Publicité

Mémoire, religion, trous noirs, Caravage : la Session de rattrapage

Par
Session de rattrapage
Session de rattrapage

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Cette semaine on a pu percevoir tout le poids symbolique dont est chargée la mémoire nationale, éternel enjeu politique risquant souvent l’instrumentalisation, comme l'illustre par exemple l’idée macronienne d’un musée à la mémoire des victimes des attentats terroristes de 2015. Bien souvent, comme le disait Pierre Nora, “l’histoire rassemble, la mémoire divise”. Et dans ce qui divise, il y a bien sûr notre passé colonial, qui fait l’objet d’un perpétuel refoulement. A contrario, d’autres événements deviennent fédérateurs, et autour d'eux se cristallise l’identité du pays : c’est par exemple le cas de la Révolution française, source intarissable d'inspiration et de discussions. Dans tous les cas, la construction d’une mémoire historique est toujours le résultat d’un processus long et sinueux, comme le donne particulièrement bien à voir la question de l’enseignement de la guerre d’Algérie en France. Mais qu’elle soit source de peine, de honte, ou de débats houleux, la mémoire est un héritage précieux, notamment parce qu’elle constitue une clé de lecture édifiante pour comprendre le temps présent (l’exil et l’asile dans l’Antiquité nous éclairant par exemple sur l’immigration de masse actuelle). Si besoin était, Patrick Boucheron, que France Culture a depuis cette semaine la joie et l’honneur de compter parmi ses producteurs, nous livre au moins six autres explications sur notre besoin d’histoire, cette pierre angulaire de notre identité collective. Belles écoutes ! Emma Morelle

COMPRENDRE

Prier à l'hôpital.
Prier à l'hôpital.
© AFP - MANOOCHER DEGHATI

Être croyant en France en 2018. À l’heure où le fait religieux devient une obsession et crispe les débats, essayons d’avoir un regard neuf et le plus objectif possible sur la question : quelle est la place - à l’école, au travail, à l’hôpital, dans la psychologie - des religions en France, un pays fier de sa République laïque ? (La Série Documentaire, 4 x 55 min)

Mers, océans, eaux internationales... : l’économie parée à l’abordage. De l’histoire de la conquête des mers à la question des frontières maritimes, en passant par le problème des énergies marines et le cas de la pêche en Europe, il s’agit de comprendre en quoi les eaux sont depuis toujours des enjeux de puissance décisifs, encore au cœur de la mondialisation aujourd’hui. (Entendez-vous l’éco ?, 4 x 58 min)

La psychiatrie en état d’urgence. À l’heure où un Français sur cinq souffre de troubles mentaux, les médecins psychiatres sont insuffisamment formés et mal répartis sur le territoire, les familles obligées d’attendre plusieurs années avant d’obtenir un diagnostic, les traitements médicamenteux inadaptés, les hôpitaux désarmés face à des besoins grandissants... Une crise d’autant plus oubliée que les stigmates entourant les maladies mentales persistent aussi bien au sein de la population que dans les représentations qu’en font les médias. (L'Invité des Matins, 43 min)

APPRENDRE

Les trous noirs. Derrière ce nom qui nourrit l'imaginaire collectif se cachent des astres à la fois conceptuellement très simples mais très difficiles à étudier.
Les trous noirs. Derrière ce nom qui nourrit l'imaginaire collectif se cachent des astres à la fois conceptuellement très simples mais très difficiles à étudier.
© Getty - Gremlin

Les trous noirs, ce sombre mystère. Les trous noirs constituent encore aujourd’hui un objet d’étude fascinant et mystérieux, au cœur de nombreuses supputations : ce sont des ogres dévorant tout ce qui circule dans leurs parages, il y en a des milliards dans l’univers, ils fonctionnent comme des phares rayonnant de lumière… La Conversation scientifique vous donne tous les éléments pour y voir plus clair. (La Conversation scientifique, 60 min)

