quand il gagne un concours d’éloquence avec l’idée qu’il défendra toute sa vie : “Si le droit de vote est donné aux Noirs, ils se montreront assez vigilant pour défendre l’arche de la liberté fédérale” écrit-il dans Le nègre et la constitution. Ironie cruelle : dans le bus qui le reconduit à Atlanta, il reste debout pendant 130 km, contraint de laisser son siège à un Blanc.

À réécouter : Les pans oubliés de l’héritage de Martin Luther King

A 24 ans, sur les pas de son père et de son grand-père, Martin devient pasteur baptiste et défend un évangélisme social, dans des prêches enthousiastes, pacifistes et populaires. Je veux juste me soumettre à la volonté de Dieu. Et il m’a permis de gravir la montagne. Et j’ai regardé et j’ai vu La Terre promise. Peut être n’y arriverai-je pas avec vous, mais je veux que vous sachiez ce soir que notre peuple atteindra cette Terre promise.” Inspirés par sa mère musicienne et sa femme chanteuse, ses sermons sont rythmés et mélodiques.

Publicité

La musique est notre arme de guerre. Martin Luther King

1955, en Alabama, Rosa Parks est emprisonnée pour avoir refusé de céder sa place à un Blanc dans un bus. “Rosa Park s’est assise pour que Martin Luther King puisse marcher” lira-t-on en 2008 sur des badges pour l’élection d’Obama. A 26 ans, Martin s'engage dans la désobéissance civile pour défendre Rosa Parks et l’égalité. Après un an d’activisme non-violent, la Cour suprême abolit les lois ségrégationnistes dans le bus. Martin Luther King devient leader incontesté du mouvement des droits civiques. Il en est littéralement le “porte-parole” et joue le jeu médiatique de la télévision pour diffuser ses idées. 

"Je suis contre la violence. Je suis optimiste pour l’avenir des Noirs de Birmingham. Nous gagnerons l’égalité raciale."
Martin a 34 ans, quand devant 250 000 Américains rassemblés à Washington pour obtenir justice, il prononce un discours canonique, inspiré par l’instant, dont la 2e partie sur le rêve est improvisée, soufflée par une amie chanteuse à côté de lui : “I have a dream” .“”Je fais un rêve”, j’ai prononcé cette phrase et au même instant j’ai écarté tout le manuscrit pour ne plus y revenir” écrit-il dans son autobiographie.

Je fais un rêve, que mes 4 jeunes enfants vivront un jour dans un pays ou on les jugera pas à la couleur de leur peau mais à la nature de leur caractère. Je fais un rêve aujourd'hui."  

Ce "rêve américain" est aujourd'hui l’un des discours les plus cités et lus aux Etats-Unis. Martin a 35 ans quand, en 1964, il devient le plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix. L’aura de ce prix international donne un nouvel écho à sa parole. “J'accepte le prix Nobel de la paix. J'accepte cet honneur avec la conviction que le mouvement pour les droits civiques qui avancent avec détermination, établira le règne de la justice et les règles de la liberté.” Discours de Stockholm

Il n’a que 39 ans quand, en 1968, il est réduit au silence, assassiné. Son combat résonne encore. 

En savoir plus : 1929-1955, Naissance d’un engagement