Publicité

Migrants, réfugiés, demandeurs d'asile en Europe 3/3 : un afflux exceptionnel ?

Par

Alors que l'Europe fait face à un afflux de migrants et de réfugiés exceptionnel, nous avons mis en carte à partir des 600 pages de l'ouvrage de l'historien allemand Klaus Bade, "L'Europe en mouvement", les principaux mouvements de population du XXe siècle.

"Le mot "migration" n'a pas bonne presse ces temps-ci en Europe. (...) L'actualité et l'intérêt qu'on lui porte incitent à s'interroger sur l'histoire des migrations à l'intérieur de l'Europe, depuis l'Europe et hors de l'Europe ; car on est mieux à même de porter un jugement sur les processus de migrations actuels lorsque l'on peut appréhender les processus achevés - et donc historiques - et lorsque l'on connaît les lignes d'évolution au terme desquelles se posent les problèmes actuels." Klaus Bade, introduction à l'"Europe en mouvement" (Le Seuil, 2002)

L'afflux de 2015 est certes exceptionnel, et nécessite des mesures exceptionnelles de l'Europe, mais le vieux continent a fait face à de nombreuses reprises dans le siècle passé à des mouvement d'ampleur égale ou supérieure, pour une population européenne par ailleurs bien moindre.

Publicité

Les mouvements migratoires du XXe siècle ne sont pas ici présentés de façon exhaustive, seuls sont représentés ceux qui s'inscrivent dans un temps court : sur une durée de moins d'un an, d'une ampleur de plus de 100 000 personnes (sauf pour les Arméniens de 1923), et dont nous avons les chiffres de façon certaine (en l'absence de données précises concernant l'accueil des boat people sud-asiatiques par la France en 1979 par exemple, nous ne mentionnons pas ce cas). Ont été préférés également les mouvements de populations réfugiées, au sens de la Convention de Genève, à savoir fuyant persécutions ou conflits.

Cette mise en perspective historique révèle à la fois que l'Europe a fait face, et a su faire face à de nombreuses vagues de migrants et de réfugiés, mais souligne aussi le caractère "exceptionnel" selon le terme de la chercheuse Catherine Wihtol de Wenden de l'afflux actuel. Un aspect inédit à plusieurs titres :

  • La provenance hétéroclite des migrants et des réfugiés : la diversité des pays d'origine, et des causes du départ est extrêmement variée : peu de rapports en effet entre une famille fuyant la guerre syrienne, un jeune homme quittant la dictature érythréenne, et une Afghane rejoignant sa famille.
  • La composition ethnique et sociologique diverse entre pays d'accueil et pays de provenance : plus l’homogénéité culturelle, ethnique, et sociale entre pays d'accueil et de provenance est importante, plus les flux sont absorbés dans la discrétion et le consentement des opinions publiques. Par ailleurs, plus la dignité des migrants et des réfugiés est respectée à leur arrivée (politique de logement, d'accueil, sans théâtralisation des politiques de contrôle...), moins la figure du "migrant" est rendue "indésirable" dans l'opinion publique, et plus la réception et l'intégration se passent bien.

NB : Les pays sont représentés dans leur forme géographique actuelle (Russie, Allemagne...)

Démographe et ancien directeur de l'INED (Institut national des études démographiques), François Héran replace historiquement les migrations actuelles. Il répond à Véronique Pellerin, dans le journal de 22h du 4 septembre.

Il y insiste notamment sur le fait que si l'Europe accueillait même 1 million de migrants, cela ne représenterait qu'un cinqcentième de la population . A condition d'être bien répartis, ils ne remettraient ainsi en cause ni équilibre démographique, ni identité :

Le démographe François Héran replace historiquement les migrations actuelles. Il répond à Véronique Pellerin.

5 min

Retrouvez les deux premiers volets de la série "Migrants, réfugiés, demandeurs d'asile en Europe" :