Que reste-t-il du cas Dolto ? La psychanalyste Françoise Dolto a porté toute son attention sur l’enfance, sur l’éducation, sur le rôle de la mère et du père, et ce à une époque où la parentalité devenait quelque chose de plus complexe, mais aussi de plus intéressant. Que reste-t-il de ses travaux, dans le champ psychanalytique autant que dans nos habitudes quotidiennes ? Un héritage complexe, celui d’une clinicienne, d’une théoricienne, mais aussi d’une femme de radio. (Être et savoir, 59 min)

Pascal, philosophe de l’Homme, lucide et juste. Lire Blaise Pascal, c’est accepter de se regarder en face, pour le meilleur comme pour le pire. Un prosateur de génie qui rabaisse l’être humain à sa juste mesure : “un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout”. Redécouvrons ce grand penseur, dans toute sa complexité. (Les Chemins de la philosophie, 4 x 58 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Judith décapitant Holopherne, Le Caravage (1598)
Judith décapitant Holopherne, Le Caravage (1598)
- Gallerie Nazionali di arte antica di Roma

La révolution Caravage. En à peine quinze ans (sa carrière se situe entre 1592 et 1609), Michelangelo Merisi da Caravaggio, dit Le Caravage, révolutionne l’Europe des arts. Il sonne la fin de la Renaissance, devenant ainsi le pivot d’une époque : avant lui, c’était Raphaël et Michel-Ange, après lui ce sera Georges de La Tour ou Rembrandt. (L’Art est la matière, 59 min)

Georges-Eugène Haussmann, l’homme qui a réussi son Paris. Une plongée dans le Paris de Napoléon III, façonné par le bourreau de travail qu’est le Baron Haussmann, un homme à mi-chemin entre Balzac et Zola. Son œuvre est unanimement saluée : c’est lui qui a fait de la capitale française cette ville sublime de lumières, à la régularité à la fois monumentale et rassurante. (Une vie, une œuvre, 59 min)

Les 3 disques de la rentrée. Dans "Radiate", album électro et dansant, Jeanne Added rayonne : malgré son empreinte “coldwave” et un peu austère, elle chante avec une grande sincérité et une ferveur enivrante d'émotions. Dévoilement aussi pour "Chris", qui agace ou séduit, l’album ambitieux dans lequel Christine and the Queens semble s’extirper de l’enfance pour devenir femme. Enfin Paul McCartney, qui n’est plus à présenter, est aujourd’hui de retour avec un 17ème album solo, “Egypt Station”, que saluent - en partie seulement - nos critiques. (La Dispute, 55 min)

Allô maman bobo. Violence physique, violence du savoir, humiliations… : l’auteur et illustrateur spécialisé dans la littérature jeunesse Claude Ponti raconte sa propre enfance, qui n’était pas toute rose. (La Leçon de choses, 5 min)

LA CITATION

La citation de cette semaine nous vient du sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa. Un appel à préserver notre rapport aux autres pour nous libérer de l’aliénation moderne et reprendre le contrôle de nos vies (La Grande table idées, 34 min) :

Dans nos sociétés modernes, nous pensons toujours qu’il faut nous écouter nous-mêmes, gagner en autonomie. L’idée est que le bonheur serait d’être tellement autonome qu’on ne serait influencé par rien. [...] Je crois que c’est justement là l’erreur. La résonance commence avec l’appel de l’autre, de quelque chose que je ne connais pas mais qui pourrait m’intéresser. Adorno l’avait bien compris, lui qui disait que l’expérience vraie est celle qui me permet de perdre en autonomie, d’être submergé par l’autre et par l’altérité. […] Le bonheur commence avec le fait d’entendre l’appel. Or, la culture connaît aujourd’hui cette crise : on ne se laisse pas appeler. C’est un problème spirituel et politique : nous ne voulons pas entendre ceux qui ont une autre opinion que la nôtre, nous voudrions les réduire au silence.

Dernière chose : plus de 150 ans après la naissance de L’Origine du monde, on aurait retrouvé l’identité de la célèbre femme nue représentée sur le fameux tableau de Gustave Courbet… On ne pouvait pas vous quitter sans attirer votre attention sur ce “scoop”, qui n’est pas un simple bavardage futile, mais une invitation à redécouvrir cette œuvre bien connue, ainsi que la vie privée de son auteur. Bon week-end et à la semaine prochaine !