Publicité

Maurice Nadeau : “Au Mercure, on appelait mon bureau le confessional”

2000. Deuxième épisode de la série "A voix nue" consacrée à Maurice Nadeau sur France Culture en 2000. Maurice Nadeau a été conseiller littéraire dans une dizaine de grandes maisons d’éditions. Il aime les auteurs. et les soutient envers et contre tout

Dans ce deuxième entretien de la série "A voix nue" enregistré en 2000, Maurice Nadeau expose crûment ses relations avec ses auteurs. Beaucoup d’écrivains majeurs ont été découverts par lui, mais sitôt la renommée acquise, l’ont quitté pour de plus grandes maisons d’édition. Il ne leur en veut pas, il les écoute, les conseille, les défend au cas où, comme Henry Miller, qu’il a soutenu contre la censure. "Les écrivains sont ce qu’ils sont, moi je les accepte tels qu’ils sont", c’est-à dire : ingrats, narcissiques, enfantins, mais aussi formidables. Il s’en amuse et s’attendrit : "Du jour au lendemain, des petits jeunes qui vous apportent leur manuscrit en tremblant, on le publie, il devient le roi de la création". Il ne se sent aucun droit de garder ses auteurs, ce qui fait qu’il "recommence toujours à zéro".

"A voix nue" avec Maurice Nadeau 2/5 le 07/03/2000

27 min

Le principal, la satisfaction que j’ai de ce métier, parce que il faut en trouver une quand même, on ne fait pas ça comme ça pour passer le temps, c’est que les auteurs que j’ai découverts étaient vraiment des auteurs. Ils n’étaient rien au début et puis je leur ai donné l’existence. C’est comme si on accouchait, hein ? Il n’existait pas, je le publie, il existe ! C’est formidable. Il peut aller ailleurs, bon, très bien. Il est un auteur.

Publicité
  • "A voix nue" avec Maurice Nadeau 2/5
  • 1re diffusion : 07/03/2000
  • Production : Françoise Estèbe
  • Réalisation : Pierrette Perrono
  • Indexation web : Catherine de la Clergerie, de la Documentation de Radio France