Mary Pickford, pionnière à Hollywood - #CulturePrime

Publicité

Mary Pickford, pionnière à Hollywood

Par

Actrice, productrice avant-gardiste, voici l'histoire de Mary Pickford, la première star internationale à Hollywood. Réhabilitons cette pionnière du cinéma, dont le nom est tombé dans l'oubli.

Première star internationale d’Hollywood, productrice visionnaire, Mary Pickford a surtout posé les bases de l’industrie du cinéma avant que son nom ne sombre dans l’oubli.

Née en 1892, à Toronto dans une famille pauvre de comédiens, Mary Pickford monte sur les planches dès 6 ans avec une troupe qui enchaîne les tournées en province. Elle est repérée à Broadway à 15 ans et un an après, elle apparaît dans les premiers longs-métrages de Dave W. Griffith. Son visage juvénile, la malice de son jeu, la grande variété de ses rôles lui assurent un succès populaire rapide.

Publicité

Elle comprend surtout que la caméra implique un jeu différent du théâtre.

Christine Leteux, historienne du cinéma :Les exploitants achètent en bloc toute la production Paramount, à ce moment-là elle commence à demander une augmentation de salaire. Elle dit “ce n’est pas normal, ce sont mes films qui font marcher la société donc vous allez mieux me payer. Et elle obtient des augmentations de salaire comme ça.”  

Mais son ambition artistique ne se limite pas à ce côté de la caméra. Elle veut avoir un regard sur la direction artistique, l’écriture, le montage et la post-production de ses films. À 26 ans, frustrée, elle quitte les studios Paramount pour devenir productrice indépendante.

En 1919, elle crée "United Artists", une société de distribution et de production avec Charles Chaplin, Dave W. Griffith et Douglas Fairbanks qui deviendra au XXe siècle l’un des studios indépendants les plus importants.

Christine Leteux : “Elle était au conseil d’administration de United Artists, elle s’occupait totalement de la production de ses films, dans le choix des techniciens, des metteurs en scène et de la distribution. C’étaient des artistes qui étaient interprètes ou metteurs en scène qui voulaient prendre le contrôle de leur production pour ne plus dépendre d’une société de production.”   

La femme la plus influente d'Hollywood

Elle collabore plusieurs fois avec la talentueuse scénariste Frances Marion qui lui écrit le scénario d’une douzaine de films dans lesquels elle joue et en réalise même un. Mariée une première fois, elle s’éprend de Douglas Fairbanks. “La petite fiancée de l’Amérique” devient l’une des femmes les plus influentes d’Hollywood.

Christine Leteux:Si elle a réussi comme productrice, ce n’est pas pour rien, elle avait le sens des affaires. Apparemment Charlie Chaplin était effrayé de voir qu’elle comprenant le moindre alinéa de contrat lors des discussions dans les conseils d’administration de United Artists. Il se disait “mais comment une femme peut comprendre ce genre de chose.” Eh bien oui, elle le comprenait bien.”    

Studios et médias organisent sa publicité et construisent l’image de la première “star de cinéma”, étalant dans les journaux le luxe, les mondanités  et son manoir luxueux à Beverly Hills surnommé “Pickfair” (Pickford-Fairbanks). Le couple de stars déclenche des émeutes lors de ses tournées en Europe. Mary Pickford comprend aussi que l’industrie du divertissement repose sur des milliers d’ouvriers précaires. En 1921, elle cofonde le Motion Picture Relief Fund, un fonds d’aide aux travailleurs pauvres d’Hollywood. Elle reçoit l’Oscar de la meilleure actrice pour Coquette en 1929.

L'arrivée du parlant annonce le déclin de sa carrière

Mais comme beaucoup d’acteurs de muets, l’arrivée du parlant signe le déclin de sa carrière. Après une dernière apparition devant la caméra en 1933, elle se consacre à la productions et à ses oeuvres de charité. En proie à des épisodes dépressifs et à l’alcoolisme, elle désire effacer toute trace de ses films, les jugeant ridicules à l’aune de la modernité. En 27 ans de carrière, elle a tourné plus de 230 films avec les plus grands réalisateurs de l’époque tels que Cecil B Demil, Lubitsch ou Griffith. Malgré son rôle déterminant dans le passage du cinéma au stade industriel, elle est oubliée au fil des décennies au mieux réduite à une “femme de”.

L’histoire de Mary Pickford rappelle que le cinéma était à ses débuts un art forain dévalorisé que des femmes avant-gardistes et audacieuses ont transformé en industrie. Puis elles ont été remplacées par les hommes quand les enjeux financiers sont devenus plus importants.

À lire aussi : Maya Deren, icône du cinéma expérimental