Publicité

Médecine améliorative et santé connectée

Par
Crédit : Adobe Stock
Crédit : Adobe Stock

"Le transhumanisme est au bout du chemin du bon usage thérapeutique, étant entendu que notre notion du thérapeutique évolue constamment. Cela fait de notre société une société transhumaniste qui s'ignore." (Daniela Cerqui-Ducret, anthropologue, 2019)

Daniela  Cerqui-Ducret est une anthropologue intéressée aux rapports entre  technologie et société et - plus fondamentalement - humanité. Ses  recherches empiriques portent sur les ingénieurs qui conçoivent des  technologies, dans des domaines tels que la robotique, l'intellligence  artificielle, ou plus généralement les technologies de l'information.  Elle a passé plusieurs années dans le laboratoire du premier humain à  s'être fait implanter une puce électronique reliée à son système nerveux  (Kevin Warwick) et s'intéresse aux enjeux sociaux liés à de telles  pratiques qui, sous prétexte d'améliorer l'humain, pourraient conduire à  sa modification radicale, ou sa disparition.

Médecine améliorative et santé connectée, par Daniela Cerqui-Ducret

1h 31

Daniela  Cerqui-Ducret  évoque lors d'une séance du séminaire Les limites de l'humain de la Maison de la Recherche en Sciences Humaines (Université Caen Normandie) certains enjeux anthropologiques liés au  transhumanisme. En particulier, elle relativise l’opposition souvent  faite entre réparer et améliorer pour montrer que le transhumanisme découle logiquement d’un système de santé qui prend de plus en plus en charge des patiens en bonne santé. Corollairement, à cet humain machinisé, les machines humanisées auxquelles nous déléguons des compétences humaines, par exemple en terme de diagnostic, procède du même processus.

Publicité